Les photos du Concert de la Philharmonie des deux mondes au Théâtre Le Beffroi de Montrouge (92) le 23 janvier 2018

L’orchestre de chambre de la Philharmonie des deux mondes, sous la baguette de Philippe Hui, est venu des Pays de la Loire pour présenter au Théâtre du Beffroi à Montrouge (92), son programme  » Lumières », dans la magnifique salle Moëbus, remplie d’un public de près de 500 mélomanes. Retour en images de cette belle soirée. Photos: Laura Dyens. 

Les répétitions:

Concerto pour 4 violons de Vivaldi (répétition)

Sérénade de Dvorak

Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI

Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH

Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH

Le chef Philippe Hui

Et les photos du concert 

Concerto pour Violon et Hautbois de Bach

Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI

Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH

Demandez le programme:

  • Concerto pour 4 violons en si mineur de Antonio VIVALDI (1678-1741)
    • Allegro – Largo – Allegro 
    • Solistes : Pierre-Yves Denis, Laurie Bourgeois, Léo Coley  et Corinne Massé
  • Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH (1685-1750)
    • Allegro – Adagio – Allegro
    • Solistes : Pierre-Yves Denis et Sophie Delbende
  • Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI (1678-1741)
    • Allegro- Largo – Allegro
    • Solistes : Pauline Queffelec et Stéphane Oster
  • Sérénade de Antonin DVORÁK (1841 – 1904)
    • Moderato – Tempo di Valse – Scherzo Vivace – Larghetto – Finale Allegro vivace

Tous les musiciens de ce programme: 

Pierre-Yves DenisLaurie Bourgeois, Léo Coley, Corinne Massé: Violonistes solistes, 

Anne Morineau, Marie Madeline, Hélène Checco, Marie Brosse, Emmanuelle Costa : Violonistes

Isabelle Lucas, Benoît Bouyer, Emmanuelle Roch : Altistes

Pauline Queffelec  et Stéphane Oster : Violoncellistes soliste, Thomas Fouqueray, Violoncelliste

Sophie Delbende, Hautboïste,

Mathieu Delamarre, Victor Pinçon : Contrebassistes

En savoir plus sur le programme

On prête à Igor Stravinsky ce mot cruel : Vivaldi a écrit 600 concertos, c’est 600 fois le même… Bien sûr, on peut légitimement préférer les grands concertos romantiques (Beethoven, Brahms, Chopin, Tchaïkovsky…) qui sont comme l’apogée de cet exercice. Mais ces sommets de l’art musical n’auraient pas existé sans les précurseurs dont on trouve au premier rang Bach et surtout Vivaldi.

Le concerto naissant, à la charnière entre le 17ème et 18ème siècle, commence à privilégier un ou plusieurs instruments, dans une forme de hiérarchisation timide au début, et qui s’installera solidement au fur et à mesure de l’avancement dans le temps.

Vivaldi choisira de multiples combinaisons à un ou plusieurs instruments, violons, flûtes, guitares, mandolines, violoncelles etc…, laboratoire vivant d’un précurseur génial.

Bach enrichira le répertoire du concerto en utilisant toute sa science du contrepoint, préfigurant par les dialogues qu’il installe entre les instruments solistes et le reste de l’orchestre, ce qui deviendra le concerto moderne. On notera que Bach rendra d’ailleurs un hommage appuyé à Vivaldi en reprenant plusieurs de ses oeuvres et en les adaptant. C’est le cas du concerto pour 4 violons de ce programme qui deviendra avec le compositeur allemand un concerto pour 4 claviers.

Après le feu d’artifices de solistes rivalisant harmonieusement, et dialoguant malicieusement avec leurs complices de l’orchestre dans les concertos de Bach et Vivaldi, il était normal de proposer à votre écoute la sérénade pour cordes de Dvorak, tant cette oeuvre fait la part belle à tous les musiciens sans exception. On pourrait presque dire que c’est un concerto pour orchestre, d’une dimension un peu inhabituelle puisqu’elle comprend 5 mouvements.

