«  Le cabaret stupéfiant ! »

 

OK_OK_Chapo_PointuJPG

Le cabaret stupéfiant

«  LE CABARET STUPÉFIANT ! » 

Cabaret fantaisiste déjanté entre rires et larmes autour du répertoire de Marie Dubas, la plus brillante fantaisiste de l’entre-deux-guerres

 

Comédie et chant : Edwige Bourdy
Piano : Christophe Maynard

Mise en scène : Vincent Vittoz
Chorégraphie : Anne-Marie Gros
Costumes et accessoires : Michel Ronvaux

Depuis sa création en 2003 à La Péniche Opéra, et au Festival d’Avignon en 2005, en passant notamment par les opéras de Rennes, Toulon et Saint-Etienne, ce spectacle a triomphé dans toute la France. L’irrésistible Edwige Bourdy, s’est emparée de cet incroyable répertoire de Marie Dubas, l’enfant terrible du music-hall , véritable révolutionnaire de la chanson. Du « Tango stupéfiant », à « C’est toujours ça d’pris » , de
« J’suis bête » au « Vieux phonographe » chaque interprétation est une petite horlogerie d’une virtuosité éblouissante donnant vie à toute une galerie de personnages, loufoques, pathétiques, poétiques ou désopilants.

PROCHAINES DATES :
Après une pause, le spectacle reprend sa route en 2019 pour notre plus grand bonheur

Dimanche 16 juin 2019 à 20h30 : Festival de Théâtre de Saint-Sulpice, dans le cadre du Salon des Antiquaires – Place Saint-Sulpice – 75006 Paris – Métro Saint-Sulpice – Entrée libre dans la mesure des places disponibles (attention, jauge très réduite)

Vendredi 6 septembre 2019 : Petit Théâtre du Presbytère d’Etienville en Normandie. Sur réservation uniquement à : lalocomotive5@orange.fr 

© Colin Laurent

Marie Dubas

MARIE DUBAS  était pour Colette « cette femme belle comme un tison qui compose une chanson avec une lucidité de peintre ardent et patient ». « Le Tango stupéfiant », « Mon légionnaire », « Le doux caboulot », « Pedro », « La mauvaise prière », « Quand je danse avec lui »… et autres cinq cents titres, auront étés savamment choisis et interprétés pendant plus de 30 ans par cette révolutionnaire de la chanson française. Elle fut l’inspiratrice de Piaf qui chanta à son tour «  Mon légionnaire » avec le succès que l’on connait.  

 

 

EDITH PIAF REND UN HOMMAGE EMOUVANT A MARIE DUBAS

Extraits : «  Marie, vais-je savoir trouver les mots qui traduiront toute l’admiration que j’ai vous et pour la grande artiste que vous êtes. Je vous dois tant, et vous avez été pour moi la révélation dans ce merveilleux métier. Je me suis inspirée de vous, Marie et j’avoue humblement avoir retrouvé beaucoup de vous dans la façon d’interpréter mes chansons. La grande fantaisie est un art bien difficile. Personne n’a pu imiter vos attitudes, vos gestes, votre spontanéité, vos trouvailles, la façon de camper vos personnages. Que d’esprit et que d’humour. Vous avez été la première à faire voler en éclat de rire toute une salle. Que de joies, que d’émotions je vous dois. Je vous admire de tout mes yeux, de tout mon coeur, vous êtes la plus grande, et merci Marie, merci infiniment de m’avoir tant donné ».
EDITH PIAF, New York 1955

MARIE DUBAS

En 1927, avec son passage en tête d’affiche à l’Olympia, commence pour Marie Dubas une carrière de trente années de chansons et de succès qui vont la consacrer comme une des toutes grandes interprètes de la chanson française. Ses tours de chant jouent sur toute la gamme des sentiments, du comique au tragique, qu’elle mêle sans cesse, faisant rire parfois dans le premier couplet et pleurer dans le dernier.
En 1932, elle s’essaya la première sans doute, au récital de 35 à 40 chansons, seule en scène, accompagnée d’un piano. Cette formule inaugurée par elle à Paris au Grand Théâtre des Champs Elysées en mars 1933 sera reprise par Maurice Chevalier qui ne l’adoptera pourtant qu’après la guerre, suivi par tous les grands : Piaf, Montand, etc. Avec un répertoire tel que le sien, Marie Dubas aura le privilège de toucher durant les trente années de son « vedettariat » tous les publics, du plus populaire au plus « snob ». Elle passera des grandes salles de 3000 places aux cabaret intimes avec le même bonheur. Sa santé seule la contraint à mettre un terme en 1958 à une carrière de 50 ans de scène. 

