Mathieu Braud créé l’Ensemble Montreuillois Dénote

Le journal municipal de Montreuil du 12 juillet – N°59

 

 » Il faut penser les spectacles autrement, pas avec des spectateurs endimanchés. Nous voulons toucher l’habitant qui n’a pas l’occasion d’aller dans des salles de concert. Il a le droit d’entendre du Mozart. Nous voulons créer la surprise dans tous les lieux qui ne sont pas dédiés aux concerts en y impliquant le public et en lui faisant vivre une expérience. Nous souhaitons transmettre la musique partout et pour tous, et des échanges avec le public après les concerts. »

Mathieu Braud in « Le Montreuillois » du 12/07/2018.

Concert de musiques de films à Rosny-sous-Bois

Il y avait eu des répétitions publiques au Cinéma le Méliès de Montreuil, l’enregistrement en avril 2018 de la musique du film  » La rage » composée par Alexis Maingaud, et réalisé par Aurélien Mathieu et Samir Mokeddem.

Mais vendredi 13 juillet 2018 à 21h, champagne ! c’était le premier concert de l’Ensemble Dénote à Rosny-sous-Bois. Longue vie à l’Ensemble Dénote !

Au programme : des musiques de films connus du grand public

  • introduction de la 20th Century Fox,
  • Harry Potter,
  • Game of Thrones,
  • Gabriel Oboe,
  • Star Wars (III et V),
  • Indiana Jones,
  • Pirates des Caraïbes.

Bravo aux jeunes artistes de l’Ensemble et à son chef Mathieu Braud pour ce très beau premier concert public, qui était donné avant le beau feu d’artifice également sur le thème des musiques de films, offert par la Mairie de Rosny-sous-Bois.

Photos © Laura Dyens-Taar

 

 

Médaille de l’élégance pour Steve

 

 

 

Mélanie

Et la blague de la soirée : Interruption du concert pour cause de partition envolée par le vent ! Anne Mousserion a réagi très promptement en sautant de la scène pour récupérer la partition volante et la fixer avec triples pinces à linges ! 

Bravo à tous les musiciens !

 

 

Informations pratiques:

20h30 Concert en plein-air 

23h00 Feu d’artifice

Mairie de Rosny-sous-Bois – devant le parc Decésari et la Mairie

20, rue Claude Pernès – 93110 – Rosny-sous-Bois

Accès : RER E, station Rosny centre

Bus : 118

 

 

Informations sur l’Ensemble :

Marchio_Laura_defContacts : Laura Dyens-Taar

La Locomotive des Arts – Tel : 06 87 37 35 17 – lalocomotive5@orange.fr

 

C’est ça l’Amour ! par la Cie Opéra Clandestin

C’est ça l’Amour !

Petit Opéra Lyrique

Cie Opéra Clandestin

Mise en scène : Lucie Emeraude

Avec Lucie Emeraude : Soprano, Cyril Verhulst : Ténor,

Benjamin Carré ou Qiaochu Li : Pianiste

Duo

© Laura Dyens

Qu’est ce que l’amour ?

Dans l’opéra, on s’aventure à vouloir résoudre ce mystère qui n’a jamais jamais connu de loi.

Marguerite, ( la soprano), et Constant (le ténor), couple mythique, vous embarquent dans des histoires éternelles, des harmonies sublimes, pour chanter l’amour avec Bizet, essuyer une larme d’émotion avec Verdi et rire aux éclats avec  Offenbach. En route pour le rêve … d’amour éternel

PROGRAMME DES AIRS CHANTÉS:

Duo de la gantière et du bottier – La vie parisienne, Offenbach.

Anges du Paradis – Mireille, Gounod.

Air des bijoux– Faust,  Gounod.

Fantaisie aux divins mensonges – Lakmé, Delibes

Un di felice – Traviata, Verdi.

Air de la griserie– La périchole, Offenbach

Un di felice– Traviata, Verdi.

E il sol dell anima– Rigoletto, Verdi.

Tralalala – L’Elixir d’amour, Donizetti.

Transcription piano – Roméo et Juliette, Tchaïkovski

Ton cœur n’a pas compris le mien– Les pêcheurs de perles, Bizet.

Prendi – L’élixir d’amour, Donizetti.

Extrait vidéo du spectacle (teaser): https://www.operaclandestin.com/c-est-ca-l-amour

ON EN PARLE DANS LA PRESSE !

