La naissance de l’Association « Roland Dyens in the skaï »

La famille et les amis guitaristes de Roland Dyens sont heureux de vous annoncer la création en octobre 2018, de l’ Association à but non lucratif, ayant pour nom : 

ROLAND DYENS IN THE SKAI

Cette association a pour objet : la préservation du Fonds musical de Roland Dyens, guitariste, compositeur-interprète, la collecte documentaire et le développement de son oeuvre musicale.

Plus précisément :
La préservation: la numérisation et la conservation dans les règles de l’art et de sécurité, des manuscrits des compositions et arrangements de Roland Dyens, ayant pour finalité de les préserver de toute dégradation et les conserver durablement en bon état pour les générations futures. Un catalogue numérique du Fonds musical sera réalisé.
La Collecte documentaire : la recherche et la collecte de tout type de documents (autres manuscrits, lettres, photos, vidéos, publications, articles de presse etc…) concernant la carrière musicale, l’oeuvre et la vie de l’artiste
Le développement : l’édition et l’enregistrement de compositions et arrangements de Roland Dyens, notamment ses inédits, sur tous supports ; la vente de biens (disques, partitions, publications etc…), la prestation de services (conférences, master class etc..), la gestion de projets, l’organisation d’événements de tous types dont la création d’un “Prix Roland Dyens” et ce, en lien avec l’objet de l’Association.

Les membres du Conseil d’Administration :

  • Laura Dyens-Taar, la soeur de Roland Dyens (Présidente)
  • Jacques Misrahi (Vice-Président), guitariste. Il était l’agent de Roland Dyens pour la France
  • Françoise Pech (Trésorière), musicienne et chef de choeur
  • Valérie Folco (Secrétaire), guitariste. Elle était élève de Roland Dyens et guitariste de l’octuor Octopus qu’il avait créé.
  • Orestis Kalampalikis (Secrétaire Adjoint), guitariste. Il était élève de Roland Dyens au CNSM de Paris
  • Jean-Marc Zvellenreuther (administrateur), guitariste. Il était l’Assistant de Roland Dyens au CNSM 
  • Jérémy Jouve (Administrateur), guitariste. Il était élève de Roland Dyens au CNSM de Paris
  • Larry J. Snitzler (Administrateur et conseiller), guitariste. Il était un ami de Roland Dyens et adoraient tous deux faire des jeux de mots en Anglais et Français.

Les membres de droit : Sa maman, Nina, et ses enfants : Emmanuel, Yael, Sydney, Daphné (représentée jusqu’à sa majorité par sa mère Henriette)

Contact : rolanddyens.skai@gmail.com 

Le site internet de Roland Dyens

Pour inaugurer cette nouvelle association, nous organisons un concert en France, à une date très symbolique, puisque ce sera le 19 octobre 2018 prochain, jour de l’anniversaire de Roland Dyens

elena-papandreou-1

ELENA PAPANDREAOU

La guitariste ELENA PAPANDREOU nous fait la joie de venir de Thessalonique pour interpréter son programme de compositions et arrangements que Roland lui a dédiés comme  » Triaela », « Lettre encore », « The postman » etc…

En 1ère partie, nous invitons Dmytro Holovenko et Martyna Ciesielska tout frais diplômés de l’Académie de musique de Cracovie en Pologne et Cassie Martin qui a été la Révélation 2017 du Concours international Roland Dyens organisé par le magazine Guitare Classique en 2017.

Il y aura aussi des surprises, et je ne résiste pas au plaisir de vous en révéler une : l’interprétation d’un arrangement inédit de Roland avec Elena Papandreou, Orestis Kalampalikis, Valérie Folco et Valérie Duchateau, Dmytro Holovenko, Martyna Ciesielka, Armen Doneyan et Cassie Martin sous la direction de Jean-Marc Zvellenreuther.

Après le récital, la scène sera ouverte à tous ceux qui veulent jouer en mémoire de Roland Dyens.

INFORMATIONS PRATIQUES
CONCERT ROLAND DYENS IN THE SKAI
VENDREDI 19 OCTOBRE 2018 À 20H

Au Théâtre Thénardier
19 rue Girard – 93100 Montreuil – FRANCE

Métro Croix de Chavaux (ligne 9, sortie Place du Marché)

Le nombre de places étant limité, nous vous remercions de réserver vos places au plus tôt sur le nouveau mail de l’association : rolanddyens.skai@gmail.com

Participation aux Frais : 10 €
Vous pouvez aussi faire un don à l’Association pour nous aider à réaliser nos projets (espèces ou chèque à l’ordre de : Association Roland Dyens in the skaï). Vous ferez ainsi partie des “Amis de l’Association Roland Dyens in the skaï “.

Merci au magasin Larghetto de Vincennes, à l’Académie de Musique de Cracovie en Pologne, aux Editions Lemoine, à l’Empreinte Digitale et à la Guiterreria de Paris pour leur soutien à notre nouvelle Association.

 

Logo Empreinte digitaleCapture d_écran 2018-11-15 à 14.40.33

L’Ensemble dénote au Festival Offenbach d’Etretat (août 2018)

En août 2018, Mathieu Braud était chef invité avec son Ensemble Dénote, du Festival Offenbach d’Etretat pour la reprise de « Dragonette » et la création de « La permission de 10h » du Grand Jacques Offenbach, dans une mise en scène d’Yves Coudray.

EnsDénote_etGianna

WilliamFlûte

Photos des répétitions :

IMG_2605

 

 

Ensemble Dénote

Héloïse Hilbert (cor), William Thomas (violoncelle), Abel-Loup Boye (basson)
et Camille Tribouillard (clarinette) avec Nina Uhari (piano)
Direction : Mathieu Braud
Adaptation musicale : Philippe Hui.

LA PERMISSION DE DIX HEURES

Opéra-comique en un acte (durée 55mn)
Livret de Mélesville et Carmouche, adapté par Charles Nuitter.
Musique de Jacques Offenbach
Représenté pour la première fois à Paris, au théâtre de la Renaissance, le 4.09.1873.

