Knut Jacques en concert à Clisson

Knut Jacques en concert à Clisson

KnutJACQUES_créditphotoLauraDyens

Mozart, père et fils : dissonances

Jeudi 2 avril à 20h30

Espace St-Jacques

Rien ne va plus entre le père et le fils. Le petit Wolfgang devenu grand ne supporte plus la tutelle du sévère Léopold. C’est décidé, Mozart profitera d’un voyage à travers l’Europe en 1777-1778 pour défier épistolairement son père et atteindre le but de sa quête: son émancipation en 1781.

La violoniste Solenne Guilbert a imaginé de mettre en lumière une correspondance houleuse entre le jeune Mozart et son père, en l’illustrant musicalement par des sonates pour violon et pianoforte composées dans les mêmes années. 

Avec : Knut JACQUES au pianoforte, Solenne GUILBERT au violon et Philippe VALLEPIN à la lecture des lettres de Mozart à son père.

Espace Saint-Jacques – Jeudi 2 avril à 20h30 – CLISSON (44190)

Photos du concert du 2/04/2015 – Crédit photo: Mairie de Clisson :

Mozart Père et Fils - Dissonance

Mozart Père et Fils – Dissonance

Solenne Guilbert

Solenne Guilbert

Philippe Vallepin

Philippe Vallepin

Week-end Mozart les 7 et 8 février à Orly avec l’Ensemble Pégase sur pianoforte

Le week-end du 7 et 8 février 2015 sera placé à Orly (Val de Marne) sous le signe du pianoforte avec la présence de Knut JACQUES, grand spécialiste Français du pianoforte, et de la pianiste Morgane LE CORRE, sa partenaire pour ce duo à quatre mains de l’Ensemble Pégase qui allie le sublime et la haute technicité sur cet instrument datant de l’époque de Mozart.

Affiche

Rappelons que l’Ensemble Pégase est né de l’union de deux passionnés des esthétiques instrumentales des différentes époques, notamment de pianos anciens. Morgane Le Corre et Knut Jacques oeuvrent pour faire connaître le pianoforte au plus grand nombre et présenter sous un jour nouveau le répertoire classique, et notamment les œuvres méconnues des grands compositeurs. Leur répertoire de prédilection correspond à la période de l’essor du pianoforte classique et pré romantique (Mozart, Beethoven, Schubert).

Le duo d’artistes propose donc lors de ces deux journées, une master class, et un concert :

Master class le samedi 7 février à 15h30 avec les élèves de l’Ecole des Arts d’Orly qui sont invités à jouer au pianoforte des œuvres qu’ils auront étudiées avec leur professeur de piano sous le regard critique mais néanmoins bienveillant de Morgane Le Corre et de Knut Jacques.

Concert le dimanche 8 février à 17h  (tout public) pour un programme Tout Mozart ! Sonate en Ré Majeur KV 381/Sonate en Fa Majeur KV 497/Sonate en Do Majeur KV 521

Ensemble Pégase: Morgane Le Corre et Knut Jacques

Ensemble Pégase: Morgane Le Corre et Knut Jacques

INFORMATIONS PRATIQUES :

Master class : samedi 7 février 2015 de 15h30 à 17h30

Ecole municipale des Arts Lucien Fontanarosa à Orly

Château du Parc Méliès – Téléphone 01 48 90 24 43

Concert : dimanche 8 février 2015 à 17h

Eglise Saint-Germain – Place du Général Leclerc à Orly

Entrée : 7€

Invitations professionnelles : lalocomotive5@orange.fr

En savoir plus sur le concert :

Trois sonates pour pianoforte à quatre mains de Mozart – 1772 – 1787

Texte de Jérôme Verghade

 Février 1772, Wolfgang Amadeus Mozart, jeune compositeur et pianofortiste de 16 ans, est depuis une dizaine d’année une référence dans le monde musical et aristocratique européen.

La Sonate en Ré

Teintée d’italianisme, de style galant, la sonate en Ré est un exemple achevé de classicisme musical.

