Programme Concerto pour guitare et orchestre

Ensemble Dénote

L’Ensemble Dénote et les guitaristes solistes © Lou Gastine

ENSEMBLE DÉNOTE
Direction Mathieu Braud

Orchestre de 11 à 15 instrumentistes (minimum) et chef d’orchestre

CONCIERTO D’ARANJUEZ de Joaquín Rodrigo
Soliste : Cassie Martin

 

CONCERTO MÉTIS de Roland Dyens
Soliste : Orestis Kalampalikis


EN BIS : LE TANGO EN SKAI de Roland Dyens
Soliste : Orestis Kalampalikis

 

 

POUR LA PETITE HISTOIRE !

LE CONCIERTO D’ARANJUEZ de Joaquín Rodrigo (1939)
Pour guitare, orchestre à cordes et à vent

Le concerto d’Aranjuez de Joaquín Rodrigo est une des oeuvres de musique classique les plus jouées au monde. Il doit son nom aux jardins du Palais Royal d’Aranjuez, à une quarantaine de km de Madrid. Joaquín Rodrigo a souhaité que son concerto transporte l’auditeur dans un autre espace et un autre temps, que son œuvre capture « les fragrances des magnolias, le chant des oiseaux, et les ruissellements des fontaines » du jardin d’Aranjuez. 

« En 1939, je me trouvais debout dans mon petit appartement de la rue St Jacques {…}; lorsque soudain, j’entendis chanter dans mon intérieur le thème complet de l’Adagio {puis} le thème du troisième. Je me suis tout de suite rendu compte que l’œuvre était faite “.
Joaquín Rodrigo 

La première eut lieu le 9 novembre 1940 au Palais de la Musique de Barcelona. 

Ce concerto est en trois mouvements :

  1. Allegro con spirito, animé par un rythme vigoureux
  2. Adagio, le mouvement le plus connu, et qui est un dialogue entre la guitare et des instruments solo
  3. Allegro gentile, qui rappelle une danse de cour, avec une combinaison de rythmes binaires et ternaires soutenant un tempo vif jusqu’à la fin.

 

LE CONCERTO MÉTIS de Roland Dyens
pour guitare et orchestre à cordes (1990) 

“ Classique dans sa forme (vif-lent-vif, cadence), ce concerto pour guitare et orchestre à cordes en hommage à la divine Ida Presti se caractérise, en premier lieu, par la diversité des styles de musiques dont il est traversé de bout en bout, justifiant ainsi son nom sans la moindre ambiguïté”. Roland Dyens

Créé en 1990 avec l’orchestre régional P.A.C.A, ce concerto en trois mouvements (Allegro rubato, Allegretto, Allegro rubato) est métissé de musique traditionnelle Vénézuélienne, de musique impressionniste mais aussi de jazz avec sa “cadence facultative”. Il reflète ce qu’était le compositeur Roland Dyens :  un guitariste classique lui-même métissé par les multiples influences qui l’ont façonné : la musique Sud-américaine de Heitor Villa-Lobos, Leo Brouwer ou Egberto Gismonti, le jazz, qu’il considérait comme le plus bel événement du XXème siècle, et celle de ses ancêtres guitaristes-compositeurs comme Fernando Sor, Federico Tarrega et Emilio Pujol. 

Ecoutez le premier mouvement du Concerto Métis interprété par Roland Dyens et le Serenata Orchestra dirigé par Alexandre Siranossian, et édité par L’empreinte Digitale (1997)

« Roland DYENS poursuit ainsi son œuvre de bâtisseur. Son Concerto métis mérite de devenir aussi écouté que le fameux Concert d’Aranjuez » Nicolas Dextreit, juillet 1997 

 

 

LES COMPOSITEURS

JOAQUIN RODRIGO, compositeur

Joaquín Rodrigo commence ses études musicales en Espagne avec Francisco Antich, Enrique Goma et Eduardo López-Chávarri. Il suit ensuite les cours de Paul Dukas à la Schola Cantorum à Paris de 1927 à 1931. Il fréquente alors le milieu musical parisien, et rencontre, notamment, Maurice Ravel et Manuel de Falla. 