Article C'estçalamour-Manchelibre_050718_

La Manche Libre du 05 ou du 07/07/2018

LES PHOTOS DU SPECTACLES ©Laura Dyens-Taar

 

Saluts_©LauraDyensJPG

LES ARTISTES

GantsBottes©LauraDyens

Cyril Verhulst, ténor lyrique

Cyril Verhulst Ténor

Cyril Verhulst débute le chant choral sous la direction de Francis Bardot à la Maîtrise des Hauts de Seine, dont il était soliste à 13 ans. Il participe à la fondation du Jeune Chœur, Ensemble Vocal et Chœur Symphonique d’Ile de France, avec lesquels il se produit depuis, en tant que soliste et choriste.

Chantre du Centre de Musique Baroque de Versailles en 2005, il étudie ensuite au CRR de Boulogne Billancourt, dans la classe de Blandine de Saint-Sauveur puis il suit les cours de Lionel Sarrazin.

En collaboration régulière avec Francis Bardot et son Académie Chorale d’Ile de France, la Maîtrise Saint-Louis de Gonzague de Paris et les Estivales de Puisaye, il chante, en soliste, tous les grands oratorios, notamment le Stabat Mater de Dvorak, les Requiem de Mozart et de Saint-Saëns, le Messie de Haendel, le Magnificat, la Messe en Si …

Sur scène, il chante, entre autres, Alfredo dans la Traviata de Verdi, Ferrando dans Cosi Fan Tutte, Tamino dans la Flûte Enchantée et Basile dans les Noces de Figaro de Mozart, Le Prince Paul dans la Grande Duchesse de Gérolstein, Pâris dans la Belle Hélène, Gustave dans Pomme d’Api et Orphée dans Orphée aux enfers d’Offenbach.

Après 6 ans au Chœur de l’Armée Française sous la direction d’Aurore Tillac, il intègre, en janvier 2018, le Chœur de Radio France dirigé par Sophie Jeannin.tival de musique classique se déroulant dans l’Yonne la dernière quinzaine d’août.

 

Lucie Emeraude, soprano

photo officielle LucieDB

Après obtention d’un master en musicologie à l’université de Bordeaux III, Lucie se forme en chant lyrique auprès de Lionel Sarrazin depuis 2011, et rejoint la compagnie de chanteurs lyriques «Opéra Bastide » à Bordeaux dans laquelle elle participera à de nombreux concerts et événements lui permettant de se découvrir dans des seconds rôles d’opéra tels Papagena et le premier enfant dans « la Flûte enchantée » de Mozart avec orchestre (dir. Bruno Ricaud), Frasquita dans « Carmen » de Bizet et Gianetta dans « L’Elisir d’amore » de Donizetti avec orchestre (dir. Alexis Duffaure).
Elle entre dans l’atelier lyrique du conservatoire du 12e arrondissement de Paris et sera Blanche dans l’opéra de Poulenc « Le dialogue des carmélites » en 2013 et la princesse dans « l’Enfant et les Sortilèges » de Ravel en 2014, avec orchestre (dir. Michel Ferran). Co-fondatrice de la compagnie lyrique à Paris ; « Opéra Clandestin », lui offre ses premiers grands rôles, Suzanne dans « Les noces de Figaro » de Mozart et Belinda dans « Didon et Enée » de Purcell en 2016 avec ensemble instrumental (dir. Marc Trautmann).
Lucie poursuit sa formation vocale depuis 2016 avec Maryse Castet professeur au conservatoire de Bordeaux, et intègre l’opéra Studio Les maîtres sonneurs à Toulouse.
En 2017 elle chante Eurydice dans « Orphée aux enfers » d’Offenbach avec la compagnie
« Opéra Bastide ». En avril 2018 elle chante la soprano soliste du requiem de Mozart ainsi que les Litanies, avec l’atelier vocal d’Auch et l’orchestre Belge « Scorzando » (dir. Joseph Gilet).
Lucie interprète Adina dans « L’Elisir d’amore » de Donizetti avec la compagnie « Opéra Clandestin » en mai 2018 à Paris et Limoges avec l’orchestre Gaudemus (dir. Arnaud Cappelli), qui sera repris à Bordeaux avec orchestre (dir. Alexis Duffaure), Toulouse, et région parisienne en 2019.

 

 

 

Qiaochu LI, pianiste

Qiaotchu1©LauraDyens

 

Après des études avec Maître Zhang Jin au Central Conservatory of Music de Pékin, elle a suivi le précieux enseignement de maître Xu Zhong. Elle remporte plusieurs prix à des concours en Chine dont le Prix spécial Bartók, le 13th Asia Piano Open Competition à Hong Kong et le Grand prix d’honneur du Concours Xinghai à Beijing.

En forme de consécration, Qiaochu joue en concerto à l’âge de 15 ans dans la prestigieuse salle de La Cité Interdite de Pékin.