L’écriture allie à la virtuosité un discours équilibré entre les différentes voix ; alternance de modes majeur et mineur, marches harmoniques, basses arpégées, lignes mélodiques fluides et imperturbables. Il se dégage de cette œuvre, simplicité, tendresse, gaité, majesté même si la graphie très irrégulière du manuscrit témoigne de la maladie de Mozart de retour à Salzbourg.

La Sonate en Fa

Août 1786, trois mois après la création des Noces de Figaro, Mozart achève la composition de son chef d’oeuvre pour pianoforte à quatre mains, la sonate en Fa Majeur, condensé de l’art mozartien de la maturité. La forme classique, le style galant s’estompent au profit d’une profondeur qui laisse entrevoir le romantisme naissant de la fin du XVIIIème siècle. Le premier mouvement Adagio déconcerte et rappelle la sombre et énigmatique fantaisie en ut mineur écrite un an auparavant. Ici tout est mystère, introspection, émotion, pour que soudainement, de l’introduction en clair-obscur, naisse la lumière, le brillant, la virtuosité, l’héroïsme.

La Sonate en Do Majeur

Mai 1787, Wolfgang envoie à son cher Gottfried une nouvelle sonate pour pianoforte à quatre mains en Do Majeur : « Ayez la bonté de remettre la sonate à Mademoiselle votre soeur, avec mes compliments…». Mozart nous livre une oeuvre solaire, revient au classicisme en trois mouvements, prend pour tonalité Do M. représentation du divin. L’Allegro initial déploie une puissance martiale extrêmement contrôlée, l’Andante, au délicieux parfum de romance, serait une berceuse s’il n’était orné d’un intermède à la beauté tragique, quant au troisième mouvement, Allegro, plus surprenant encore pour un final, il est la sérénité, la sagesse même…. Mozart a tout dit

 

Morgane Le Corre

P

Knut Jacques

Knut Jacques

Petite histoire du pianoforte :

DSC_0393

Knut Jacques en concert avec l’Orchestre de chambre de la Philharmonie des Deux Mondes – Janvier 2015

Créé au début du XVIIIe siècle par l’italien Bartolomeo Cristofori, à Florence, sous l’appellation de piano-forte, le piano naît de l’évolution d’un instrument appelé clavicorde (XVe siècle) et du tympanon (Moyen Âge).

Comparé au clavicorde et en se perfectionnant, le piano forte va permettre des nuances dynamiques et sonner bien plus fort, avec une tenue de note plus longue.

La facture de piano-forte connut son essor durant la fin du XVIIIe siècle, avec le travail de l’école viennoise. Les pianos de style « viennois » étaient fabriqués sans cadre avec seulement un barrage en bois, deux cordes par note, et des marteaux recouverts de cuir. C’est pour des instruments de ce type que sont écrits les concertos et sonates de Mozart. Cet instrument avait un son plus doux et plus clair que celui des pianos modernes, et permettait aussi de tenir les notes plus longtemps.

 De 1790 à 1890, le piano-forte de l’époque classique va subir de très nombreux changements qui vont l’amener à sa forme actuelle de piano moderne. 

 Le piano de concert moderne atteignit sa forme actuelle aux alentours du début du XXe siècle.

 

WEEK-END PIANOFORTE DE L’ENSEMBLE PEGASE A ORLY


Le week-end du 7 et 8 février 2015
sera placé à Orly (Val de Marne) sous le signe du pianoforte avec la présence de Knut JACQUES, grand spécialiste Français du pianoforte, et de la pianiste Morgane LE CORRE, sa partenaire pour ce duo à quatre mains de l’Ensemble Pégase qui allie le sublime et la haute technicité sur cet instrument datant de l’époque de Mozart.