La permission de dix heures permet à Offenbach de retrouver l’atmosphère du 18ème siècle qu’il aime tant. L’ouvrage, d’abord présenté à Ems en 1867, fût créé à Paris en 1873, le même soir que Pomme d’Api, et par les mêmes interprètes. Sur un livret à première vue banal mais plein de rebondissements et de situations cocasses, Offenbach a écrit une de ces musiques raffinées qui lui valurent Ie surnom de « petit Mozart des Champs Elysées ».

L’HISTOIRE : Le soldat Larose-Pompon est très épris de la jeune Nicole; … mais celle-ci ne pourra pas convoler tant que sa tante, la jolie et riche passementière Mme Jobin, veuve, ne sera pas elle-même remariée. Larose va donc tout faire pour favoriser l’union de Mme Jobin avec le sergent Lanternick, un brave militaire à I’accent alsacien très prononcé (« J’ai un tiaple d’accent cirgonflexe ! »), qui, de son côté, voudrait bien « faire une p’tit’ gonnaissance ». La maladresse du sergent, qui, en outre, préfèrera la nièce à la tante, provoque de multiples péripéties. L’irruption de la patrouille puis du garde-champêtre, et la nuit qui vient ajoutent encore au quiproquo – d’autant plus que seul un des deux militaires possède la fameuse « permission de dix heures ». Mais grâce à la malice de Larose-Pompon, tout se termine pour le mieux : Lanternick se mariera avec Mme Jobin, et il pourra épouser sa Nicole.

 

2filles_Laurent

 

shut3LionelBis

salutstroupe7BienBis

DISTRIBUTION

LES CHANTEURS :

Madame Jobin, veuve et marchande passementière :  Mélanie Boisvert
Nicole, sa nièce : Gianna Cañete Gallo
Larose Pompon, soldat : Laurent Arcaro
Lanternick, lieutenant alsacien : Yves Coudray
Le père Broussaille, garde champêtre : Lionel Peintre
Un Caporal : Pierre Méchanick

saluts3RireYves_bis

LES MUSICIENS :

Direction : Mathieu Braud
Adaptation musicale : Philippe Hui.
Héloïse Hilbert (cor), William Thomas (violoncelle), Abel-Loup Boye (basson) et Camille Tribouillard (clarinette) de l’Ensemble Dénote, et Nina Uhari (Chef de chant et piano)

Dénote_Nina

LA MISE EN SCENE ET LES COSTUMES

Mise en scène et Scénographie : Yves Coudray (à droite)
Costumes et décors : Michel Ronvaux (à gauche)
Michelsalut

LA REGIE LUMIERE :

Bruno Régnier et Franck Rousseau

Photos : @Laura Dyens-Taar

LA BIOGRAPHIE DES ARTISTES 

YVES COUDRAY, metteur en scène et chanteur ténor 

Yves_portraitAprès des débuts d’enfant-comédien (Graine d’Ortie), il intègre le CNSM de Paris à 18 ans et entame dès-lors une carrière de chanteur. Des maisons d’opéras telles que Genève (Orphée aux enfers), Marseille (L’Aiglon), Bordeaux (La Périchole), Rouen (Die Zauberflöte), Metz (Les Brigands), Lausanne (Le Carnaval de Londres, Mireillle…), Nice (Serenade de Britten), l’Opéra-Comique (Les Aventures du roi Pausole, Die lustigen Weiber von Windsor…), et plusieurs festivals, dont Aix-en-Provence, Utrecht, Montpellier et Saint-Etienne, l’ont accueilli.

Parallèlement à son parcours d’interprète, Yves Coudray signe de nombreuses mises en scène en France – Opéras de Marseille (Manon Lescaut, Attila), Montpellier (M. Choufleuri), Nantes (Manon), Nice (Fidelio, Une petite flûte enchantée )… mais aussi à Barcelone, New-York, San Francisco et Boston. Il se consacre également à la formation scénique des jeunes chanteurs (Opéra de Paris, CNIPAL, HEM de Genève, Université de Pepperdine en Californie…).

Depuis 2010, il est le directeur artistique du Festival d’Offenbach d’Etretat

MATHIEU BRAUD – Chef d’Orchestre

Immeuble2

Mathieu Braud se forme à la trompette, au tuba, à la contrebasse et au piano avant de s’intéresser  à l’écriture musicale, notamment auprès de Claude Henry Joubert et François Saint Yves ainsi qu’à l’analyse auprès de Vincent Barthe et de François Boukobza.

Il se  tourne ensuite vers la direction d’orchestre après avoir suivi les master class de Julien Guénebaut, Nicolas Brochot et de Claire Gibault. Il entame alors une formation au Conservatoire Royal de Bruxelles en classe de direction d’orchestre d’où il ressort diplômé en juin 2018.  

Dès 2012, il crée avec Nicolas Vasseur, tous deux professeurs d’éducation musicale dans le secondaire, l’Orchestre OPPERA, Orchestre des Personnels des Parents et des Élèves Réunis en Association, qui réunit amateurs ou professionnels, pour interpréter un répertoire ambitieux et exigeant, dans une démarche de partage et de proximité avec son public.

En 2016, il dirige l’ensemble londonien United Strings of Europe composé de musiciens issus de la Royal Academy de Londres.

Depuis plusieurs années, Il participe au Projet Demos à la Philharmonie de Paris et en Ile de France et dirige depuis 2017 l’Orchestre Universitaire de Lille.

En 2017 également, il crée son propre orchestre professionnel, l’ensemble Dénote avec une vingtaines de musiciens professionnels, avec l’objectif de jouer partout et pour tous, dans des salles de concerts mais aussi en entreprises, dans les lycées et les collèges que Mathieu connaît bien pour y avoir enseigné la musique, et dans tous lieux où la musique peut-être partagée avec un public curieux de découverte. Il souhaite aussi créer des ciné-concert et développer un axe d’enregistrement de musiques de films.

C’est en juillet 2018 qu’il transmet sa baguette de l’Orchestre Oppera  pour s’investir dans ses nouveaux projets avec l’Ensemble Dénote.