Il revient définitivement en Espagne en 1939 après la guerre civile, où est créé le 9 novembre 1940, à Barcelone, son fameux concerto en hommage à la ville d’Aranjuez, proche de Madrid en Castille. Désormais célèbre, il ne cessera de composer pour livrer une œuvre variée qui couvre aussi bien la musique de scène, la musique concertante (concertos pour guitare, piano, violon, violoncelle, harpe, etc.), que la musique vocale ou la musique de chambre et le flamenco.

Atteint de cécité depuis son jeune âge, Joaquín Rodrigo composait en braille, puis dictait chaque partie séparée à un copiste, avant d’envoyer, après correction, la partition à un éditeur.

Fréquemment dans ses œuvres, Joaquín Rodrigo fait apparaître le chant du coucou, qui est comme un signe distinctif de son œuvre.

Rodrigo fut aussi Directeur du département musical de Radio Nacional de España et occupa dès 1939 la chaire de musique Manuel de Falla à l’Université de Madrid. En 1980, il reçoit la Médaille d’or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l’Éducation, de la Culture et des Sports. En 1991, il est anobli par le Roi Juan Carlos I avec le titre de marquis de los Jardines de Aranjuez. Il reçoit en 1996 le Prix Prince des Asturies.

En 2019 fut célébré le 20ème anniversaire de son décès survenu le 06 juillet 1999. 

Aujourd’hui, sa fille Cécilia gère son oeuvre colossale dans le cadre de la Fundación Victoria y Joaquín Rodrigo à Madrid. 

 

ROLAND DYENS, guitariste et compositeur

Né en 1955, Roland Dyens rentre à 13 ans à l’Ecole Normale de Musique de Paris dans la classe du Maître espagnol Alberto Ponce, et suit parallèlement la classe d’écriture du compositeur et chef d’orchestre Désiré Dondeyne.

Tout au long de sa carrière, il reçut de très nombreuses distinctions parmi lesquelles le «Premio Speciale» puis la «Chitarra d’Oro» du Concours International Città di Alessandria (Italie), le «Premio per la Composizione» du Festival International Città di Fiuggi (Italie), ainsi que le prestigieux «Grand Prix du Disque de l’Académie Charles-Cros». Également lauréat de la Fondation Menuhin, il reçut les rares cinq étoiles de la presse Canadienne et Espagnole. Sa carrière fut couronnée par le très prestigieux “Artistic Achievement Award” décerné par Guitar Foundation of America en 2017. 

Roland Dyens se partagea aux quatre coins du monde entre les concerts, la composition et l’enseignement. Cette triple alliance fut le socle même de l’indiscutable succès de ce musicien qui était en constante évolution.

Ses récitals (récitaux comme il s’amusait à dire) furent toujours des événements. Certains parlent même de profonde «réconciliation» avec la guitare classique. Ses master-classes rassemblaient un public très nombreux grâce à la teneur de son discours riche et novateur et sa sincère proximité avec les jeunes guitaristes avec qui il vécut des rencontres heureuses centrées sur ses maîtres mots :  la qualité et l’émotion. 

L’approche hyper-sensible et colorée qu’avait Roland Dyens de celle-ci, son incontestable ouverture d’esprit associant toutes les musiques en un seul et même programme, son improvisation d’entrée ou son rapport unique à l’auditoire faisait de lui l’un des porte-drapeaux de la guitare contemporaine, le plaisir en plus.

Ses compositions et ses arrangements, joués aujourd’hui dans le monde entier, font l’unanimité et apportent un souffle nouveau sur cette guitare dont il repoussa sans cesse les limites.

Professeur au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Roland Dyens nous a quittés le 29 octobre 2016. Son immense œuvre est aujourd’hui gérée par l’Association Roland Dyens in the skaï en collaboration avec ses éditeurs et ses enfants.  

 

CONTACT CONCERT

 

LA LOCOMOTIVE DES ARTS

La boite de prod qui aime les artistes

Laura Dyens-Taar ou Françoise Pech

Tel : +33 06 87 37 35 17

lalocomotive5@orange.fr

http://www.lalocomotivedesarts.com

Montreuil (France)

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s