Nous avons fait un bond dans le temps, cette oeuvre majeure du répertoire de l’orchestre de chambre ayant été composée en 1875, héritière d’une longue tradition de compositeurs dont le génie nous illumine toujours autant…

Historique des concerts (2013 à 2016)

Site de l’Orchestre (à partir de 2017)

Logo Loco

Contact:

La Locomotive des Arts

Laura Dyens-Taar

Tel: 06.87.37.35.17

www.lalocomotivedesarts.com

Mail: lalocomotive5@orange.fr

Concert en hommage à Roland Dyens au Conservatoire de Musique de Cracovie (Pologne)

Logo Académie Musique

A l’initiative du jeune guitariste classique Dmytro Holovenko, grand admirateur de la musique de Roland Dyens, s’est déroulé dans le magnifique lieu FLORIANKA de Cracovie, ce qui pourrait devenir une première édition d’un festival de guitare.

L’Académie de Musique de Cracovie peut s’enorgueillir d’un département guitare d’un très haut niveau, coordonné par le guitariste Michal Nagy (photo)

DSC_3627

Au programme de cette 1ère édition guitaristique – en leur souhaitant de continuer sur une deuxième édition et de devenir un grand festival de guitare comme son grand frère à Titchy – une conférence présentée par M. Krzysztifa Cyrana et intitulée  » MUSICUS PERFECTUS, improvisations et arrangements de Roland Dyens« .

20171212_153831_LLS

Accompagné par Dmytro Holovenko à la guitare, et pour illustrer son propos, M. Krzysztifa présentait par exemple la mélodie seule, puis son « habillage » par l’arrangement de Roland Dyens. Très pédagogique et intéressante conférence.

Cette conférence fut suivie par la présentation  » ROLAND DYENS, A LIFE FOR MUSIC » de Laura Dyens-Taar, la soeur du musicien.

 

DSC_3657

En photo, vidéo, anecdotes, et documents privés, Laura a présenté les différents moments de la vie de son frère: 

  • Son enfance en Tunisie et son coup de foudre pour la guitare
  • Son  » détournement de mineur » pour la musique Brésilienne et ses premiers concerts avec son groupe guitare-flûte-percussions-vibraphone, son octuor Octopus et en tant que soliste
  • Son amour de la musique classique, du Jazz, et de la chanson Française et ses trois facettes de compositeurs, interprète et professeur
  • Son immense oeuvre et ses derniers arrangements de musiques de Piazzolla

 

A 18h, Dorora Pietrzyk inaugurait son exposition de tableaux, dont son portrait de Roland Dyens qui fut décliné pour l’affiche et le programme du Concert, ainsi que de nombreux oeuvres autour de la poétesse Alfonsina Storni, au destin tragique et qui inspira Ariel Ramirez pour sa merveilleuse  » Alfonsina y el mar », arrangée pour la guitare par Roland Dyens. Une des oeuvres de Dorota illustre la partition de l’arrangement pour guitare solo de Alfonsina y el Mar de Roland Dyens.

DSC_3677

 

Enfin à 19h, commençait le concert avec des oeuvres de Roland Dyens. Au programme (Program koncertu 12.12.2017)

Karol Mach –  Songe Capricorne  (Composition de Roland Dyens)

Jakub Bachleda – Szeliga , Maria Kudełka –flet, Bartłomiej Leśniak –fortepian, Mikołaj Sikora –gitara basowa, Piotr Przewoźnik –perkusja   – Improwizacja nt. Songe Capricorne    

Lucie Nesvadbova – Saudade No 3  (Composition de Roland Dyens)

DSC_3714Martyna Ciesielska  –Flying  Wigs   (Composition de Roland Dyens)

DSC_3724Maria Korzeniowska –  « L’hymne à l’amour » Edith Piaf,  Marguerite Monnot, suivi de « La Foule »  M. Rivgauche, muz. E. Dizeo i A. Cabral (Arrangements de Roland Dyens pour guitare solo)

DSC_3717Dmytro Holovenko – Felicidade , composition de Carlos Jobim, arrangement de Roland Dyens          

DSC_3736

Michał Lazar – Michał Lazar   Máté Erdei – flet prosty / Karolina Ładoś, Paweł Chmielewski – perkusja / Radosław Wieczorek – gitara / Michał Lazar – prowadzenie zespołu –  » Listening to Dyens  » : composition très contemporaine de Michal Lazar