 » Il faut penser les spectacles autrement, pas avec des spectateurs endimanchés. Nous voulons toucher l’habitant qui n’a pas l’occasion d’aller dans des salles de concert. Il a le droit d’entendre du Mozart. Nous voulons créer la surprise dans tous les lieux qui ne sont pas dédiés aux concerts en y impliquant le public et en lui faisant vivre une expérience. Nous souhaitons transmettre la musique partout et pour tous,et des échanges avec le public après les concerts. »Le Montreuillois du 12/07/2018.

MÉLANIE BOISVERT – soprano

MélaniePortrait

La soprano canadienne fait ses débuts dans le rôle d’Olympia à l’Opéra national du Rhin en 2002 et foule les planches de nombreuses maisons d’opéra de France et d’Europe dans un répertoire de haute-voltige.

Elle chante Clorinde (Cendrillon/N. Isouard) à l’opéra de Malte, Amour (Orphée et Eurydice) au Festival Les Antiques de Glanum. On l’a entendue dans La folie d’Offenbach sur France3, Adele (La chauve-souris) aux Folies d’Ô à Montpellier, Gabrielle (La vie parisienne) aux opéras de Saint-Etienne et de Strasbourg, Papagena aux Soirées Lyriques de Sanxay, Les Jeux de l’amour et d’Offenbach au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris, Tytania (A Midsummer Night’s Dream) et Lakmé à Metz, Prothoe (Penthesilea/Dusapin) à la Monnaie de Bruxelles… Elle est aussi familière de la création contemporaine avec 200 Motels de Frank Zappa à la Philharmonie de Paris.

GIANNA CAÑETE GALLO – Soprano

GiannaMélanieBis

Cette jeune soprano, belge et uruguayenne, est diplômée du Conservatoire Royal de Bruxelles, du Conservatoire Supérieur de Florence, de la Hochschule für Musik de Nürnberg et de l’European Vocal Departement de l’Institut de Musique et de Pédagogie.

Sa voix ronde et fraîche alliée à sa sensibilité raffinée l’amène à se produire en tant que chambriste mais aussi à l’Opéra Royal de Wallonie, au Théâtre Royal du Parc à Bruxelles, au Theatru Astra à Malte, au COOL Theater en Hollande et au Göggingen Parktheater en Allemagne, dans les rôles de Suor Genovieffa (Suor Angelica), Adèle (Die Fledermaus), Ännchen (Der Freischütz), Papagena et Pamina (Die Zauberflöte), Despina (Così fan tutte) et Barbarina (Le Nozze di Figaro).

Lors de masterclasses, elle a travaillé avec Laura Claycomb, Claudia Visca, Elizabeth Vidal, Nadine Denize, José Van Dam, Edith Wiens, Anna Tomowa-Sintow, Jennifer Larmore et Andreas Scholl. Elle fera prochainement ses débuts dans le rôle de Konstanze (Die Entführung aus dem Serail)  et la Messe en ut de Mozart à Bruxelles.

NINA UHARI – Pianiste et Chef de chant

Nina_portrait

Elle effectue ses études de piano à l’Académie Sibelius de Helsinki, avant de se perfectionner à Baltimore puis à Paris – elle est premier prix de piano aux concours Hannikainen et Fazer en Finlande et remporte le prix Spedidam au concours du forum de Normandie en France. Elle devient chef de chant principal au CNIPAL à Marseille puis est engagée à la Haute École de Musique de Genève. Elle est également titulaire d’une classe de rôles à l’Ecole Normale de Musique de Paris. Nina Uhari s’est produite en récitals de piano ou de lieder, ou en concerts de musique de chambre, en Finlande et en France mais aussi en Allemagne, Autriche, Espagne, Colombie, au Togo et aux USA, et dans plusieurs festivals (MIDEM, Radio France, Aix en Provence, Montpellier, Chorégies d’Orange). Elle a été également invitée comme chef de chant dans plusieurs théâtres en France (dont le Châtelet) et à l’étranger.

LAURENT ARCARO – Baryton

Laurent_portrait

Après des études de chant au CNSMDP (classe de Mireille Alcantara), il intègre les classes d’Ulrich Eisenlohr et de Rudolf Piernay à la Musikhochschule de Mannheim. Lauréat de plusieurs concours : Toulouse, St-Chamond, Clermont-Ferrand… il intègre le Studio-Oper de Mannheim Puis, il chante sous la direction de Michel Plasson à Toulouse, de J.-Y.Ossonce à Tours, et Roland Boer au Staatsoper Stuttgart, au Staatsoper Frankfurt am Main, et au Staatsoper Berlin.Partagé entre la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, il tourne aussi dans quelques films et courts-métrages – dont Heart Zero, prix du meilleur court-métrage à Los Angeles -, et tente de promouvoir la musique française à travers les continents.

PIERRE MÉCHANICKBaryton

Pierre_portrait

Après ses études au CNSM, où il obtient en 1990 un Premier Prix d’Opérette, il se spécialise dans les rôles « bouffe » et “fantaisistes à voix” du répertoire lyrique. Parallèlement à sa carrière de chanteur, il crée la Troisième Ligne, trio comique. Auteur-interprète, il produit régulièrement son récital Le Chemin des Dames, spectacle autour des chansons de la Grande Guerre pour lequel il a reçu le label du Comité du Centenaire 14-18. Il travaille actuellement sur une nouvelle création qui verra le jour en novembre 2018, avec Gilles Bugeaud et de nombreux autres artistes chanteurs et musiciens.

LIONEL PEINTRE – Baryton

Lionel_portrait

Il partage ses activités entre Opéra, Opérette, Récital et Musique Contemporaine. Interprète reconnu dans de nombreux théâtres : Opéra de Paris, Capitole de Toulouse, Opéra du Rhin, Genève, Berne, Tel Aviv, Anvers, Opéra de Lyon, Chorégies d’Orange, sous la direction de chefs tels que Michel Plasson, Myng Wung Chung, Jean-Yves Ossonce, Pascal Rophé. En 2015, il est Golaud (Pelléas et Mélisande) à Zagreb et le rôle-titre de Giordano Bruno, opéra de F. Filidei à Strasbourg, Paris, Milan. En 2017, il participe au Kein Licht, Thinkspiel de P. Manoury à l’Opéra-Comique. En 2018, après Marouf de H.Rabaud à Bordeaux et Paris, il sera à la Philharmonie de Paris pour 200 Motels de F.Zappa.

