«  Stupéfiante ! Marie Dubas de haut en bas » avec Edwige Bourdy

DSC_2184

Stupéfiante ! Marie Dubas de Haut en Bas”


Mise en scène : Vincent Vittoz
Comédie et chant : Edwige Bourdy
Piano: Christophe Maynard
Chorégraphie : Anne-Marie Gros
Costumes et accessoires : Michel Ronvaux

 

Tour de chant déjanté entre rires et larmes autour du répertoire de MARIE DUBAS, la plus brillante fantaisiste de l’entre-deux-guerres

MARIE DUBAS était pour COLETTE « cette femme belle comme un tison qui compose un chanson avec un lucidité de peintre ardent et patient ».

« Le Tango stupéfiant », « Mon légionnaire », « Le doux caboulot », « Pedro », « La mauvaise prière », « Quand je danse avec lui »… et autres cinq cents titres, auront étés savamment choisis et interprétés pendant plus de 30 ans par cette révolutionnaire de la chanson française.

Pourquoi ce spectacle ?
« Parce que lorsque j’ai entendu les enregistrements de MARIE DUBAS, mon cœur n’en a pas cru ses oreilles. Comment était-ce possible, à la fois tant de fantaisie, de culot, de grâce, d’émotion de douce folie !… Cette femme m’a électrisée et bouleversée à la fois
et j’ai senti que je ne pouvais pas passer à côté de ce répertoire. Aussi, lorsque VINCENT
VITTOZ m’a suggéré cette aventure théâtrale et musicale, j’ai fumé de l’eucalyptus, prisé
trois boules de naphtaline et j’ai dit : « OUI ». Edwige Bourdy, chanteuse

L’irrésistible EDWIGE BOURDY s’est emparée de cet incroyable répertoire de MARIE DUBAS, l’enfant terrible du music-hall , véritable révolutionnaire de la chanson .
Du «Tango stupéfiant », à « c’est toujours ça d’pris » , de « j’suis bête » au « vieux phonographe » chaque interprétation est une petite horlogerie d’une virtuosité éblouissante donnant vie à toute une galerie de personnages, loufoques, pathétiques, poétiques ou désopilants.
Depuis sa création en 2003 à La Péniche Opéra, le Tambour Royal en 2004, le festival d’Avignon 2005, le spectacle triomphe dans toute la France pour notre plus grand plaisir .

 

MARIE DUBAS

En 1927, avec son passage en tête d’affiche à l’Olympia, commence pour MARIE DUBAS une carrière de trente années de chansons et de succès qui vont la consacrer comme une des toutes grandes interprètes de la chanson française. Héritière en quelques sorte d’YVETTE GUILBERT et modèle et exemple absolu pour la jeune EDITH PIAF. Cela malgré la brisure de la guerre 39-45. En exil elle ne cesse de chanter, en Amérique, au Portugal, en Afrique du Nord, en Suisse enfin, d’où elle revient en 1945. 
Elle retrouve l’Olympia en 1955, que BRUNO COQUATRIX vient de rendre à la chanson, dans un programme mémorable en compagnie de DAMIA.  Sa santé seule la contraint à mettre un terme en 1958 à une carrière de 50 ans de scène. En effet elle avait commencé à paraître dès l’age de 14 ans au théâtre (comédies, drame, opérettes, revues, auprès des « Grands » (MISTINGUETT, CHEVALIER) et cette formation l’avait conduite à l’explosion dans la chanson. Chemin inverse de beaucoup de grands « cracks » RAIMU, JEAN GABIN, FERNANDEL, YVONNE PRINTEMPS, qui sont allés eux, du music hall vers le théâtre. C’est sans doute cette longue formation théâtrale qui à permis à MARIE DUBAS d’établir un tour de chant, ou de chansons, jouant sur toute la gamme des sentiments, du comique au tragique, qu’elle mêlait sans cesse, faisant rire parfois dans le premier couplet et pleurer dans le dernier. En 1932, elle s’essaya la première sans doute, au récital de 35 à 40 chansons, seule en scène, accompagnée d’un piano. Cette formule inaugurée par elle à Paris au Grand Théâtre des Champs Elysées en mars 1933 sera reprise par MAURICE CHEVALIER qui ne l’adoptera pourtant qu’après la guerre, suivi par tous les grands : PIAF, MONTAND, etc. Avec un répertoire tel que le sien, MARIE DUBAS aura le privilège de toucher durant les trente années de son « vedettariat » tous les publics, du plus populaire au plus « snob ». Elle passera des grandes salles de 3000 places aux cabaret intimes avec le même bonheur.

«  Ce m’est un bonheur aujourd’hui trente années après qu’elle nous a quittés, de voir
quelques unes de ses chansons accessibles aux amoureux de la Chanson Française et à
tous ceux et à toutes celles qui, je n’en doute pas auront aujourd’hui, demain, ou plus
tard, le désir de renouer le fil qui, au delà des années, lie les chansons entre elles et les
interprètes entre eux » .  François Bellair

«  EDWIGE BOURDY n’est pas et ne sera jamais MARIE DUBAS. Mais elle en a la fantaisie, mais une fantaisie, voir une folie toute personnelle qu’elle met au service de ce répertoire qui semble avoir été créé pour elle. Et c’est cela que j’ai choisi de mettre en scène. Ce n’est ni un spectacle sur MARIE DUBAS avec EDWIGE BOURDY, ni un récital d’
EDWIGE BOURDY avec le concours de MARIE DUBAS. Avec l’appui de CHRISTOPHE MAYNARD, et grâce à un travail musical approfondi, Edwige s’est fait sien ce répertoire, mais toujours avec l’humilité de garder en mémoire l’esprit des chansons de MARIE DUBAS et cela tout d’abord grâce à un travail musical approfondi. Ensemble, nous avons décortiqué les textes pour en faire surgir ce qui aujourd’hui peut encore nous émouvoir ou nous faire rire et puis à la fin de ce travail, elle a laissé parler, surgir cet étonnant
tempérament qui est le sien afin de réaliser son spectacle. Personne dans cette entreprise n’a travaillé pour soi. MARIE DUBAS travaillait pour son public, EDWIGE BOURDY et CHRISTOPHE MAYNARD travaillent à servir au mieux cette grande interprète et ce répertoire, moi, avec le concours d’ANNE-MARIE GROS, j’ai travaillé à servir les talents d’Edwige pour ainsi mieux l’offrir au public d’aujourd’hui.
Et devant tout ce « travail », je crois que de là-haut, MARIE DUBAS qui aimait tant cette valeur, peut être heureuse et fière. Ainsi la boucle est bouclée. Vincent Vittoz

VINCENT VITTOZ

A l’issue de ses études à l’ENSATT et depuis ses débuts comme assistant metteur en scène aux Chorégies d’Orange, VINCENT VITTOZ est devenu un artiste à multiples facettes. A la fois chanteur (ténor), comédien, metteur en scène et aujourd’hui Professeur de Scène au
Conservatoire national Supérieur de Musique de Paris, il se consacre entièrement au Théâtre Musical.