NOTE D’INTENTION DU METTEUR EN SCÈNE, VINCENT VITTOZ

OK_Vincent_Vittoz«  Edwige BOURDY n’est pas et ne sera jamais Marie DUBAS. Mais elle en a la fantaisie, une fantaisie, voir une folie toute personnelle qu’elle met au service de ce répertoire qui semble avoir été créé pour elle. Et c’est cela que j’ai choisi de la mettre en scène. Ce n’est ni un spectacle sur Marie Dubas avec Edwige Bourdy, ni un récital d’Edwige Bourdy, avec le concours de Marie Dubas. Avec l’appui de Christophe Maynard, et grâce à un travail musical approfondi, Edwige s’est fait sien ce répertoire, mais toujours avec l’humilité de garder en mémoire l’esprit des chansons de Marie Dubas et cela tout d’abord grâce à un travail musical approfondi. Ensemble, nous avons décortiqué les textes pour en faire surgir ce qui aujourd’hui peut encore nous émouvoir ou nous faire rire et puis à la fin de ce travail, elle a laissé parler, surgir cet étonnant tempérament qui est le sien afin de réaliser son spectacle. Personne dans cette entreprise n’a travaillé pour soi. Marie Dubas travaillait pour son public, Edwige Bourdy et Christophe Maynard travaillent à servir au mieux cette grande interprète et ce répertoire, moi, avec le concours D’anne-Marie Gros, j’ai travaillé à servir les talents d’Edwige pour ainsi mieux l’offrir au public d’aujourd’hui. Et devant tout ce « travail », je crois que de là-haut, Marie Dubas qui aimait tant cette valeur, peut être heureuse et fière. Ainsi la boucle est bouclée.
Vincent Vittoz

Pourquoi ce spectacle ?
« Parce que lorsque j’ai entendu les enregistrements de Marie Dubas, mon cœur n’en a pas cru ses oreilles. Comment était-ce possible, à la fois tant de fantaisie, de culot, de grâce, d’émotion de douce folie !… Cette femme m’a électrisée et bouleversée à la fois et j’ai senti que je ne pouvais pas passer à côté de ce répertoire. Aussi, lorsque Vincent Vittoz m’a suggéré cette aventure théâtrale et musicale, j’ai fumé de l’eucalyptus, prisé trois boules de naphtaline et j’ai dit : « OUI ». Edwige Bourdy, chanteuse