MICHEL RONVAUX – Costumier, Scénographe

dsc_0788.jpg

Une formation artistique commencée très jeune à l’Ecole d’Art et Dessin de Paris le conduit à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg puis à l’ENSATT. Il entre ensuite à l’Opéra de Paris en 1975 comme décorateur-costumier. Il y dirigera l’atelier de décoration sur costumes de 1983 à 2015.

Une curiosité permanente l’amène à participer à des manifestations artistiques très diverses – téléfilms, clips publicitaires, spectacles de variété, opérettes…

Il collabore notamment avec Dominique Pitoiset et Stephen Taylor, Mireille Larroche, Jean Louis Martinelli et Yves Coudray et scénographie ainsi les costumes de nombreuses productions pour l’Opéra de Nice (Le nozze di Figaro), l’Opéra-Comique (La Bohème, V’lan, dans l’œil), le Théâtre des Champs Elysées (Les divertissements de Versailles), le théâtre Jean Vilar de Suresnes et également pour l’Atelier Lyrique de L’Opéra National et le CNSM de Paris.

LE BEST-OFF DE LA CREATION

Les répétitions musicales

 

CONTACT PRODUCTION :

Laura Dyens-Taar

Logo LocoLa Locomotive des Arts
Accompagnement d’Artistes et de projets artistiques

Tél : 06.87.37.35.17
Mail : lalocomotive5@orange.fr
Site : www.lalocomotivedesarts.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La permission de 10h », Opéra-comique de Jacques Offenbach

2filles_Laurent

LA PERMISSION DE DIX HEURES

Opéra-comique en un acte (durée 55mn)
Livret de Mélesville et Carmouche, adapté par Charles Nuitter.
Musique de Jacques Offenbach
Représenté pour la première fois à Paris, au théâtre de la Renaissance, le 4.09.1873.

La permission de dix heures permet à Offenbach de retrouver l’atmosphère du 18ème siècle qu’il aime tant. L’ouvrage, d’abord présenté à Ems en 1867, fût créé à Paris en 1873, le même soir que Pomme d’Api, et par les mêmes interprètes. Sur un livret à première vue banal mais plein de rebondissements et de situations cocasses, Offenbach a écrit une de ces musiques raffinées qui lui valurent Ie surnom de « petit Mozart des Champs Elysées ».

L’HISTOIRE : Le soldat Larose-Pompon est très épris de la jeune Nicole 

Laurent_Gianna_banc

… mais celle-ci ne pourra pas convoler tant que sa tante, la jolie et riche passementière Mme Jobin, veuve, ne sera pas elle-même remariée.

Mélanie

Larose va donc tout faire pour favoriser l’union de Mme Jobin avec le sergent Lanternick, un brave militaire à I’accent alsacien très prononcé (« J’ai un tiaple d’accent cirgonflexe ! »), qui, de son côté, voudrait bien « faire une p’tit’ gonnaissance ».

Laurent_Yves faceAface

La maladresse du sergent, qui, en outre, préfèrera la nièce à la tante, provoque de multiples péripéties.

GiannaYves_Mouv

L’irruption de la patrouille puis du garde-champêtre, et la nuit qui vient ajoutent encore au quiproquo – d’autant plus que seul un des deux militaires possède la fameuse « permission de dix heures ».

 

La garde

Mais grâce à la malice de Larose-Pompon, tout se termine pour le mieux : Lanternick se mariera avec Mme Jobin, et il pourra épouser sa Nicole.

La permission de 10h_Final_©LauraDyensTaar

EXTRAITS VIDEOS DU SPECTACLE : 

 

FOE 2018_Saluts_©LauraDyensTaar

DISTRIBUTION

LES CHANTEURS :

Madame Jobin, veuve et marchande passementière :  Mélanie Boisvert
Nicole, sa nièce : Gianna Cañete Gallo
Larose Pompon, soldat : Laurent Arcaro
Lanternick, lieutenant alsacien : Yves Coudray
Le père Broussaille, garde champêtre : Lionel Peintre
Un Caporal : Pierre Méchanick

saluts3RireYves_bis

LES MUSICIENS :

Direction : Mathieu Braud
Adaptation musicale : Philippe Hui.
Héloïse Hilbert (cor), William Thomas (flûte), Abel-Loup Boye (basson) et Camille Tribouillard (clarinette) de l’Ensemble Dénote, et Nina Uhari (Chef de chant et piano)

Dénote_Nina

LA MISE EN SCENE ET LES COSTUMES

Mise en scène et Scénographie : Yves Coudray (à droite)
Costumes et décors : Michel Ronvaux (à gauche)
Michelsalut

LA REGIE LUMIERE :

Bruno Régnier et Franck Rousseau

 

Photos : @Laura Dyens-Taar

LA BIOGRAPHIE DES ARTISTES 

YVES COUDRAY, metteur en scène et chanteur ténor 

Yves_portraitAprès des débuts d’enfant-comédien (Graine d’Ortie), il intègre le CNSM de Paris à 18 ans et entame dès-lors une carrière de chanteur. Des maisons d’opéras telles que Genève (Orphée aux enfers), Marseille (L’Aiglon), Bordeaux (La Périchole), Rouen (Die Zauberflöte), Metz (Les Brigands), Lausanne (Le Carnaval de Londres, Mireillle…), Nice (Serenade de Britten), l’Opéra-Comique (Les Aventures du roi Pausole, Die lustigen Weiber von Windsor…), et plusieurs festivals, dont Aix-en-Provence, Utrecht, Montpellier et Saint-Etienne, l’ont accueilli.