Son parcours éclectique l’a conduit de l’univers du théâtre, du cinéma à celui du théâtre
lyrique et de la comédie-musicale: parmi ses nombreuses interprétations: La Petite Boutique des Horreurs (Nomination aux Molières et aux Victoires de la Musique 1987), Rêves d’écluses, à la Péniche-Opéra, Jean Valjean dans Les Misérables (Molière 1993 du meilleur spectacle musical) et Léopold de L’Auberge du Cheval Blanc au Théâtre Mogador, Christophe Colomb (Molière 1992 du meilleur spectacle musical) et Molière dans Les Empires de la Lune avec la compagnie Fracasse… VINCENT VITTOZ s’est produit également dans La Vie Parisienne à l’Opéra de Liège, La Périchole au festival d’Ajaccio, La Poule Noire à Saint-Etienne, Barnum au théâtre des Célestins, Trois Valses à l’Opéra de Marseille, il est Don José dans Carmen de Bizet au Festival de Gavarnie et pour le Grenier de Bourgogne ainsi qu’ Henry Etches dans Titanic à l’Opéra d’Avignon, le Roi Bobêche dans Barbe-Bleue à l’opéra de Fribourg.
Au cinéma, on a pu le voir dans La Maison Assassinée de GEORGES LAUTNER. En tant que metteur en scène, Vincent Vittoz s’illustre entre autres, dans Bataclan et Croquefer (OFFENBACH) à l’Opéra de Lausanne, Le Songe d’une Nuit d’Eté (BRITTEN), Le Médium (MENOTTI) et Les Aventures du Roi Pausole (HONEGGER) pour l’Opéra de Fribourg.
Pour l’Opéra de Metz Les Tréteaux de Maître Pierre (DE FALLA), Mort à Venise (BRITTEN) et Don Carlos(VERDI) . Au Festival de Saint-Céré, il met en scène La Cambiale di Matrimonio (ROSSINI), à l’Opéra de Genève Madame de… (DAMASE) et Xerxès (HAENDEL), Don Procopio (BIZET) à l’opéra de Rennes, L’Enlèvement au Sérail à l’Opéra de Marseille.
Les opéras de Tours, Nantes, Angers, Rennes l’invitent pour Fantasio (OFFENBACH).
L’Etoile (CHABRIER) est représenté à Tours, Toulon, et Rennes, Pelléas et Mélisande
(DEBUSSY) à Rouen, au musée d’Orsay, à Damas et Ankara. Tom Jones (PHILIDOR) dont il
signe également l’adaptation voit le jour à Lausanne , Véronique (MESSAGER) à Limoges et Metz ; Dans ces dernières mises en scène citons : La petite Renarde Rusée (JANACEK) au CNSMDP, spectacle qui sera repris par les opéras de Rouen et de Reims, Véronique (MESSAGER) à l’opéra d’Avignon, La Servante Maîtresse (PERGOLESE) avec Les Paladins pour la Clef
des Chants, Le Mouchard à l’Opéra Comique et en projet « Lundi, Monsieur vous serez
riche »de REMO FORLANI et ANTOINE DUHAMEL à l’Opéra de Metz.(création 2011) ainsi que la Voix Humaine (POULENC) pour Besançon et le Théâtre de l’Athénée à Paris, Die
Entführung aus dem Serail à l’opéra de Rennes, L’Enfant et Les Sortilèges au festival de la
Meige, Cavalleria Rusticana à l’Opéra de Saint-Etienne et La Vénitienne de MICHEL DE LA BARRE au Centre de Musique Baroque de Versailles

EDWIGE BOURDY

Elle aborde la musique très jeune par le piano et la danse et côtoie la scène depuis l’âge de 5 ans. Après ou parallèlement à ses études au Conservatoire National de Région de Toulouse, au CNIPAL de Marseille, à l’École d’Art lyrique de l’Opéra de Paris puis au Centre de Musique Baroque de Versailles, elle interprète plusieurs rôles importants du répertoire Lyrique et chante aussi bien les compositeurs contemporains que la musique ancienne, mais également la chanson et le répertoire de comédie musicale.
Complètement séduite par le répertoire de MARIE DUBAS, elle se produit dans un tour
de chant intitulé « Marie Dubas de Haut en Bas » , mise en scène par VINCENT VITTOZ,
avec au piano CHRISTOPHE MAYNARD, au Festival d’Avignon et en tournée, Opéra de
Toulon, Opéra de Besançon …
Elle crée en 2007 au Festival d’Avignon une comédie musicale « l’Oiseau Rare » écrite pour elle par YVES COUDRAY sur une idée et dans une mise en scène de CAROLINE LOEB avec au piano GILLES BAISSETTE et BENOIT URBAIN , spectacle repris en 2008 pendant cinq mois au Théâtre du Ranelagh puis en tournée et joué tout dernièrement à l’Opéra de Nice.
Elle a interprété à l’Opéra de Saint-Etienne Agathe Coquenard dans « Véronique » d’ANDRE MESSAGER. Elle était à l’Opéra de Metz, pour jouer Antoinette dans « Ô mon Bel Inconnu » de SACHA GUITRY et REYNALDO HAHN, une comédie musicale créée précédemment à l’Opéra de Rennes et, « Francine » dans « Un de la Cannebière » de VINCENT SCOTTO. Avec la Compagnie Tutti Arti, elle à la participé, à la Ferme de la
Villefavard, puis au Festival des Bouchures, à la création de « Musique de Placard » un spectacle de VINCENT VITTOZ composé d’un savoureux mélange de pièces d’OFFENBACH et d’extraits des « Diablogues » de ROLAND DUBILLARD. Elle a fait partie de la création de la compagnie: « En Attendant le Messie », spectacle musical conçu à partir de textes de HANOK LEVINE , musique de DENIS CHOUILLET , mise en scène de JEAN-PHILIPPE SALERIO. 
Pendant plusieurs années, Edwige Bourdy participe aux productions de MIREILLE LARROCHE à la Péniche Opéra : « Le Toréador » ADOLPHE ADAM, « les Docteurs
Miracles » BIZET-LECOCQ, « les Caf’Conc’ » HERVE, « la Belle Lurette » VINCENT BOUCHOT compositeur également des « Cantates de Bistrot » d’après les « Brèves de Comptoir » de JEAN-MARIE GOURIO, « La Poule Noire » et « Rayon des Soieries » MANUEL ROSENTHAL…et « Shadoks et Compagnie » comprenant notamment le premier épisode d’une saga autour de l’histoire des Shadoks de JACQUES ROUXEL, mis en musique par DENIS CHOUILLET de même que le deuxième épisode intitulé : « Des Shadoks à Dada », mis en scène par ANNE-MARIE GROS , spectacles en tournée dans toute la France : Théâtre Impérial de Compiègne, Opéra de Reims …

Aujourd’hui, Edwige Bourdy travaille notamment avec le metteur en scène Yves Coudray, dans des opérettes de Jacques Offenbach qui tournent régulièrement, mais aussi avec de nombreux autres metteurs en scène, en parallèle de son travail de professeur d’Art Lyrique dans différents Conservatoires. 