Affiche

Rappelons que l’Ensemble Pégase est né de l’union de deux passionnés des esthétiques instrumentales des différentes époques, notamment de pianos anciens. Morgane Le Corre et Knut Jacques oeuvrent pour faire connaître le pianoforte au plus grand nombre et présenter sous un jour nouveau le répertoire classique, et notamment les œuvres méconnues des grands compositeurs. Leur répertoire de prédilection correspond à la période de l’essor du pianoforte classique et pré romantique (Mozart, Beethoven, Schubert).

Le duo d’artistes propose donc lors de ces deux journées, une master class, et un concert :

Master class le samedi 7 février à 15h30 avec les élèves de l’Ecole des Arts d’Orly qui sont invités à jouer au pianoforte des œuvres qu’ils auront étudiées avec leur professeur de piano sous le regard critique mais néanmoins bienveillant de Morgane Le Corre et de Knut Jacques.

Concert le dimanche 8 février à 17h  (tout public) pour un programme Tout Mozart ! Sonate en Ré Majeur KV 381/Sonate en Fa Majeur KV 497/Sonate en Do Majeur KV 521

Ensemble Pégase: Morgane Le Corre et Knut Jacques

Ensemble Pégase: Morgane Le Corre et Knut Jacques

INFORMATIONS PRATIQUES :

Master class : samedi 7 février 2015 de 15h30 à 17h30

Ecole municipale des Arts Lucien Fontanarosa à Orly

Château du Parc Méliès – Téléphone 01 48 90 24 43

Concert : dimanche 8 février 2015 à 17h

Eglise Saint-Germain – Place du Général Leclerc à Orly

Entrée : 7€

Invitations professionnelles : lalocomotive5@orange.fr

En savoir plus sur le concert :

Trois sonates pour pianoforte à quatre mains de Mozart – 1772 – 1787

Texte de Jérôme Verghade

 Février 1772, Wolfgang Amadeus Mozart, jeune compositeur et pianofortiste de 16 ans, est depuis une dizaine d’année une référence dans le monde musical et aristocratique européen.

La Sonate en Ré

Teintée d’italianisme, de style galant, la sonate en Ré est un exemple achevé de classicisme musical.

L’écriture allie à la virtuosité un discours équilibré entre les différentes voix ; alternance de modes majeur et mineur, marches harmoniques, basses arpégées, lignes mélodiques fluides et imperturbables. Il se dégage de cette œuvre, simplicité, tendresse, gaité, majesté même si la graphie très irrégulière du manuscrit témoigne de la maladie de Mozart de retour à Salzbourg.

La Sonate en Fa

Août 1786, trois mois après la création des Noces de Figaro, Mozart achève la composition de son chef d’oeuvre pour pianoforte à quatre mains, la sonate en Fa Majeur, condensé de l’art mozartien de la maturité. La forme classique, le style galant s’estompent au profit d’une profondeur qui laisse entrevoir le romantisme naissant de la fin du XVIIIème siècle. Le premier mouvement Adagio déconcerte et rappelle la sombre et énigmatique fantaisie en ut mineur écrite un an auparavant. Ici tout est mystère, introspection, émotion, pour que soudainement, de l’introduction en clair-obscur, naisse la lumière, le brillant, la virtuosité, l’héroïsme.

La Sonate en Do Majeur

Mai 1787, Wolfgang envoie à son cher Gottfried une nouvelle sonate pour pianoforte à quatre mains en Do Majeur : « Ayez la bonté de remettre la sonate à Mademoiselle votre soeur, avec mes compliments…». Mozart nous livre une oeuvre solaire, revient au classicisme en trois mouvements, prend pour tonalité Do M. représentation du divin. L’Allegro initial déploie une puissance martiale extrêmement contrôlée, l’Andante, au délicieux parfum de romance, serait une berceuse s’il n’était orné d’un intermède à la beauté tragique, quant au troisième mouvement, Allegro, plus surprenant encore pour un final, il est la sérénité, la sagesse même…. Mozart a tout dit

 

Morgane Le Corre

Morgane Le Corre

Knut Jacques

Knut Jacques

 