DSC_3730Dmytro Holovenko,  Radosław Wieczorek  – Côte Nord (composition de Roland Dyens dédiée à Sergio et Odair Assad)     

DSC_3742Maria Korzeniowska,  Lucie Nesvadbova,  Paulina Pietrusza, Ilona Skowrońska:  Alfonsina y el Mar  (composition de Ariel Ramirez – Arrangement de Roland Dyens pour quatuor de guitares)

DSC_3743

Śląski Oktet GitarowyRythmaginaires (Composition de Roland Dyens pour octuor)

Dawid Bonk, Wojciech Rysiecki, Franciszek Wieczorek, Katarina Wieczorekova, Wojciech Gurgul, Radosław Wieczorek, Alicja Kawa, Krzysztof Kołodziej  

DSC_3751

Tous les musiciens, les professeurs, les intervenants, heureux, à la fin du concert

DSC_3686

De gauche à droite: Cyrana Krzysztofa, M. le professeur de guitare, Laura Dyens-Taar, Dorota Pietrzyk, Michal Nagy

De gauche à droite: Martyna Ciesielska, Dmytro Holovenko, Laura Dyens-Taar et Dorota Pietrzyk

DSC_3705Salle Florianka

La magnifique salle de concert de Aula Florianka

Partenaires du Concert: 

L’Institut Français de Cracovie

Concert de la Philharmonie des deux Mondes au Théâtre du Beffroi de Montrouge (92)

 » LUMIÈRES ! « 

Concert mardi 23 janvier 2018 à 20h30 au Théâtre du Beffroi à Montrouge (92120)

Orchestre de la Philharmonie des Deux Mondes de Saint-Nazaire

Direction: Philippe Hui

 

Capture d_écran 2017-12-07 à 12.17.37

La Philharmonie des deux mondes vous propose d’éclairer la traversée de l’hiver et l’arrivée de la nouvelle année par un voyage musical inédit. Avec des œuvres de Bach, Vivaldi, Dvorak, des compositeurs qui illuminèrent leur temps, c’est une rencontre avec  la légèreté et la vivacité, le brio et l’audace, que vous pourrez vivre sous l’obscure clarté qui tombe des étoiles de ces froides nuits.

Pour cette 5ème saison de la Philharmonie des deux mondes, il était naturel de mettre à l’honneur les musiciens de l’orchestre. Solistes dans les concertos de Bach et Vivaldi, ils mettront tout leur art collectif au service de la sérénade de Dvorák, un des morceaux de bravoure de l’orchestre à cordes.

Photo P2M01

  • Concerto pour 4 violons en si mineur de Antonio VIVALDI (1678-1741)
    • Allegro – Largo – Allegro 
    • Solistes : Pierre-Yves Denis, Laurie Bourgeois, Léo Coley  et Corinne Massé
  • Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH (1685-1750)
    • Allegro – Adagio – Allegro
    • Solistes : Pierre-Yves Denis et Sophie Delbende
  • Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI (1678-1741)
    • Allegro- Largo – Allegro
    • Solistes : Pauline Queffelec et Stéphane Oster
  • Sérénade de Antonin DVORÁK (1841 – 1904)
    • Moderato – Tempo di Valse – Scherzo Vivace – Larghetto – Finale Allegro vivace

Billetterie / Réservations


Vous pouvez aussi réserver vos places au 01 46 12 74 59


Tarifs: de 8€ à 20€

Adresse du concert

Théâtre du Beffroi – Centre culturel et de congrès – salle Moebius

2 place Emile Cresp – 92120 MONTROUGE

Métro Ligne 4 “Mairie de Montrouge”

En savoir plus sur le programme

On prête à Igor Stravinsky ce mot cruel : Vivaldi a écrit 600 concertos, c’est 600 fois le même… Bien sûr, on peut légitimement préférer les grands concertos romantiques (Beethoven, Brahms, Chopin, Tchaïkovsky…) qui sont comme l’apogée de cet exercice. Mais ces sommets de l’art musical n’auraient pas existé sans les précurseurs dont on trouve au premier rang Bach et surtout Vivaldi.