Parallèlement à son parcours d’interprète, Yves Coudray signe de nombreuses mises en scène en France – Opéras de Marseille (Manon Lescaut, Attila), Montpellier (M. Choufleuri), Nantes (Manon), Nice (Fidelio, Une petite flûte enchantée )… mais aussi à Barcelone, New-York, San Francisco et Boston. Il se consacre également à la formation scénique des jeunes chanteurs (Opéra de Paris, CNIPAL, HEM de Genève, Université de Pepperdine en Californie…).

Depuis 2010, il est le directeur artistique du Festival d’Offenbach d’Etretat

MATHIEU BRAUD – Chef d’Orchestre

Immeuble2

Pluri-instrumentiste, il se forme successivement à l’écriture musicale, notamment auprès de Claude-Henry Joubert et François Saint-Yves, ainsi qu’à l’analyse auprès de Vincent Barthe et de François Boukobza. Il participe au projet Démos à la Philharmonie de Paris et en Ile-de-France.

Passionné pour la direction d’orchestre après avoir suivi les master class de Julien Guénebaut, Nicolas Brochot et de Claire Gibault, il se perfectionne au Conservatoire Royal de Bruxelles en classe de direction d’orchestre. En 2016, il dirige l’ensemble Londonien United Strings of Europe composé de musiciens issus de la Royal Academy de Londres. Aujourd’hui, il est nommé à la tête de l’orchestre universitaire de Lille et dirige l’orchestre Oppera et l’Ensemble Dénote qu’il a créés. On le retrouve pour la première fois au Festival Offenbach d’Etretat 2018 comme chef invité.

MÉLANIE BOISVERT – soprano

MélaniePortrait

La soprano canadienne fait ses débuts dans le rôle d’Olympia à l’Opéra national du Rhin en 2002 et foule les planches de nombreuses maisons d’opéra de France et d’Europe dans un répertoire de haute-voltige.

Elle chante Clorinde (Cendrillon/N. Isouard) à l’opéra de Malte, Amour (Orphée et Eurydice) au Festival Les Antiques de Glanum. On l’a entendue dans La folie d’Offenbach sur France3, Adele (La chauve-souris) aux Folies d’Ô à Montpellier, Gabrielle (La vie parisienne) aux opéras de Saint-Etienne et de Strasbourg, Papagena aux Soirées Lyriques de Sanxay, Les Jeux de l’amour et d’Offenbach au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris, Tytania (A Midsummer Night’s Dream) et Lakmé à Metz, Prothoe (Penthesilea/Dusapin) à la Monnaie de Bruxelles… Elle est aussi familière de la création contemporaine avec 200 Motels de Frank Zappa à la Philharmonie de Paris.

GIANNA CAÑETE GALLO – Soprano

GiannaMélanieBis_a

 

Cette jeune soprano, belge et uruguayenne, est diplômée du Conservatoire Royal de Bruxelles, du Conservatoire Supérieur de Florence, de la Hochschule für Musik de Nürnberg et de l’European Vocal Departement de l’Institut de Musique et de Pédagogie.

Sa voix ronde et fraîche alliée à sa sensibilité raffinée l’amène à se produire en tant que chambriste mais aussi à l’Opéra Royal de Wallonie, au Théâtre Royal du Parc à Bruxelles, au Theatru Astra à Malte, au COOL Theater en Hollande et au Göggingen Parktheater en Allemagne, dans les rôles de Suor Genovieffa (Suor Angelica), Adèle (Die Fledermaus), Ännchen (Der Freischütz), Papagena et Pamina (Die Zauberflöte), Despina (Così fan tutte) et Barbarina (Le Nozze di Figaro).

Lors de masterclasses, elle a travaillé avec Laura Claycomb, Claudia Visca, Elizabeth Vidal, Nadine Denize, José Van Dam, Edith Wiens, Anna Tomowa-Sintow, Jennifer Larmore et Andreas Scholl. Elle fera prochainement ses débuts dans le rôle de Konstanze (Die Entführung aus dem Serail)  et la Messe en ut de Mozart à Bruxelles.

NINA UHARI – Pianiste et Chef de chant

Nina_portrait

Elle effectue ses études de piano à l’Académie Sibelius de Helsinki, avant de se perfectionner à Baltimore puis à Paris – elle est premier prix de piano aux concours Hannikainen et Fazer en Finlande et remporte le prix Spedidam au concours du forum de Normandie en France. Elle devient chef de chant principal au CNIPAL à Marseille puis est engagée à la Haute École de Musique de Genève. Elle est également titulaire d’une classe de rôles à l’Ecole Normale de Musique de Paris. Nina Uhari s’est produite en récitals de piano ou de lieder, ou en concerts de musique de chambre, en Finlande et en France mais aussi en Allemagne, Autriche, Espagne, Colombie, au Togo et aux USA, et dans plusieurs festivals (MIDEM, Radio France, Aix en Provence, Montpellier, Chorégies d’Orange). Elle a été également invitée comme chef de chant dans plusieurs théâtres en France (dont le Châtelet) et à l’étranger.

LAURENT ARCARO – Baryton

Laurent_portrait

Après des études de chant au CNSMDP (classe de Mireille Alcantara), il intègre les classes d’Ulrich Eisenlohr et de Rudolf Piernay à la Musikhochschule de Mannheim. Lauréat de plusieurs concours : Toulouse, St-Chamond, Clermont-Ferrand… il intègre le Studio-Oper de Mannheim Puis, il chante sous la direction de Michel Plasson à Toulouse, de J.-Y.Ossonce à Tours, et Roland Boer au Staatsoper Stuttgart, au Staatsoper Frankfurt am Main, et au Staatsoper Berlin.Partagé entre la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, il tourne aussi dans quelques films et courts-métrages – dont Heart Zero, prix du meilleur court-métrage à Los Angeles -, et tente de promouvoir la musique française à travers les continents.