 

 

Découvrir l’Orchestre de Chambre de la Philharmonie des Deux Mondes … et le pianoforte

tract philharmonie 10 janvier

 

Pour son 6ème concert en Loire Atlantique, la Philharmonie des Deux Mondes présente pour la première fois son orchestre de chambre composé de 15 musiciens sous la direction du Chef nazairien Philippe HUI. Et pour la première fois également, les enfants des écoles et leurs Aînés sont conviés à assister à la générale publique du vendredi 9 janvier à 14h. Salle comble pour cette rencontre intergénérationnelle qui provoque un grand enthousiasme chez les petits comme chez les grands !

DSC_3025« Il n’y a aucune raison pour que cette musique soit réservée à une caste, à une élite »
« Ce credo, Philippe Hui l’entonne dès qu’on lui demande pourquoi il a lancé voici un an son orchestre symphonique, la Philharmonie des Deux Mondes. Les deux mondes, ce sont ceux de la « grande » musique et du grand public, que ce chef d’orchestre a entrepris de réconcilier »

Jean Delavaud – Ouest France 1/11/2014

L’Orchestre de Chambre de la Philharmonie des Deux Mondes vous propose son nouveau programme :

1ère partie :
Concertos pour pianoforte de BACH
Soliste : Knut JACQUES, pianofortiste
2ème partie :
Adagio de BARBER
Sérénade de TCHAIKOVSKI

DSC_2663Knut JACQUES: Après des études de piano et de pianoforte au CRR, au CNSMD de Paris, et au Conservatoire Royal de La Haye, Knut JACQUES se produit fréquemment en solo (récitals, soliste de concertos) ou en musique de chambre en France et à l’étranger (Japon, Autriche, Espagne, Inde, Italie, Pays-Bas). Régulièrement invité des festivals, il participe notamment au Festival International de Kyoto (Japon), aux Académies Musicales de Saintes, au Festival « les chants de la Dore », au Festival « Escales Lyriques »…

Petite histoire du pianoforte : Créé au début du XVIIIe siècle par Bartolomeo Cristofori, à Florence, le pianoforte naît de l’évolution d’un instrument appelé clavicorde (XVe siècle) et du tympanon (Moyen Âge). Il connut son essor durant la fin du XVIIIe siècle, avec le travail de l’école viennoise. C’est pour des instruments de ce type que sont écrits les concertos et sonates de Mozart. Cet instrument avait un son plus doux et plus clair que celui des pianos modernes, et permettait aussi de tenir les notes plus longtemps. De 1790 à 1890, le piano-forte de l’époque classique va subir de très nombreux changements qui vont l’amener aux alentours du début du XXème siècle à sa forme actuelle de piano moderne. 

INFORMATIONS PRATIQUES

 Vendredi 9 janvier 2015 à 20h30 (DATE COMPLETE)
(Avec Générale publique pour les Enfants des écoles et leurs Aînés à 14h)

SAMEDI 10 JANVIER 2015 A 20H30

Théâtre Jean Bart
3 Bis Route du Fort de l’Eve
44600 Saint-Nazaire

Tarifs : 15€ – 5€ (< 12 ans et élèves des Ecoles de musiques et conservatoires) – 12€ (groupes de 8 p. minimum)
Réservations :
Par tél : 06.87.37.35.17 ou 06.75.50.63.03
Par mail : laphilharmoniedesdeuxmondes@sfr.fr
Par internet : Cliquer ICI
En retirant ses places :
 A l’Espace culturel Leclerc Ruban Bleu de Saint-Nazaire
 A l’accueil du concert dans la limite des places disponibles (ouverture de la billetterie 1h avant le concert)

DATES A RETENIR:

Prochains concerts avec la grande formation de 40 musiciens:

DSC_3067 - CopieLe mercredi 13 mai 2015 à SAINT-NAZAIRE
ET
Le samedi 30 mai 2015 à CLISSON