En 2006, elle gagne le premier prix du Lisma International Music Competition à New York, puis vient en France pour des études à l’École normale de musique de Paris où elle obtient le Diplôme supérieur de concertiste de piano dans la classe de Françoise Thinat ; elle remporte dans la foulée le premier prix du Concours Les Clés d’or, degré excellence, la Médaille d’or à l’unanimité avec félicitations des Rencontres du piano de Lagny-sur-Marne, le Prix d’honneur d’excellence au Concours international Léopold Bellan (musique de chambre) en Trio, etc.. Elle est diplômée de l’Université des arts de Berlin en piano, dans la classe de Jacques Rouvier. Après s’être perfectionnée au CRR de Paris dans les classes d’Ariane Jacob, Phillippe Biros et Jean-Marie Cottet, elle est admise en 2013 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean-Frédéric Neuburger et suit actuellement les classes de direction de chant avec Erika Guiomar et d’accompagnement vocal avec Anne Le Bozec.

Son activité intense de chambriste l’amène à jouer en Europe, aux Etats-Unis et en Asie avec des partenaires comme Sébastien Guèze, Dominique de Williencourt, Gerard Poulet, Jean Ferrandis, dans des salles prestigieuses telles que le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, la Cité Interdite de Pékin, etc..

Parallèlement à toutes ses activités musicales, elle collabore régulièrement avec le Festival Musicalp à Tignes et l’École normale de musique de Paris.

En octobre 2017, Qiaochu Li associée à la mezzo soprano Ambroisine Bré, remporte le Grand prix de duo chant-piano du Concours international de chant-piano Nadia et Lili Boulanger, et la Mention spéciale pour la meilleure interprétation du Sonnet de Benoît Mernier, œuvre composée spécialement pour cette édition du concours.

 

Marchio_Laura_def

Contact :

La Locomotive des Arts

Laura Dyens-Taar

lalocomotive5@orange.fr

www.lalocomotivedesarts.com

Tel: 06 87 37 35 17

 

 

Le Grand Oeuvre en Mai 2018 à Mandres-les Roses (94)

PhotoGrandOeuvre 452La Tortue Noire revient en France après « Mémoires d’un sablier » présentés dans le IN du Festival Mondial des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières.

En mai 2018, la Cie joue la courte forme, avec « Le Grand Oeuvre« , un spectacle de 20 mn en théâtre d’objets et poésie visuelle, une véritable Ode à la création. 

L’Histoire : Au coeur d’un laboratoire médiéval, un alchimiste se livre à des expériences mystérieuses. Sous ses mains magiques et nos yeux éblouis, les objets se transforment, ses pensées prennent vie et un étrange univers s’anime au-dessus de sa tête. Symbolisant la Terre, le crâne de l’homme devient porteur de ses visions lumineuses axées sur la création du monde.

Ce spectacle sans paroles propose par l’ingéniosité de sa conception sonore et visuelle une vision empirique et sinueuse du bouleversement de l’humanité, une ode à la création.

DATES DES REPRÉSENTATIONS : 
Séances scolaires
Lundi 14 mai 2018 à 14h30 et du Mardi 15 au vendredi 18 mai à 10h30 et 14h30 
Séance Tout Public
Samedi 19 mai à 18h – Tarifs 5€ (enf) 10€-12€
CENTRE CULTUREL LA RUE
38 rue François Coppée – 94520 Mandres-les-Roses
Voiture conseillée, sinon :
RER A jusqu’à Boissy-Saint-Léger puis bus 23 jusqu’à  » Chemin Vert ». 

réservations tout public : contact.rue@orange.fr
contact professionnels : lalocomotive5@orange.fr – Tel: 06 87 37 35 17

Dossier_LeGrandOeuvre_TortueNoire

Retour à la Page de La Tortue Noire

La Vie Parisienne d’Offenbach mise en scène par Yves Coudray au Conservatoire de Boulogne Billancourt-Mars 2018

Affiche Vie Parisienne

Après  » Albert Herring » en 2016, Yves Coudray a été de nouveau invité par Anne Constantin et Esthel Durand, Professeurs des classes de chant du Conservatoire de Boulogne Billancourt, pour mettre en scène  » La Vie Parisienne  » avec les élèves de chant et de danse du Conservatoire. Gros succès pour la première de cet Opéra-Bouffe en 4 actes sur la musique de Jacques Offenbach et un livret de Meilhac et Halévy et qui fut créé par le trio gagnant en 1866 au Théâtre du Palais-Royal à Paris.