PIERRE MÉCHANICKBaryton

Pierre_portrait

Après ses études au CNSM, où il obtient en 1990 un Premier Prix d’Opérette, il se spécialise dans les rôles « bouffe » et “fantaisistes à voix” du répertoire lyrique. Parallèlement à sa carrière de chanteur, il crée la Troisième Ligne, trio comique. Auteur-interprète, il produit régulièrement son récital Le Chemin des Dames, spectacle autour des chansons de la Grande Guerre pour lequel il a reçu le label du Comité du Centenaire 14-18. Il travaille actuellement sur une nouvelle création qui verra le jour en novembre 2018, avec Gilles Bugeaud et de nombreux autres artistes chanteurs et musiciens.

LIONEL PEINTRE – Baryton

Lionel_portrait

Il partage ses activités entre Opéra, Opérette, Récital et Musique Contemporaine. Interprète reconnu dans de nombreux théâtres : Opéra de Paris, Capitole de Toulouse, Opéra du Rhin, Genève, Berne, Tel Aviv, Anvers, Opéra de Lyon, Chorégies d’Orange, sous la direction de chefs tels que Michel Plasson, Myng Wung Chung, Jean-Yves Ossonce, Pascal Rophé. En 2015, il est Golaud (Pelléas et Mélisande) à Zagreb et le rôle-titre de Giordano Bruno, opéra de F. Filidei à Strasbourg, Paris, Milan. En 2017, il participe au Kein Licht, Thinkspiel de P. Manoury à l’Opéra-Comique. En 2018, après Marouf de H.Rabaud à Bordeaux et Paris, il sera à la Philharmonie de Paris pour 200 Motels de F.Zappa.

MICHEL RONVAUX – Costumier, Scénographe

 

 

dsc_0788.jpg

Une formation artistique commencée très jeune à l’Ecole d’Art et Dessin de Paris le conduit à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg puis à l’ENSATT. Il entre ensuite à l’Opéra de Paris en 1975 comme décorateur-costumier. Il y dirigera l’atelier de décoration sur costumes de 1983 à 2015.

Une curiosité permanente l’amène à participer à des manifestations artistiques très diverses – téléfilms, clips publicitaires, spectacles de variété, opérettes…

Il collabore notamment avec Dominique Pitoiset et Stephen Taylor, Mireille Larroche, Jean Louis Martinelli et Yves Coudray et scénographie ainsi les costumes de nombreuses productions pour l’Opéra de Nice (Le nozze di Figaro), l’Opéra-Comique (La Bohème, V’lan, dans l’œil), le Théâtre des Champs Elysées (Les divertissements de Versailles), le théâtre Jean Vilar de Suresnes et également pour l’Atelier Lyrique de L’Opéra National et le CNSM de Paris.

LE BEST-OFF DE LA CREATION

Les répétitions musicales

 

Les répétitions sur scène

 

Et en coulisses 

 

 

CONTACT PRODUCTION :

Laura Dyens-Taar

Logo LocoLa Locomotive des Arts
Accompagnement d’Artistes et de projets artistiques

Tél : 06.87.37.35.17
Mail : lalocomotive5@orange.fr
Site : www.lalocomotivedesarts.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Festival Offenbach d’Etretat 2018: concert d’ouverture le 5/8

DéboteFOE18@LauraDyensTaar2

Yves_Adjoint_Laetitia

Yves Coudray présente le Festival Offenbach d’Etretat

Le dimanche 5 août, le Festival Offenbach d’Etretat lançait son 13ème Festival -Le Festival est en pleine adolescence, comme le disait Laetitia Thomas, sa Présidente (à droite sur la photo, aux coté de Mr le Maire Adjoint à la culture)- avec son désormais traditionnel concert d’ouverture sur le Perrey devant la mer.

Yvesdevantmer

Yves Coudray, Directeur artistique du Festival, et chanteur lyrique

 

DSC_4345Environ 300 personnes, touristes de passage, mélomanes, vacanciers et habitués du Festival, se sont retrouvés devant le petit kiosque à musique sur lequel tournaient les goélands qui chantaient déjà allègrement leur musique à la mode d’Offenbach.

Dénote_tête_LaurentSur scène, dix musiciens de l’Ensemble Dénote et leur chef, Mathieu Braud (à droite), ont joué avec allégresse des musiques légères et bien connues de Bizet, Fauré, Grieg, même d’Enno Morricone, et bien-sûr de Jacques Offenbach avec son célébrissime Cancan d’Orphée aux Enfers.

Mathieu_Mélanie

Mélanie Boisvert et Mathieu Braud à la baguette

L’Ensemble Dénote a été bientôt rejoint par les chanteurs du Festival, leur Directeur artistique, Yves Coudray et leur Chef de chant, Nina Uhari. Musiciens et chanteurs ont ainsi présenté en avant première au public Etretait des extraits des opérettes qui seront présentées les 9, 11 et 12 août à Etretat et Sainte-Adresse, « Dragonette » et « La permission de 10h ».

Photos : Laura Dyens-Taar

Plus d’infos: http://www.lalocomotivedesarts.com

 

 

C’est ça l’Amour ! par la Cie Opéra Clandestin

C’est ça l’Amour !

Petit Opéra Lyrique

Cie Opéra Clandestin

Mise en scène : Lucie Emeraude

Avec Lucie Emeraude : Soprano, Cyril Verhulst : Ténor,

Benjamin Carré ou Qiaochu Li : Pianiste

Duo

© Laura Dyens

Qu’est ce que l’amour ?

Dans l’opéra, on s’aventure à vouloir résoudre ce mystère qui n’a jamais jamais connu de loi.

Marguerite, ( la soprano), et Constant (le ténor), couple mythique, vous embarquent dans des histoires éternelles, des harmonies sublimes, pour chanter l’amour avec Bizet, essuyer une larme d’émotion avec Verdi et rire aux éclats avec  Offenbach. En route pour le rêve … d’amour éternel

PROGRAMME DES AIRS CHANTÉS:

Duo de la gantière et du bottier – La vie parisienne, Offenbach.

Anges du Paradis – Mireille, Gounod.

Air des bijoux– Faust,  Gounod.

Fantaisie aux divins mensonges – Lakmé, Delibes

Un di felice – Traviata, Verdi.