CHRISTOPHE MAYNARD

Diplômé du Conservatoire National de Région de Rueil-Malmaison et de
l’Ecole Normale de Musique de Paris, CHRISTOPHE MAYNARD a travaillé auprès de DOMINIQUE MERLET, VICTORIA MELKI et BRUNO RIGUTTO. Il se produit en concert comme soliste ou en musique de chambre tant en France qu’à l’étranger (Allemagne, Danemark, Hongrie, Russie, Japon, Brésil, Norvège, Suisse, Hongrie, Serbie, Roumanie).
Christophe Maynard

Son premier disque Eloge du piano français (LYRINX) comprend des oeuvres de D’LNDY, ROPARTZ, SEVERAC et GABRIEL DUPONT. Son second disque Musique au Louvre sous le second Empire (Maguelone) réunit le grand trio op.26 de JACQUES BLUMENTHAL (JEAN-CLAUDE BOUVERESSE violon, ODILE BOURIN violoncelle) et des oeuvres de JULES COHEN, PASDELOUP et SAINT-SAËNS.

Passionné de musique française, CHRISTOPHE MAYNARD en est un des meilleurs
défenseurs; il associe une brillante carrière de soliste à celle de « découvreur » de chefs d’oeuvre de musiciens méconnus ou délaissés.
En 1994, au Festival d’Avignon, CHRISTOPHE MAYNARD accompagne la chanteuse FRANÇOISE COURBARIEN lors de la création du spectacle « Chansons Rosses », retraçant la vie et l’œuvre D’YVETTE GUILBERT. Avec le baryton FRANCIS DUDZIAK, il réunit un programme de chansons montmartroises Autour du Chat Noir qu’ils interprètent en France et en Allemagne. En avril 2003, il effectue une tournée en Europe Centrale
avec le duo lyrique québécois BRUNO LAPLANTE – FRANCE DUVAL dans un programme de mélodies, d’opérettes et de chansons françaises. Régulièrement invité par la Péniche-Opéra à Paris, il participe à des spectacles où musique, théâtre, danse, conte et marionnettes sont étroitement liés.
« CHRISTOPHE MAYNARD est beaucoup plus qu’un accompagnateur. Non seulement il suit, du bord de la chaise, chaque tirade d’un discours très libre, mais il maîtrise aussi chanson alternée, exclamations et commentaires. Il pourrait sans aucun doute donner un spectacle à lui seul. » – Politiken (Danemark).

ANNE-MARIE GROS

Danseuse et comédienne de formation, son travail de chorégraphie débute avec Ariane
à Naxos de Strauss ; suivent de nombreuses collaborations dont la chorégraphie de
West Side Story au Volksoper de Vienne, mise en scène PHILIPPE ARLAUD. L’année
2004 sera notamment marquée par une nouvelle collaboration avec PHILIPPE ARLAUD
pour la trilogie Monteverdi (Orfeo, L’Incoronazione di Poppea, il ritorno d’Ulysse) au
grand théâtre de Genève et « Die Tode Stadt » de KERNGOLD à l’Opéra de Berlin.
Elle chorégraphie les spectacles du Crea (amphithéâtre de la Bastille et invité aux
Victoires de la musique). Elle met en cène “entre ciel et terre” spectacle de mélodies françaises dernièrement joué à l’opéra de Limoges.
MICHEL RONVAUX

Après des études de décorateur scénographe à l’ENSATT. MICHEL RONVAUX est attiré
par l’Opéra où il travaille comme décorateur costumier. Une curiosité permanente et des goûts créatifs très éclectiques, l’ont amenés à participer à différents types de spectacles: opéras baroques et contemporains (MIREILLE LARROCHE, YVES COUDRAY, VINCENT VITTOZ), ballets (ROLAND PETIT), théâtre (Comédie Française, Odéon), cinéma (Warner Bros), téléfilm (télécip), clips (GUESCH PATTI, SYLVIE VARTAN…) et clips publicitaires (Olympia).
CV du spectacle :
novembre 2003 – Péniche Opéra – Paris
août 2004 – Festival des Châteaux – Bruniquel
septembre 2004 – Théâtre Municipal – Villefranche de Rouergue
hiver 2004 – Tambour Royal – Paris
juillet 2005 – Festival Off – Avignon
août 2005 – Festival de Lanquais
septembre 2005 – Théâtre Municipal – Villefranche de Rouergue
octobre 2005 – Espace Lino Ventura – Garges-lès-Gonesses
décembre 2005 – Espace Croix Baragnon – Toulouse
février 2006 – Auditorium Jean Cayrou – Colomiers
juin 2006 – Festival musical de Maintenon – « Sonores »
février 2007 – Les rencontres musicales – Albertville
mars 2007 – Théâtre Romain Rolland – Villejuif
septembre 2007 – Péniche Opéra – Paris
août 2008 – Ferme de la Villefavard
août 2008 – Festival de Bouchures – Saint Benoît-du-Sault
octobre 2008 – Carré Bellefeuille – Boulogne-Billancourt
janvier 2009 – Théâtre des trois Vallées – Palaiseau
mai 2009 – Auditorium Jean-Pierre Miquel – Vincennes
mai 2009 – Festival de Saint-Céré
mai 2009 – Espace du Maître de Poste – Coudekerque Branche
mai 2009 – Théâtre – Besançon
octobre 2009 – Opéra – Toulon
décembre 2009 – Le Phénix – Valenciennes
août 2010 – Rencontre Musicales des Neuf Fontaines – Couflens
juin 2011 – Vingtième Théâtre – Paris
mars 2012 – Opéra – Saint-Etienne
septembre 2012 – Opéra – Rennes

Juin 2019 : reprise du spectacle, dates à venir

Revue de Presse – Ils ont dit ou écrit…

« Ce spectacle n’est ni un hommage, ni un plagiat mais une re-appropriation du répertoire de Marie Dubas par Edwige Bourdy, sans pour autant trahir l’esprit des chansons créées pour la plupart durant l’entre deux guerres.» MARTIN PENET (France musique)

…Nous sommes venues mon amie Suzanne Sarroca et moi, pour vous voir et vous entendre. J’ignorais que j’allais passer une soirée aussi pétillante, drôle, pleine de charme, de talent, de vivacité, d’esprit, d’humour, de grande classe et jamais de vulgarité. Bravo pour cette performance. » MADY MESPLE

Edwige Bourdy m’a «stupéfié». Sans avoir jamais vue Marie Dubois, ma mère, et pour
cause, elle réinvente sa cocasserie. D’abord elle s’amuse elle-même, fonce à fond
dans la loufoquerie et la rejoint dans l’émotion. » FRANÇOIS BELLAIR