Programme: 
Double concerto pour violon et violoncelle de Brahms
Solistes : Sullimann Altmayer et Gauthier Herrmann
Symphonie n°3 de Beethoven

CONTACTS:

loco

Renseignements et réservations tout public et groupe / Relations presse et programmateurs 

La Locomotive des Arts – Laure Taar

Mail: lalocomotive5@orange.fr

Tel: 06.87.37.35.17

 

LOGO STICOMITIZ

 

 

Réservations tout public / Relations entreprises et mécénat

Catherine Rouil
Mail : catherine.rouil@sticomitiz.com
Tel : 06.75.50.63.03

Prochain concert de l’Orchestre de Chambre de la Philharmonie des Deux Mondes le 9 janvier 2015 avec Knut Jacques au pianoforte, sous la direction de Philippe Hui

Ce sera l’Orchestre de chambre de la Philharmonie des Deux Mondes qui sera à l’honneur le vendredi 9 janvier 2015 à 20h30 dans la salle Jean Bart de Saint-Nazaire (44600). 

Knut Jacques au pianoforte - Photo LD

Knut Jacques au pianoforte – Photo Laura Dyens

Toujours dirigée par Philippe Hui, fondateur de cet orchestre de Loire Atlantique, le soliste invité de ce 6ème concert de l’Orchestre sera le pianofortiste Knut Jacques (La Locomotive des Arts) sur un programme BACH: concerto en Ré majeur et Fa majeur en première partie de concert. 

Knut Jacques en quelques lignes: 

Après des études de piano et de pianoforte au CRR, au CNSMD de Paris, et au Conservatoire Royal de La Haye, Knut Jacques se produit fréquemment en solo (récitals, soliste de concertos) ou en musique de chambre en France et à l’étranger (Japon, Autriche, Espagne, Inde, Italie, Pays-Bas). Régulièrement invité des festivals, il participe notamment au Festival International de Kyoto (Japon), aux Académies Musicales de Saintes, au Festival « les chants de la Dore », au Festival « Escales Lyriques »…

Professeur de piano, de pianoforte et conseiller aux études dans des Conservatoires Parisiens, il est également professeur associé au Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique de Bourgogne, au CEFEDEM d’Aubervilliers et de Poitiers, et musicien-conférencier au Musée de la Musique à Paris. Peut être supprimé en version courte

 Passionné par les esthétiques instrumentales des différentes époques, il prépare actuellement un disque Liszt sur Erard (Sonate en si mineur, Après une lecture de Dante, Mephisto Waltz…).

Knut Jacques au pianoforte - Photo Laura Dyens

Knut Jacques au pianoforte – Photo Laura Dyens

Son CD Chopin sur piano et pianino Pleyel (Paraty) a reçu un accueil enthousiaste de la critique internationale : « Pianiste au jeu fait de subtilité et de ferveur passionnée […]Knut Jacques a en effet cette qualité rare d’associer à une parfaite maîtrise du pianoforte, instrument dont il a approfondi la technique, une expérience pianistique dans les plus grandes salles de concert » Lexnews « – « Sublime récital  » Classic news

Most pertiently, Jacques’s performances are subtle, refined and richly detailed, their delicate sounds lovingly and expertly captured by the professionals of Paraty. International Record Review – UK

En deuxième partie, l’Orchestre de chambre de la Philharmonie des Deux Mondes présentera : l’Adagio de Barber et la sérénade de Tchaïkovski.

DSC_3057 - Copie

Photo Laura Dyens

DSC_2994 - Copie (2)Photos Laura Dyens

DSC_2979Réservations tout public:

laphilharmoniedesdeuxmondes@sfr.fr

Tarifs: 15€ / 10€ (groupes)/ 5€ (enfants moins de 12 ans et élèves conservatoires)

Tel: 06.75.50.63.03

 

 

 

 

 

 

Réservations professionnelles et de groupes (à partir de 8 personnes)

lalocomotive5@orange.fr

Tel: 06.87.37.35.17