Air de la griserie– La périchole, Offenbach

Un di felice– Traviata, Verdi.

E il sol dell anima– Rigoletto, Verdi.

Tralalala – L’Elixir d’amour, Donizetti.

Transcription piano – Roméo et Juliette, Tchaïkovski

Ton cœur n’a pas compris le mien– Les pêcheurs de perles, Bizet.

Prendi – L’élixir d’amour, Donizetti.

Extrait vidéo du spectacle (teaser): https://www.operaclandestin.com/c-est-ca-l-amour

ON EN PARLE DANS LA PRESSE !

Article C'estçalamour-Manchelibre_050718_

La Manche Libre du 05 ou du 07/07/2018

LES PHOTOS DU SPECTACLES ©Laura Dyens-Taar

 

Saluts_©LauraDyensJPG

LES ARTISTES

GantsBottes©LauraDyens

Cyril Verhulst, ténor lyrique

Cyril Verhulst Ténor

Cyril Verhulst débute le chant choral sous la direction de Francis Bardot à la Maîtrise des Hauts de Seine, dont il était soliste à 13 ans. Il participe à la fondation du Jeune Chœur, Ensemble Vocal et Chœur Symphonique d’Ile de France, avec lesquels il se produit depuis, en tant que soliste et choriste.

Chantre du Centre de Musique Baroque de Versailles en 2005, il étudie ensuite au CRR de Boulogne Billancourt, dans la classe de Blandine de Saint-Sauveur puis il suit les cours de Lionel Sarrazin.

En collaboration régulière avec Francis Bardot et son Académie Chorale d’Ile de France, la Maîtrise Saint-Louis de Gonzague de Paris et les Estivales de Puisaye, il chante, en soliste, tous les grands oratorios, notamment le Stabat Mater de Dvorak, les Requiem de Mozart et de Saint-Saëns, le Messie de Haendel, le Magnificat, la Messe en Si …

Sur scène, il chante, entre autres, Alfredo dans la Traviata de Verdi, Ferrando dans Cosi Fan Tutte, Tamino dans la Flûte Enchantée et Basile dans les Noces de Figaro de Mozart, Le Prince Paul dans la Grande Duchesse de Gérolstein, Pâris dans la Belle Hélène, Gustave dans Pomme d’Api et Orphée dans Orphée aux enfers d’Offenbach.

Après 6 ans au Chœur de l’Armée Française sous la direction d’Aurore Tillac, il intègre, en janvier 2018, le Chœur de Radio France dirigé par Sophie Jeannin.tival de musique classique se déroulant dans l’Yonne la dernière quinzaine d’août.

 

Lucie Emeraude, soprano

photo officielle LucieDB

Après obtention d’un master en musicologie à l’université de Bordeaux III, Lucie se forme en chant lyrique auprès de Lionel Sarrazin depuis 2011, et rejoint la compagnie de chanteurs lyriques «Opéra Bastide » à Bordeaux dans laquelle elle participera à de nombreux concerts et événements lui permettant de se découvrir dans des seconds rôles d’opéra tels Papagena et le premier enfant dans « la Flûte enchantée » de Mozart avec orchestre (dir. Bruno Ricaud), Frasquita dans « Carmen » de Bizet et Gianetta dans « L’Elisir d’amore » de Donizetti avec orchestre (dir. Alexis Duffaure).
Elle entre dans l’atelier lyrique du conservatoire du 12e arrondissement de Paris et sera Blanche dans l’opéra de Poulenc « Le dialogue des carmélites » en 2013 et la princesse dans « l’Enfant et les Sortilèges » de Ravel en 2014, avec orchestre (dir. Michel Ferran). Co-fondatrice de la compagnie lyrique à Paris ; « Opéra Clandestin », lui offre ses premiers grands rôles, Suzanne dans « Les noces de Figaro » de Mozart et Belinda dans « Didon et Enée » de Purcell en 2016 avec ensemble instrumental (dir. Marc Trautmann).
Lucie poursuit sa formation vocale depuis 2016 avec Maryse Castet professeur au conservatoire de Bordeaux, et intègre l’opéra Studio Les maîtres sonneurs à Toulouse.
En 2017 elle chante Eurydice dans « Orphée aux enfers » d’Offenbach avec la compagnie
« Opéra Bastide ». En avril 2018 elle chante la soprano soliste du requiem de Mozart ainsi que les Litanies, avec l’atelier vocal d’Auch et l’orchestre Belge « Scorzando » (dir. Joseph Gilet).
Lucie interprète Adina dans « L’Elisir d’amore » de Donizetti avec la compagnie « Opéra Clandestin » en mai 2018 à Paris et Limoges avec l’orchestre Gaudemus (dir. Arnaud Cappelli), qui sera repris à Bordeaux avec orchestre (dir. Alexis Duffaure), Toulouse, et région parisienne en 2019.

 

 

 

Qiaochu LI, pianiste

Qiaotchu1©LauraDyens

 

Après des études avec Maître Zhang Jin au Central Conservatory of Music de Pékin, elle a suivi le précieux enseignement de maître Xu Zhong. Elle remporte plusieurs prix à des concours en Chine dont le Prix spécial Bartók, le 13th Asia Piano Open Competition à Hong Kong et le Grand prix d’honneur du Concours Xinghai à Beijing.

En forme de consécration, Qiaochu joue en concerto à l’âge de 15 ans dans la prestigieuse salle de La Cité Interdite de Pékin.

En 2006, elle gagne le premier prix du Lisma International Music Competition à New York, puis vient en France pour des études à l’École normale de musique de Paris où elle obtient le Diplôme supérieur de concertiste de piano dans la classe de Françoise Thinat ; elle remporte dans la foulée le premier prix du Concours Les Clés d’or, degré excellence, la Médaille d’or à l’unanimité avec félicitations des Rencontres du piano de Lagny-sur-Marne, le Prix d’honneur d’excellence au Concours international Léopold Bellan (musique de chambre) en Trio, etc.. Elle est diplômée de l’Université des arts de Berlin en piano, dans la classe de Jacques Rouvier. Après s’être perfectionnée au CRR de Paris dans les classes d’Ariane Jacob, Phillippe Biros et Jean-Marie Cottet, elle est admise en 2013 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean-Frédéric Neuburger et suit actuellement les classes de direction de chant avec Erika Guiomar et d’accompagnement vocal avec Anne Le Bozec.