« Je vous découvre et je vous applaudis. Merci de faire revivre si bien la grande Marie Dubas ». SUZIE DELAIR

…J’ai vu le spectacle d’Edwige Bourdy consacré à Marie Dubas, c’était magique, elle a un talent fou, une sensibilité idéale… « NATALIE DESSAY » dans DIAPASON

…Edwige Bourdy est un joyau aux multiples facettes. LA DEPECHE

« Un spectacle ébouriffant, Une interprète étonnante » LESBIA MAGAZINE

Une heure de vrai bonheur, LES ECHOS

…Parce que ce tour de chant est intelligemment théâtralisé par la mise en scène de Vincent Vittoz, parce que la belle Edwige Bourdy est une artiste aux multiples talents, merveilleuse comédienne et chanteuse accomplie, parce que son partenaire Christophe Maynard, non content d’être un excellent pianiste lui donne aussi la réplique… Il faut absolument y courir…CAMPUS

… On sort de là heureux de vivre comme à la fin de «Singin’ in the rain»
ou d’une bouteille de champagne avalée avec celle qu’on aime…LA TERRASSE

…Marie Dubas et Edwige Bourdy sont différentes mais elles ont deux points communs
majeurs : leurs tempéraments et une sensibilité non feinte. Edwige a pour partenaire et
accompagnateur Christophe Maynard qui de son piano prend également parts a ce
spectacle qui n’est pas une comédie musicale mais une succession de véritables petits
tableaux musicaux dans une mise en scène ciselée par Vincent Vittoz et des touches
chorégraphiques d’Anne Marie Gros. Sur une idée de Vincent Vittoz, Michel Ronvaux a
imaginé pour son interprète une petite robe rouge au charme rétro, qui s’agrémente au
gré du spectacle, d’éléments bleu pétrole, qui constituent également le décor de ce
spectacle pour lequel les superlatifs me manquent… OPERETTE

CONTACT : 

signature locoLaura Dyens-Taar
La Locomotive des Arts
Tel : 06 87 37 35 17
lalocomotive5@orange.fr –
http://www.lalocomotivedesarts.com

 

L’ILE DE TULIPATAN d’Offenbach à Noisiel et Vincennes en février 2017

PROCHAINES DATES DE L’ILE DE TULIPATAN  PAR LA CIE YVES COUDRAY

©Laura Dyens

©Laura Dyens

 Samedi 25 février 2017 à 20h30 à Noisiel (77)

  • Auditorium Jean Cocteau de Noisiel – 34 bis rue des Roches – 77186 NOISIEL 
     Tarifs : Plein tarif : 14 € – Tarif réduit 1 : 11 € – Tarif réduit 2 : 6,50 €
     Réservations : Tél. 01 60 37 73 72.

Dimanche 26 février 2017 à 17h à Vincennes (94)

Auditorium Coeur de Ville – 98 rue de Fontenay – 94300 VINCENNES

 Tarifs : Plein tarif : 26 € – Tarif réduit  : 18 € – Divertimento: 16€
 Réservations : Tél. 01 43 98 67 71 ou ICI 

A noter aussi: Mercredi 12 juillet à 20h30 au Festival Lyrique de Montperreux (vers la Suisse)

1 rue de Comice – 25160 MONTPERREUX

Edwige Bourdy est Théodorine

L’île de Tulipatan se place dans la veine la plus bouffe et débridée du compositeur Jacques Offenbach. Cette pièce, crée en septembre 1868, marque aussi son retour en tant que compositeur au théâtre des Bouffes Parisiens, dont il n’est plus le directeur depuis trois ans: « La scène se passe dans l’île de Tulipatan, à 25.000 kilomètres de Nanterre, 473 ans avant l’invention des crachoirs hygiéniques. » Est-il un sujet plus imprévisible, plus insensé que celui-ci ?

????????????????????????????????????

© Laura Dyens

Pour éviter à son roi, la déception de n’avoir pas d’héritier mâle, Romboïdal, grand sénéchal de l’île, décide de faire passer la fille que la reine vient de mettre au monde, pour un garçon prénommé Alexis. De son côté Théodorine, l’épouse de Romboïdal, craignant que le fils auquel elle vient de donner le jour ne soit obligé de partir un jour pour la guerre, ne voit d’autre solution que de déclarer à l’état civil une fille du nom d’Hermosa. Les deux jeunes gens se rencontrent et inévitablement tombent amoureux l’un de l’autre, tout surpris de voir en l’autre le reflet des ce qu’il voudrait être. Alexis, aidé d’une main ferme par Hermosa, qui trouve ce jeune homme décidément bien timide, déclare sa flamme. Toute heureuse, la « jeune fille » se confie à sa mère… Catastrophe ! Après bien des rebondissements, tout rentre dans l’ordre et se termine par le mariage tant espéré.

Voir le teaser officiel : 

 LA PRESSE:

L’ILE DE TULIPATAN

 « Non, on n’voit pas ça à la télé », commentaient deux spectateurs encore hilares à la fin de la représentation de L’Île de Tulipatan au festival Offenbach d’Étretat. Il faut dire que le non-sens et le mélange des genres de ce petit bijou ont gardé intact leur pouvoir comique tant apprécié lors de la création en 1868, où l’engouement avait tourné au délire.

La proximité des extraordinaires chanteurs-comédiens (Marc Larcher, Clémence Olivier, Edwige Bourdy, Yves Coudray et Franck Leguérinel) jouant dans un espace au milieu du public, ajoute encore au décalage. Deux excellents pianistes (Nina Uhari et Philippe Hui) traduisent parfaitement toutes les finesses de la partition. Les jolis costumes de Michel Ronvaux et la mise en scène tout à la fois endiablée et pleine de finesse d’Yves Coudray montrent qu’à côté des transpositions très réussies de Rouen et Paris, il y a encore place pour un classicisme de bonne tenue ». JM Humbert, Forum Opéra 2013

Dans la mise en scène inventive et originale d’Yves Coudray, réglée au millimètre, ce sont tous d’énormes comédiens et chanteurs : la scène où Théodorine (Edwige Bourdy) interprète « Je vais chercher les petites cuillers » est d’une loufoquerie débridée.

Opérette 2013

Un des plus jolis festivals d’été… Un festival qui compte.

Benoît Duteurtre – France Musique 2013

« L’Ile de Tulipatan, une reprise désopilante » – Jean-Marcel Humbert – Forum Opéra 2015

LES ARTISTES : 
Yves Coudray_PhotoJeanPougetYves Coudray, metteur en scène

Il débute à l’âge de sept ans grâce à Yves Allégret qui le choisit pour incarner le rôle principal de son feuilleton télévisé Graine d’Ortie. Il suivra cette voie pendant dix ans.