Le concerto naissant, à la charnière entre le 17ème et 18ème siècle, commence à privilégier un ou plusieurs instruments, dans une forme de hiérarchisation timide au début, et qui s’installera solidement au fur et à mesure de l’avancement dans le temps.

Vivaldi choisira de multiples combinaisons à un ou plusieurs instruments, violons, flûtes, guitares, mandolines, violoncelles etc…, laboratoire vivant d’un précurseur génial.

Bach enrichira le répertoire du concerto en utilisant toute sa science du contrepoint, préfigurant par les dialogues qu’il installe entre les instruments solistes et le reste de l’orchestre, ce qui deviendra le concerto moderne. On notera que Bach rendra d’ailleurs un hommage appuyé à Vivaldi en reprenant plusieurs de ses oeuvres et en les adaptant. C’est le cas du concerto pour 4 violons de ce programme qui deviendra avec le compositeur allemand un concerto pour 4 claviers.

Après le feu d’artifices de solistes rivalisant harmonieusement, et dialoguant malicieusement avec leurs complices de l’orchestre dans les concertos de Bach et Vivaldi, il était normal de proposer à votre écoute la sérénade pour cordes de Dvorak, tant cette oeuvre fait la part belle à tous les musiciens sans exception. On pourrait presque dire que c’est un concerto pour orchestre, d’une dimension un peu inhabituelle puisqu’elle comprend 5 mouvements.

Nous avons fait un bond dans le temps, cette oeuvre majeure du répertoire de l’orchestre de chambre ayant été composée en 1875, héritière d’une longue tradition de compositeurs dont le génie nous illumine toujours autant…

Historique des concerts (2013 à 2016)

Site de l’Orchestre (à partir de 2017)

Logo Loco

Contact:

La Locomotive des Arts

Laura Dyens-Taar

Tel: 06.87.37.35.17

www.lalocomotivedesarts.com

Mail: lalocomotive5@orange.fr

Stage de guitare « Roland Dyens » de Narbonne 2017

Ce stage de guitare de Narbonne avait été créé en 2014 par le guitariste Olivier Saltiel pour accueillir chaque année des stagiaires du monde entier venus travailler avec Roland Dyens. 

En octobre 2016, Roland dû renoncer à venir diriger ce stage malgré l’envie qu’il en avait, et a demandé à Laurent Blanquart, son collègue du CNSMDP, de le remplacer au pied levé. Roland est parti vers les étoiles juste après la fin  du stage, le 29 octobre 2016.

Screenshot_2017-11-03-02-18-57-1En octobre 2017, le stage qui porte désormais le nom de  » Stage international de guitares Roland-Dyens de Narbonne », a perduré dans ce même état d’esprit d’ouverture autour de la musique de Roland.

Cette année, Olivier Saltiel a choisi de monter avec les nombreux stagiaires, le Concerto en Si pour guitare solo et ensemble de guitares de Roland Dyens, et a invité Jérémy Jouve, ancien élève de Roland au CNSMDP pour la partie soliste et Laurent Blanquart pour la direction d’orchestre.

 

Programme du concert du 4 novembre 2017:

Filmaginaires de Roland Dyens, interprété par Olivier Saltiel, Jérémy Jouve, Laurent Blanquart et Atahualpa Ferli

Concerto en Si de Roland Dyens, Premier mouvement. Direction: Laurent Blanquart, soliste Jérémy Jouve et avec l’ensemble des stagiaires.