Photos: © Laura Dyens-Taar / 08 mars 2018

Valises

DSC_3858

DSC_3897

DSC_3944

DSC_3943

Yvesdanseuses

DSC_3868

profschant

DSC_3919

DSC_3917

DSC_3938

pianiste

DSC_3929

LA VIE PARISIENNE

Jeudi 8 et samedi 10 mars 2018 à 19h

Bien plus que l’anecdote des tribulations d’un baron suédois devenu le jouet de la rivalité
entre Gardefeu et Bobinet, ce qui reste de La Vie parisienne, c’est son rythme, son rythme haletant jusqu’à la trépidation, c’est le tempo de la Ville Lumière qui se confond avec celui de la musique d’Offenbach. Ce rythme qui, aujourd’hui encore, pousse le Parisien – d’où qu’il soit – à courir, sans trop savoir pourquoi, juste pour être dans le mouvement, ou peut-être juste pour oublier qu’il court sans but véritable, parce que c’est l’énergie de la ville qui l’exige. Mais ne serions-nous pas à la fois générateurs et victimes de cette trépidation ? Et si le tourbillon s’arrêtait ?…

Yves Coudray, mise en scène

Classes de chant d’Anne Constantin et Esthel Durand
Chœur de chambre dirigé par Marianne Guengard, Classes de danse de Mélanie Hurel
et Fabienne Ozanne

Delphine Dussaux, direction musicale et piano

Chanteur invité: Antoine Mathieu ( Le Baron de Gondremark)

Yves Coudray, très applaudi à la fin du spectacle

DSC_3922

 

« Le Chemin des dames », spectacle musical pour les commémorations de la Grande Guerre de 14/18

logo centenaireLE CHEMIN DES DAMES

Spectacle musical de et avec Pierre Méchanick et avec Erika Guiomar ou Sylvie Lechevalier (piano) pour les commémorations de la Grande Guerre de 14/18.

Pierre et pianiste

C’est l’histoire sentimentale et désoeuvrée d’un pioupiou de la grande guerre au travers des chansons grivoises et humoristiques de l’époque. Imaginez un jeune Français, un conscrit, un bleu. Au sortir du conseil de révision, il a été triplement reconnu « bon pour le service », « bon pour les femmes », « bon pour la vie ». Nous sommes quelques années avant la guerre de 14, l’une des plus dures, à tout jamais que le monde ait connue. Déraciné, éloigné des êtres aimés, il est happé par cet environnement très masculin qu’est la caserne.

Pierre Mechanick _ crÈdit Laurent LÈvy (2)Il raconte, il chante l’apprentissage militaire, la chambrée, les copains, les femmes, l’ennui. Cela compense le son moins harmonieux des canons, ou plus désagréable, de la pluie qui finit par transformer en marécage de boue le cantonnement. Faisant preuve d’un héroïsme de carton pâte, drôle mais inutile, il présage du conflit à venir et se tient prêt à défendre la patrie.

Mais là où le rire et la tendresse pouvaient relever le moral des troupes, surviennent quelques temps plus tard, le chagrin et la colère, qui, au moment de l’offensive du « Chemin des Dames » en avril 1917, substitueront aux paroles insouciantes de la Madelon, la terrible chanson de Craonne, composée par les Poilus dans les tranchées : « Adieu la vie, adieu l’amour, adieu toutes les femmes… »

Imaginez et écoutez un siècle plus tard ces chansons aux rythmes entraînants, aux mélodies volubiles et parfois solennelles qui parlent des soldats et de la guerre : c’est la musique au fusil !

Félicie aussi !

chemindesdames-laura-dyens

Pierre Méchanick – © Laura Dyens

Extraits de presse

« Il y a plus d’un chanteur, aujourd’hui, qui rêverait d’en faire autant » FRANCE 2

« Le chanteur et comédien Pierre Méchanick ressuscite le répertoire oublié des comiques troupiers du début du XXème siècle » LE FIGARO

« Avec des mimiques désarmantes, le bonhomme raconte en chantant le bonheur d’être pioupiou » L’EXPRESS

« C’est du comique troupier façon 14-18 tel que Fernandel l’a fait revivre le temps de quelques films » LIBERATION

« Pierre Méchanick est le dernier à faire vivre ce répertoire…On rit avec franchise à ce spectacle brillant « OPERETTE

France Musique : Benoit Duteurtre invite Pierre Méchanick dans son émission  » Etonnez-moi Benoit » – 4 /10/2014

Reportage sur France 2

Télécharger le Dossier du spectacle Le chemin des Dames

 

Contact pour ce spectacle:

Laura Dyens-Taar / La Locomotive des Arts 

Tel : 06 87 37 35 17 /

mail: lalocomotive5@orange.fr