Admis au CNSM de Paris l’année de ses dix-huit ans, Yves Coudray entame dès lors une carrière de chanteur aussi riche que diverse, avec une prédilection pour le répertoire français. Engagé par les opéras de Genève, Marseille, Bordeaux, Rouen, Nancy, Toulouse, Metz et Lausanne, il participe aussi aux festivals d’Aix-en-Provence, Utrecht, Montpellier et Saint-Etienne.

Parallèlement à sa carrière d’interprète, Yves Coudray signe de nombreuses mises en scène et consacre une partie de son activité à la formation scénique des jeunes chanteurs (Opéra de Paris, les Jeunes Voix du Rhin et le CNIPAL de Marseille, Université de Peperdine en Californie). Son parcours de metteur en scène l’a déjà mené au Liceu de Barcelone pour diriger Steven Cole dans son récital Animals Big and Small et à San Francisco, New York et Boston pour la création mondiale de Lamentations and Praises, drame liturgique de sir John Taverner avec l’ensemble Chanticleer et la Handel & Haydn Society of Boston. Les opéras de Marseille (Salaambô, Manon Lescaut, Attila), Montpellier (Monsieur Choufleuri), Nantes (Manon de Massenet en co-réalisation avec Renée Auphan) et Nice (Fidelio et la Damnation de Faust) l’ont accueillis. Récemment, il était à l’Odéon de Marseille pour Un Soir de Réveillon de Raoul Morettie t le John Styx d’Orphée aux Enfers, et à l’opéra de Nice pour Une Petite Flûte Enchantée, destinée au jeune public dont il signe également l’adaptation en français. Il est le directeur artistique du Festival Offenbach d’Etretat depuis sa création.

Clémence Olivier, soprano

DSC_2924

Jeune soprano française, Clémence Olivier, 1er prix d’Art lyrique, se produit dans L’Elisir d’amore (Donizzetti), Andrea del Sarto (Daniel-Lesur), La Grand’ Tante, Le portrait de Manon (Massenet), La Vie Parisienne, Orphée aux Enfers et Geneviève de Brabant (Offenbach. En 2010 et 2011, elle est engagée par l’Opéra de Metz pour le rôle de Louise dans Les Mousquetaires au Couvent et de Sylvabelle dans l’Auberge du cheval Blanc. Cette année-là, elle est aussi Papagena dans La Flûte Enchantée avec la troupe Figaro si Figaro là. Elle est à l’initiative de la Compagnie l’Envolée lyrique dont le premier spectacle, Cosi fan tutte est un des succès du Festival Off d’Avignon 2011 et 2012. Avec le Concert d’Astrée d’Emmanuelle Haim, elle chante Hippolyte et Aricie de Rameau à l’opéra Garnier, et Médée de M.A Charpentier où elle tiendra le rôle de l’Amour au Théâtre des Champs Elysée et à l’Opéra de Lille. En 2013, elle fait ses débuts à l’Odéon de Marseille avec le rôle de Monique dans Un soir de réveillon de Raoul Morett


 Edwige Bourdy, soprano

????????????????????????????????????

Edwige Bourdy ©Laura Dyens

Edwige Bourdy étudie le chant et l’art lyrique au Conservatoire de Toulouse et à l’Ecole de l’Opéra de Paris. Après ses débuts au Festival d’Aix en Provence et au Capitole de Toulouse, elle se produit à Paris – Théâtre des Champs Elysées, Salle Pleyel, Opéra, Opéra Comique, Péniche Opéra – et dans plusieurs autres maisons d’Opéra : Lyon, Saint-Étienne, Rennes, Metz… ainsi qu’à Londres, Rome, Lisbonne, Tokyo, Athènes, New York… où elle interprète plusieurs rôles du répertoire lyrique, d’Opérette et d’Opéra Comique, ainsi que des rôles issus du répertoire baroque ou contemporain. Passionnée par le Théâtre Musical, elle joue à Paris et en tournée dans nombreux spectacles hauts en couleur.

Marc Larcher, Ténor Lyrique

DSC_2925

Marc Larcher, ténor lyrique, est engagé dès 2002 comme soliste dans des productions d’opéra. Il a chanté dans les opéras d’Avignon, Bordeaux, La Haye, Marseille, Massy, Metz, Montpellier, Nice, Rennes, Saint-Étienne, Toulon, le théâtre du Châtelet, l’Odéon de Marseille. Il interprète un répertoire varié qui s’étend de Mozart à Puccini en passant par Donizetti et Verdi mais son répertoire de prédilection est l’opéra français. Faust de Gounod, Des Grieux dans Manon… En 2007, il participe à l’enregistrement Deutsche Grammophon du Jongleur de Notre-Dame avec Roberto Alagna à Montpellier. La même année, il est lauréat à Marmande et intègre le CNIPAL à Marseille. Il participe également à de nombreuses productions d’opéra-bouffe et opérette : Le chanteur de Mexico, La Belle de Cadix, La Périchole, La Belle Hélène, Barbe-Bleue d’Offenbach….

 En alternance avec Mowgli Laps

????????????????????????????????????

Après avoir obtenu son DEM au Conservatoire du Centre (Paris), le ténor guadeloupéen Mowgli LAPS chante en tant que soliste et choriste dans l’Opéra (Tamino, Don José, Turridu, Samson…), l’opérette (Paris, Aristée Pluton, George de Planteville…) et la comédie musicale (My Fair Lady, Sweeney todd, Anges et démons…). 

Il est également interprète de musiques sacrées (9ème  de Beethoven, Requiem de Mozart, Messa di gloria…), et fait actuellement partie du quatuor Les Stentors qui rencontre un grand succès.

 


Franck Léguérinel

Photo Jean Pouget

Franck Leguérinel. Après des études au CNSM de Paris et à l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris, Franck Leguérinel débute à l’Opéra de Nantes dans La Finta Giardiniera de Mozart et chante depuis sur les scènes françaises les grands rôles mozartiens. Il s’affirme également dans le répertoire français ainsi que dans l’opérette classique. Depuis 1993 il se produit fréquemment à l’Opéra National de Paris dans un vaste répertoire. Il est aussi l’invité du théâtre du Châtelet, de l’Opéra Comique, de l’Opéra National de Lyon, des Chorégies d’Orange, du festival de Salzbourg, du festival de Verbier, du Haendel Festival de Halle, du festival de Saint-Céré, de l’Opéra des Flandres, du Grand Théâtre de Genève, de l’Opéra de Lausanne, de l’Opéra Royal de Wallonie, de l’Opéra de Bilbao…

En alternance avec Gilles Bugeaud

DSC_1714Diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Gilles Bugeaud acquiert une formation théâtrale auprès de Maurice Sarrazin. Il crée un trio comique « La Troisième Ligne », un one man show musical : « J’ai mangé ma fourchette » et écrit avec Pierre Mechanick « Café Allais », un « Opéra fumiste ». Il chante un répertoire allant d’Offenbach à Bernstein en passant par Rossini et Kurt Weill et travaille sous la direction de Mireille Larroche, M. Leiser et P. Caurrier , Philippe Hui, Dominique My, Eric Krüger, Stéphan Druet, Bernard Tétu ou Charlotte Nessi. Il est engagé par Jean-Michel Ribes pour jouer « René l’énervé » sur scène et « Brèves de comptoir » au cinéma.