Son activité intense de chambriste l’amène à jouer en Europe, aux Etats-Unis et en Asie avec des partenaires comme Sébastien Guèze, Dominique de Williencourt, Gerard Poulet, Jean Ferrandis, dans des salles prestigieuses telles que le Théâtre des Champs-Elysées à Paris, la Cité Interdite de Pékin, etc..

Parallèlement à toutes ses activités musicales, elle collabore régulièrement avec le Festival Musicalp à Tignes et l’École normale de musique de Paris.

En octobre 2017, Qiaochu Li associée à la mezzo soprano Ambroisine Bré, remporte le Grand prix de duo chant-piano du Concours international de chant-piano Nadia et Lili Boulanger, et la Mention spéciale pour la meilleure interprétation du Sonnet de Benoît Mernier, œuvre composée spécialement pour cette édition du concours.

 

Marchio_Laura_def

Contact :

La Locomotive des Arts

Laura Dyens-Taar

lalocomotive5@orange.fr

www.lalocomotivedesarts.com

Tel: 06 87 37 35 17

 

 

Les photos du Concert de la Philharmonie des deux mondes au Théâtre Le Beffroi de Montrouge (92) le 23 janvier 2018

L’orchestre de chambre de la Philharmonie des deux mondes, sous la baguette de Philippe Hui, est venu des Pays de la Loire pour présenter au Théâtre du Beffroi à Montrouge (92), son programme  » Lumières », dans la magnifique salle Moëbus, remplie d’un public de près de 500 mélomanes. Retour en images de cette belle soirée. Photos: Laura Dyens. 

Les répétitions:

Concerto pour 4 violons de Vivaldi (répétition)

Sérénade de Dvorak

Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI

Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH

Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH

Le chef Philippe Hui

Et les photos du concert 

Concerto pour Violon et Hautbois de Bach

Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI

Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH

Demandez le programme:

  • Concerto pour 4 violons en si mineur de Antonio VIVALDI (1678-1741)
    • Allegro – Largo – Allegro 
    • Solistes : Pierre-Yves Denis, Laurie Bourgeois, Léo Coley  et Corinne Massé
  • Concerto pour violon et hautbois en ré mineur de Johann-Sébastian BACH (1685-1750)
    • Allegro – Adagio – Allegro
    • Solistes : Pierre-Yves Denis et Sophie Delbende
  • Concerto pour 2 violoncelles en sol mineur de Antonio VIVALDI (1678-1741)
    • Allegro- Largo – Allegro
    • Solistes : Pauline Queffelec et Stéphane Oster
  • Sérénade de Antonin DVORÁK (1841 – 1904)
    • Moderato – Tempo di Valse – Scherzo Vivace – Larghetto – Finale Allegro vivace

Tous les musiciens de ce programme: 

Pierre-Yves DenisLaurie Bourgeois, Léo Coley, Corinne Massé: Violonistes solistes, 

Anne Morineau, Marie Madeline, Hélène Checco, Marie Brosse, Emmanuelle Costa : Violonistes

Isabelle Lucas, Benoît Bouyer, Emmanuelle Roch : Altistes

Pauline Queffelec  et Stéphane Oster : Violoncellistes soliste, Thomas Fouqueray, Violoncelliste

Sophie Delbende, Hautboïste,

Mathieu Delamarre, Victor Pinçon : Contrebassistes

En savoir plus sur le programme

On prête à Igor Stravinsky ce mot cruel : Vivaldi a écrit 600 concertos, c’est 600 fois le même… Bien sûr, on peut légitimement préférer les grands concertos romantiques (Beethoven, Brahms, Chopin, Tchaïkovsky…) qui sont comme l’apogée de cet exercice. Mais ces sommets de l’art musical n’auraient pas existé sans les précurseurs dont on trouve au premier rang Bach et surtout Vivaldi.

Le concerto naissant, à la charnière entre le 17ème et 18ème siècle, commence à privilégier un ou plusieurs instruments, dans une forme de hiérarchisation timide au début, et qui s’installera solidement au fur et à mesure de l’avancement dans le temps.

Vivaldi choisira de multiples combinaisons à un ou plusieurs instruments, violons, flûtes, guitares, mandolines, violoncelles etc…, laboratoire vivant d’un précurseur génial.

Bach enrichira le répertoire du concerto en utilisant toute sa science du contrepoint, préfigurant par les dialogues qu’il installe entre les instruments solistes et le reste de l’orchestre, ce qui deviendra le concerto moderne. On notera que Bach rendra d’ailleurs un hommage appuyé à Vivaldi en reprenant plusieurs de ses oeuvres et en les adaptant. C’est le cas du concerto pour 4 violons de ce programme qui deviendra avec le compositeur allemand un concerto pour 4 claviers.

Après le feu d’artifices de solistes rivalisant harmonieusement, et dialoguant malicieusement avec leurs complices de l’orchestre dans les concertos de Bach et Vivaldi, il était normal de proposer à votre écoute la sérénade pour cordes de Dvorak, tant cette oeuvre fait la part belle à tous les musiciens sans exception. On pourrait presque dire que c’est un concerto pour orchestre, d’une dimension un peu inhabituelle puisqu’elle comprend 5 mouvements.

Nous avons fait un bond dans le temps, cette oeuvre majeure du répertoire de l’orchestre de chambre ayant été composée en 1875, héritière d’une longue tradition de compositeurs dont le génie nous illumine toujours autant…

Historique des concerts (2013 à 2016)

Site de l’Orchestre (à partir de 2017)

Logo Loco

Contact:

La Locomotive des Arts

Laura Dyens-Taar

Tel: 06.87.37.35.17

www.lalocomotivedesarts.com

Mail: lalocomotive5@orange.fr