Merveilleux moments en photos:

Jérémy profil repet

Jérémy Jouve et les stagiaires en répétition du Concerto en Si© LDT

Jérémy2 repet

Jérémy Jouve et les stagiaires en répétition du Concerto en Si © LDT

RépetSI

Répétition du Concerto en Si. Dir° Laurent Blanquart © LDT

Jérémy répet

Jérémy Jouve en répétition du Concerto en Si © LDT

Laurent direction2

Laurent Blanquart, Direction © LDT

élèves

Les stagiaires très appliqués © LDT

Laurent Direction

Laurent Blanquart dirige le concerto en Si de Roland Dyens © LDT

ta bouche

Filmaginaires de Roland Dyens avec Jérémy Jouve, Laurent Blanquart, Olivier Saltiel et Atahualpa Ferly © LDT

JéréLaurent_salut

Laurent Blanquart et Jérémy Jouve © LDT

Jérémy soliste©Laura Dyens-Taar

Jérémy Jouve en concert. Concerto en Si de Roland Dyens. © LDT

saluts

Après le concert : Jérémy Jouve, Laurent Blanquart, Laura Dyens-Taar et Olivier Saltiel © LDT

Olivier

Olivier Saltiel, Directeur artistique du stage de Narbonne et des stagiaires © LDT

20171103_135831

Tous les stagiaires et professeurs. Stage de Narbonne 2017

20171102_155434

Master class de Jérémy Jouve dans la merveilleuse salle des Orientalistes

AUTOUR DU CONCERT

Screenshot_2017-11-03-01-19-59-1

Laura Dyens-Taar et Laurent Blanquart

Screenshot_2017-11-03-02-11-00-1

Laura Dyens-Taar, Laurent Blanquart et Jérémy Jouve, après le concert

20171103_140121

Olivier Saltiel, Laura Dyens-Taar, Laurent Blanquart, Verioca Lherm, Jérémy Jouve

 

 

 

 

 

 

 

 

Les 3 baisers du diable, opérette fantastique d’Offenbach en un acte

TitreLes trois baisers du diable

Opérette fantastique en un acte
Livret de Eugène Mestépès
Musique de Jacques Offenbach
créée le 15 janvier 1857

Gaspard : Marc LabonnetteJacques : Marc Larcher; Jeanne : Anaïs Constans
Georget : Marine Chagnon

Etudes Musicales et piano : Nina Uhari
Adaptation et Mise en scène : Yves Coudray
Marionnettes et théâtre d’ombre : Damien Schoevaert

Costumes : Michel Ronvaux

Présenté au Festival Offenbach d’Etretat – Août 2017

Pour racheter son âme au diable, Gaspard doit obtenir de la femme de Jacques, un bucheron, qu’elle lui dise par trois fois,  » je t’aime », aveu qu’il ponctuera de trois baisers. Malgré les tentations merveilleuses qu’il fait apparaître à ses yeux, Jeanne la très pure, la très croyante, de cède pas. Mails le maléfique Gaspard enlève son enfant…

Intro théâtre d'ombresJacques et M. OffenbachOmbre2Les MarcGaspart Gorget et JacquesRéunionJacques et Gaspart amisGeorget et Gaspart nezGaspart et Jeanne abattueGaspart fumée et JeanneGorget et JeanneOmbreAlcazar d'EtretatA boireJeanne robe couleurGaspart grrrJeanne et Gaspart Fumée 2Gaspart et JeanneJeanne chanteSaluts2Troupe

 

 

Photos de l’Ile de Tulipatan d’Offenbach à la Garenne Colombes le 9/11/2017

L’Île de Tulipatan de Jacques Offenbach par la Cie Yves Coudray

Opéra-bouffe en un acte (1h15 sans entracte)

Mise en Scène : Yves COUDRAY

 

Avec Marc Larcher  (Hermosa), Edwige Bourdy (Théodorine), Clémence Olivier (Alexis), Yves Coudray (Romboïdal), Gilles Bugeaud (Cacatois XXII) – Piano : Nina UHARI et Philippe HUI / Décor et costumes : Michel RONVAUX / Chorégraphie : Anne-Marie GROS / Régie : Franck Rousseau / Photos : ©Laura Dyens / Une production du Festival Offenbach d’Etretat – Production déléguée: La Locomotive des Arts

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Gilles tousourireOn vientscène tousPtes cuillèrestu me l'as juréVioloncellepianistesBarcarole2Edwige OhhhPiano scène début (1)Salut pour Cacatoix (1)Edwige fantomasLes amoureux dansentGilles BarcarolePhoto de classe couleurLoges

Logo Loco

Contact: La Locomotive des Arts

lalocomotive5@orange.fr

Tel: +33 (0)6 87 37 35 17