 Nina Uhari, Chef de Chant

Photo collection privée

Nina Uhari – Chef de Chant1er prix de piano aux concours Hannikainen et Fazer en Finlande et le prix Spedidam au concours du forum de Normandie en France. Elle travaille comme Chef de Chant principal au CNIPAL (Centre National d’Insertion pour des Artistes Lyriques) à Marseille, et est titulaire à l’Ecole Normale de Musique de Paris; Elle est engagé à la Haute Ecole de Genève comme Chef du Chant pour le département vocal. Elle s’est produite en récitals de piano, de lieder et en concerts de musique de chambre en Finlande, France, Allemagne, USA… En 2010 elle forme le duo Alma avec le violoniste Augustin Bourdon. Elle a travaillé au festival de Aix en Provence pour la production de Così fan tutte en tant que chef de chant et a été engagée par l’Opéra de Massy pour faire les études musicales dans la production de Cendrillon de Massenet. (photo Jean Pouget)

Philippe Hui, Direction musicale et piano 

Crédit photo: Laura DyensPhilippe Hui est un chef d’orchestre éclectique qui dirige aussi bien le concert symphonique, que le Ballet, l’Opéra ou l’Opérette.

Après avoir été l’assistant de James Conlon, il a régulièrement dirigé l’Orchestre National de l’Opéra de Paris dans de nombreux opéras et ballets.

Artiste international, il a été invité par de nombreuses autres scènes et festivals en France et à l’étranger. Il y dirige des ouvrages variés à la tête de formations telles que l’Orchestre National de Lorraine, de Bretagne, l’Orchestre Pasdeloup ou encore d’ensembles de jeunes musiciens comme l’Orchestre Ostinato ou l’Orchestre Régional des Jeunes de Haute-Normandie.

 Il a assuré pendant plusieurs années la direction musicale du Festival Opéra en Plein-air et la direction artistique de l’Atelier Lyrique de Haute-Normandie. Il est aujourd’hui le Directeur musical de la Philharmonie des Deux Mondes, orchestre symphonique en Loire Atlantique, tout en menant une carrière de Chef d’Orchestre auprès de Festivals (Festival Offenbach d’Etretat….) et orchestres en France (Orchestre Pasdeloup, Orchestre de l’Opéra de Limoges …) et à l’Etranger comme l’Orchestre de l’Opéra National de Kiev.

Michel Ronvaux, créateur de costumes et scènographe

DSC_1820 - Copie

Diplômé de l’ENSATT, Michel Ronvaux a été responsable de l’Atelier Décoration costumes à l’Opéra Garnier pendant plus de 30 ans. Il a été également responsable de production, tout en créant en parallèle des décors et des costumes pour des clips vidéo, films, opéras baroques et autres, ainsi que des costumes de scène pour divers artistes du spectacle vivant. Depuis 2008, il crée les décors et les costumes des opérettes du Festival Offenbach d’Etretat


En savoir plus sur les autres spectacles de la Cie

Cliquez sur les photos ci -dessous:

bloc-4-ph-2016

signature loco

INFORMATIONS et INVITATIONS POUR LES PROFESSIONNELS (Dossier, tarifs, fiche technique etc..), 

Contacter Laure Taar / La Locomotive des Arts / lalocomotive5@orange.fr ou au 06.87.37.35.17

 

 

 

Les Jeux de l’Amour et d’Offenbach – Fantaisie Lyrique

LES JEUX DE L’AMOUR ET D’OFFENBACH,

Fantaisie Lyrique sur des airs de Jacques Offenbach (1h)

Ecriture et Mise en Scène : Yves COUDRAY 

Avec Edwige Bourdy ou Mélanie Boisvert (Ernestine/ Soprano), Yves Coudray, Jean-Michel Séréni ou Lionel Peintre (Alfred/Baryton) – Nina Uhari ou Erika Guiomar ou Sophie Teulon (piano) – Costumes : Michel Ronvaux

 

????????????????????????????????????

Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni (© Laura Dyens)

Les Jeux de l’Amour et d’Offenbach

L’histoire !

Une soprano et un baryton se retrouvent par hasard, des années après leur séparation, dans l’antichambre d’un impresario préparant une prochaine tournée de Jacques Offenbach en Amérique. La surprise passée, ils évoquent leur histoire au gré des ouvrages qu’ils ont chantés ensemble retrouvant les musiques qui ont accompagné leur couple, du coup de foudre au désenchantement. Entre rires et larmes, se laisseront-ils de nouveau séduire l’un par l’autre ?

Ce pasticcio, est l’occasion de retrouver des airs inscrits à jamais dans la mémoire collective comme ceux de La Vie Parisienne, La Périchole, Les Brigands, La Jolie Parfumeuse, La Fille du Tambour Major ou Orphée aux enfers,  mais aussi de découvrir de magnifiques raretés tirées de Fantasio, Boule de Neige, La Créole  ou Une nuit blanche

 

Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni

Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni

Cette fantaisie musicale a été créée en 2006 par Yves Coudray, ténor et metteur en scène, lors de la 1ère édition du Festival Offenbach d’Etretat dont il est aujourd’hui le Directeur artistique.

????????????????????????????????????

Edwige Bourdy et Lionel Peintre – © Laura Dyens

« Un délicieux spectacle à ne manquer sous aucun prétexte » – Forum Opéra sept 2016

« On aimerait que le spectacle dure toujours et que ce rythme endiablé ne s’arrête jamais » Olivier Bellamy, Huffingtonpost

DOSSIER DE PRESSE A TÉLÉCHARGER ICI

Interview de la troupe par le journaliste Yves Poey 

Les Jeux de l’Amour et d’Offenbach en tournée :

Festival Offenbach d’Etretat (création)

 Théâtre Impérial de Compiègne

Opéra de Tours

Théâtre  des Bouffes Etretatais pour le 10ème anniversaire du Festival Offenbach d’Etretat

Fondation Singer Polignac à Paris 

Sep-nov 2016: Théâtre de Poche – Paris Montparnasse (pendant 2 mois tous les jours)

Le petit Théâtre du Presbytère – Château d’Etienville – (50360)

 Festival de Villefranche sur Rouergue

Place Saint-Sulpice, 75006 Paris : merc. 20 juin 2018 à 20h45 – Plein-air, Entrée libre

Ville de Sucy-en-Bry (94), le dimanche 19 mai 2019 – Plein-air, entrée libre

????????????????????????????????????

Nina Uhari et Jean-Michel Séréni

NOTE D’INTENTION D’YVES COUDRAY, METTEUR EN SCENE

Edwige Bourdy

Edwige Bourdy

L’amour !

Voilà bien le point commun de tous les ouvrages lyriques, légers ou pas.

Même Offenbach, le plus virtuose des amuseurs, n’y échappe pas.  Il en a exploré toutes les combinaisons avec la verve et la causticité qu’on lui connaît, mais aussi la tendresse et le sourire parfois doux-amer qui furent sa marque.

C’est une histoire simple comme celle des opérettes du dix-neuvième siècle, qui sert de trame à ce voyage dans le répertoire de celui que Rossini appelait « Le petit Mozart des Champs-Elysées » : une rencontre imprévue. Celle d’un couple, séparé avec fracas vingt ans auparavant, qui redécouvre l’histoire de leur relation au fil des musiques d’Offenbach qui les ont uni sur scène. Retrouvant les plis laissés par leur liaison, leurs réflexes et leurs routines d’acteurs, les deux chanteurs évoquent la passion des premiers temps mais aussi les déceptions, les rancunes, les douleurs avant de se laisser surprendre, au détour d’une mélodie sincère comme un aveu, par la force d’un sentiment qui ne demanderait qu’à renaître.

Ce pasticcio, conçu pour le tout premier Festival Offenbach d’Etretat, est l’occasion de retrouver des airs inscrits à jamais dans la mémoire collective comme ceux de La Vie Parisienne, La Périchole ou Orphée aux enfers,  mais aussi de découvrir de magnifiques raretés tirées de Fantasio, Boule de Neige, La Créole  ou Une nuit blanche…

Une sorte de dictionnaire amoureux d’Offenbach, grand compositeur et immense homme de théâtre qui fût le symbole d’une époque

 

BIOGRAPHIE DES ARTISTES (selon distribution des 3 artistes sur scène)

YVES COUDRAY,

Auteur et metteur en scène

 DSC_1581

Après un début de carrière à la télévision, au cinéma et au Théâtre, Yves Coudray intègre le CNSM de Paris et entame dès lors une carrière de chanteur avec une prédilection pour le répertoire français, dans de nombreux opéras en France, à l’étranger (Genève, Marseille, Nice, Bordeaux, Rouen, Metz …), et dans plusieurs festivals (Aix-en-Provence, Utrecht, Montpellier et Saint-Etienne…).

Parallèlement à sa carrière d’interprète, Yves Coudray signe de nombreuses mises en scène en France, à l’Opéra de Marseille, Montpellier, Nantes, Nice… mais aussi à l’étranger, en Espagne, Etats-Unis… Il consacre une partie de son activité à la formation scénique des jeunes chanteurs (Opéra de Paris, Conservatoire de Pantin …) et fut pendant 10 ans conseiller artistique à la Péniche Opéra à Paris où il sera l’artisan et l’interprète de nombreuses reprises d’œuvres oubliées du répertoire Français. Il est depuis 2010 le directeur artistique du festival d’Offenbach d’Etretat.

LES CHANTEUSES SOPRANO 

EDWIGE BOURDY, Ernestine

 

Portrait EdwigeFormée à l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris, Edwige Bourdy aborde avec le même bonheur, des répertoires extrêmement variés qui vont du Baroque au Music-Hall en passant par le récital ou la musique contemporaine. Elle a chanté sur de grandes scènes en France et à l’étranger : Opéra-Comique, Théâtre des Champs Elysées, à l’opéra de Lyon, Nancy, Nantes, Angers et de Montpellier, au Capitole de Toulouse, au Royal Albert Hall de Londres, avant de s’orienter vers le cabaret et le théâtre musical et d’entretenir une collaboration durable avec la Péniche Opéra.

 

 

MELANIE BOISVERT, Ernestine 

melanie-105Soprano canadienne, Mélanie Boisvert fait ses débuts en 2002 à l’Opéra national du Rhin. Puis elle chante dans de nombreux théâtres et festivals en France et à l’étranger : Grand Théâtre de Luxembourg, Festival Radio-France à Montpellier, Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles, Opéra national de Lorraine, et sur les scènes des opéras de Liège, Vienne, Gênes, Strasbourg, Avignon, Saint-Etienne, Toulon, Nice, Rennes, Rouen, Bordeaux, Ottawa, Québec… Elle est soliste pour de nombreux orchestres : Ensemble Orchestral de Paris, Orchestre National d’Ile-de-France, Orchestre Symphonique de Mulhouse…

 

 

 

LES CHANTEURS BARYTON

 LIONEL PEINTRE,  Alfred 

Lionel Peintre

Lionel Peintre

Lionel Peintre  partage ses activités entre l’opéra, l’opérette et le concert. Il chante dans de nombreux théâtres français et étrangers : au Théâtre national du Capitole de Toulouse, à l’Opéra national du Rhin, de Lille, d’Avignon, de Montpellier, de Nancy, de Lyon, de Versailles, mais aussi de Tel Aviv, de Wallonie, de Flandres, au Théâtre des Champs Elysées, à l’Opéra Bastille, à l’Opéra-comique, au Grand Théâtre de Genève…. Il chante aux côtés d’Yves Coudray dans le spectacle Pills et Tabet et reprend sous sa direction les rôles de Lambert et de Binet dans Dragonette et Fleurette d’Offenbach au Théâtre Impérial de Compiègne.

 

 

JEAN-MICHEL SERENI, Alfred

Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni

Edwige Bourdy et Jean-Michel Séréni

 

Sa fréquentation des rôles mozartiens, mais aussi de l’opérette et du théâtre musical, l’a mené à collaborer avec le Théâtre des Champs-Elysées, le Châtelet, l’Opéra Bastille, l’Opéra-Comique et les opéras de Marseille, Metz et Montpellier, ainsi qu’avec l’ARCAL, Action lyrique Ile de France en tournée… A l’étranger, il s’est produit à l’Opéra Royal de Wallonie, à Londres, Palerme, Reykjavik, Fribourg, Tirana… Il se consacre également depuis quelques années à l’écriture et à la mise en scène de spectacles lyriques.

 

 

 LES COSTUMES: MICHEL RONVAUX,  costumier

 Diplômé de l’ENSATT, Michel Ronvaux dirige l’atelier de décoration sur costumes au à l’Opéra-Garnier de Paris pendant de nombreuses années. Une curiosité permanente l’amène également à participer à des manifestations artistiques très diverses – téléfilms, clips publicitaires, spectacles de variété, opérettes…. Il crée les costumes des Noces de Figaro de Mozart pour le CNSM de Paris puis pour l’Opéra de Nice où il reviendra en 1996 pour une mise en scène de William Relton. Viennent ensuite La Bohème de Puccini et V’lan dans l’œil d’Hervé avec Mireille Larroche à l’Opéra-Comique et en tournée, Les Divertissements de Versailles au Théâtre des Champs Elysées avec les Arts Florissants, L’isola disabitata de Haydn pour Dominique Pitoiset et Stephen Taylor au théâtre Jean Vilar de Suresnes, Cosi Fan Tutte avec Jean Louis Martinelli et de nombreux spectacles d’Yves Coudray à la Péniche Opéra, Amphithéâtre de la Bastille et au Festival Offenbach d’Etretat.

LES PIANISTES

 NINA UHARI, Manuela

Nina Uhari et Jean-Michel Séréni

Nina Uhari et Jean-Michel Séréni

Nina Uhari effectue ses études de piano à l’Académie Sibelius d’Helsinki, avant de se perfectionner à Baltimore puis à Paris. Elle devient chef de chant principal au CNIPAL à Marseille puis est engagée à la HEM de Genève. Titulaire à l’Ecole Normale de Musique de Paris, elle s’est produite en récitals et en productions d’opéra dans de nombreux festivals ; MIDEM, Radio France, Aix en Provence, Montpellier, Chorégies d’Orange, au Théâtre du Châtelet et dans plusieurs maisons d’Opéras en France et à l’étranger.

 

 

 

ERIKA GUIOMAR, Manuela

Erika Guiomar

Erika Guiomar

Après des études à l’Ecole Normale  et au CNSM de Paris, Erika Guiomar obtient les prix SACEM et du Ministère de la Culture en musique de chambre au concours de la FNAPEC ainsi qu’un premier prix et le prix du Public au Concours International de Guérande.

Puis elle se tourne naturellement et inconditionnellement vers les chanteurs et le monde de l’opéra ce qui l’amène à  participer comme chef de chant à de multiples productions et à se produire en récital en France e à l’étranger : Paris, Genève, Salzbourg, Prague, Bayreuth, Hanovre, Athènes…Elle est actuellement professeur de la classe de direction de chant du CNSM de Paris, succédant ainsi à son maître Serge Zapolski.

 

 SOPHIE TEULON, Manuela

Sophie Teulon et Lionel Peintre

Sophie Teulon et Lionel Peintre

Titulaire du Grand prix de la ville de Nîmes couronnant ses études supérieures de piano, musique de chambre et alto, Sophie Teulon rencontre Jane Berbié au CNSM de Paris dont elle a suivi la classe de chant. À ses côtés, elle apprend son métier de chef de chant qu’elle poursuit auprès de Nadine Denise à l’Ecole Normale de Musique. Intervenant régulièrement au CNIPAL de Marseille, elle a aussi accompagné les Master Classe de Prades et le Concours International de chant de Toulouse. Parallèlement elle a donné en concert le grand répertoire de sonate violon-piano aux côtés de Michel Laléouse, du quatuor Bernède, pendant 20 ans. Elle est actuellement chef de chant au Conservatoire du Centre à Paris, et entretient une collaboration musicale avec les Révélations Classiques de l’ADAMI.

 

Catalogue des Musiques des Jeux de l’Amour et d’Offenbach

Orphée aux enfers (1874) : Ouverture – Manuela

Les Brigands (1869) : Couplets de Fiorella – Ernestine

Boule de Neige (1871) : Valse du divorce – Ernestine

 Le 66 ! (1856) : Rondeau du Colporteur –

La Périchole (1868) : L’Espagnol et la jeune Indienne – Duo

La Vie Parisienne (1866) : L’amour, c’est une échelle immense… – Duo

La Jolie Parfumeuse (1873) : Duo des mariés

Apothicaire et Perruquier (1861) : Je n’ai jamais connu l’amour… – Alfred

 La Créole (1875) : Si vous croyez que ça m’amuse… – Ernestine

Les Brigands : Duetto du notaire

 La Jolie Parfumeuse : Couplets du rire – Ernestine

Orphée aux enfers (1858) : Duo de la mouche

La fille du Tambour Major (1879) : Duo de la confession

La fille du Tambour Major : Couplets de la migraine – Ernestine

 La Périchole : Couplets de l’Incognito – Alfred

Pomme d’Api (1873) : J’en prendrai 1, 2, 3… – Ernestine

 Fantasio (1872) : Pourquoi ne puis-je voir… – Ernestine

Une nuit blanche (1855) : J’ai bien eu des amours… – Alfred

La Périchole (1874) : Couplets de l’Aveu et duo.

 Final

Le mariage aux lanternes (1857) : Final -Messieurs, la pièce est terminée…

 

????????????????????????????????????

Le final: Messieurs la pièce est terminée – © Laura Dyens

 

signature locoContact Compagnie: Laura Dyens-Taar

La Locomotive des Arts 

lalocomotive5@orange.fr 

Tel: 06.87.37.35.17

 

 

 

 

 

Retour sur images du Festival Opéra Coté cour 2015

Dimanche 14 juin dernier, la troupe d’Yves Coudray participait à la 4ème édition du Festival Opéra Coté Cour à Bercy Village  avec un concert en plein-air composé des grands airs d’opérette de Jacques Offenbach, et interprété par Edwige Bourdy (soprano), Clémence Olivier (soprano), Yves Coudray (ténor et directeur artistique), Pierre Méchanick (baryton), accompagnés au piano par Nina Uhari.

Au programme: le trio hilarant du  » jambon de bayonne » (Trombalcazar) avec Clémence Olivier, Yves Coudray et Pierre Méchanick

Clémence Olivier, Yves Coudray et Pierre Méchanick

Clémence Olivier, Yves Coudray et Pierre Méchanick

Suivi de  » l’air des petites cuillères » (L’Ile de Tulipatan) avec Edwige Bourdy, très drôle dans le rôle de Théodorine.

Edwige Bourdy

Edwige Bourdy

Clémence Olivier et Pierre Méchanick ont interprété avec délice, le « duo de la gantière et du bottier » (La Vie parisienne)

la gantière et le bottier

Clémence Olivier et Pierre Méchanick

Gros succès pour  » la soupe au chou » interprété par Pierre Méchanick (Les Bergers)

Pierre Méchanick

Pierre Méchanick

Et final très enlevé de La Vie Parisienne interprété par Clémence Olivier, Edwige Bourdy, Yves Coudray et Pierre Méchanick

la vie parisienne

Clémence Olivier, Edwige Bourdy, Yves Coudray, Pierre Méchanick avec Nina Uhari au piano

 Concert très applaudi par un public nombreux et enthousiaste

saluts

 

Crédit photo: Laura Dyens

 

 

 

 

La troupe d’Yves Coudray au Festival Opéra Coté Cour de Bercy Village

Edwige BourdyEdwige Bourdy (Photo), Clémence Olivier, Pierre Méchanick, et Nina Uhari, sous la direction artistique d’Yves Coudray, participent au Festival Opéra Côté Cour de Bercy Village, dimanche 14 juin prochain à 15h30 et 17h et proposent un récital sympathique composé des « tubes » de Jacques Offenbach. Nous aurons ainsi le plaisir d’entendre l’Air des petites cuillères » de L’ile de Tulipatan, le « Duo de la gantière et du bottier » de La vie parisienne, la « Barcarole » des Contes d’Hoffmann, « Séguédille » de la Périchole, l’air du Baron de la Vie Parisienne etc…

Plus d’informations: ICI

Renseignements: lalocomotive5@orange.fr