VINCENT VITTOZ
Artiste à multiples facettes, à la fois chanteur (ténor), comédien, metteur en scène, Vincent VITTOZ a été conseiller à la Péniche-Opéra, enseignant des arts de la scène au conservatoire du IXème et au CRR de Paris et aujourd’hui au Conservatoire national Supérieur de Musique de Paris. Son parcours éclectique l’a conduit de l’univers du théâtre et du cinéma à celui du théâtre lyrique et de la comédie-musicale. Il s’est produit en tant que chanteur dans de nombreux lieux : à l’Opéra de Liège et de Marseille, au Festival d’Ajaccio et de Gavarnie, au Théâtre Mogador etc…. Au cinéma, on a pu le voir dans La Maison Assassinée de Georges Lautner.
Il met en scène de nombreux spectacles dont : The Old Maid and the Thief (Menotti) à la Péniche-Opéra, Ba-ta-clan et Croquefer (Offenbach) à l’Opéra de Lausanne, La Bonne d’enfants (Offenbach), Les Tréteaux de Maître Pierre (M. de Falla), L’Ecureuil malicieux (Nino Rota), Mort à Venise (Benjamin Britten) et Don Carlos (Verdi) à l’Opéra de Metz. Il adapte, joue et met en scène Aux Enfants qui s’aiment, un spectacle consacré à Jacques Prévert, à la Péniche-Opéra et au Festival d’Avignon. Au Festival de Saint-Céré et à l’Opéra de Massy,  La Cambiale di Matrimonio (Rossini) dont il signe également l’adaptation. Xerxès (Haendel) et Madame De (Jean-Michel Damase) à l’Opéra de Genève, Chabrier-Offenbach à l’Atelier Lyrique du Rhin, Don Procopio (Bizet) à l’Opéra de Rennes et signe la conception et la mise en espace d’un concert russe à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille pour son Ecole d’Art Lyrique. Au Festival d’Edimbourg et à Londres, Crimes of Passion (P. Philippe et Piazzola), Fantasio (Offenbach) à Rennes, Nantes, Angers et Tours, Le Songe d’une Nuit d’Eté (B. Britten), Les Aventures du Roi Pausole (Arthur Honegger) et Le Médium et le Pauvre Matelot à l’Opéra de Fribourg. LEtoile (Chabrier) à Tours, Toulon et Rennes, Liebeslieder  (Brahms) au Festival de Chartres, Pelléas et Mélisande (Debussy) à l’Auditorium du musée d’Orsay. Tom Jones (Philidor) à l’Opéra de Lausanne dont il signe une nouvelle adaptation, Die Entführung aus dem Serail (Mozart) à l’Opéra de Marseille, Véronique à Limoges, Avignon et Metz…
Citons aussi : L’ultime rendez vous, comédie musicale qu’il écrit et met en scène à la Péniche Opéra , ainsi que Musique de Placard (Dubillard-Offenbach) qu’il joue et met en scène, La Petite Renarde Rusée (Janacek) dont il signe une nouvelle adaptation française au CNSMDP ainsi qu’à Rouen, Liège et Reims, La Serva Padrona (Pergolèse) dont il écrit une adaptation pour les Paladins et la Clef des Champs, La Cambiale di Matrimonio (Rossini) au Théâtre de Bastia, La Voix Humaine à Besançon et au Théâtre de l’Athénée.  Lundi, Monsieur vous serez riche (Rémo Forlani et Antoine Duhamel) à l’Opéra de Metz, Die Entführung aus dem Serail à l’opéra de Rennes, L’Enfant et Les Sortilèges au Festival de la Meige, Cavalleria Rusticana à l’Opéra de Saint-Etienne et La Vénitienne )(Michel De La Barre) au CMB de Versailles

EDWIGE BOURDY

OK_OK_CastagnettesEdwige Bourdy se forme au Conservatoire de Toulouse et à l’Ecole d’Art Lyrique de l’Opéra de Paris, Elle aborde avec le même bonheur des répertoires variés qui vont du Baroque (Dévergondages Baroques avec l’ensemble Almasis) au Music-Hall (Marie Dubas du haut en bas, avec au piano Christophe Maynard, mise en scène de Vincent Vittoz, L’Oiseau Rare avec Benoît Urbain, spectacle écrit par Yves Coudray dans une mise en scène de Caroline Loeb) en passant par le récital avec piano, la musique contemporaine (Les Cantates de Bistrot : musique de Vincent Bouchot d’après les Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio, En attendant le Messie : musique de Denis Chouillet, textes d’Hanokh Levin), l’Opéra (elle fut Sœur Constance dans les Dialogues des Carmélites de Poulenc, le Feu, la Princesse, le Rossignol dans l’Enfant et les Sortilèges de Ravel) et l’Opérette (Rayon des soieries de Manuel Rosenthal, Agathe dans Véronique de Messager). Sa carrière lyrique l’a vu chanter notamment à l’Opéra-Comique, à l’Opéra de Lyon, à l’Opéra de Montpellier, au Capitole de Toulouse, au Théâtre des Champs-Elysées, au Royal Albert Hall de Londres, avant de l’orienter plus particulièrement vers le théâtre musical: Musique de Placard: Dubillard/Offenbach, Le Chant des Correspondances: Mozart/Coudray, Café Allais: AllaisMechanickBugeaud/Ducloux, Les Boulingrin : Courteline/Aperghis au Theater an der Wien. Elle a participé à de nombreuses créations de Mireille Larroche à la Péniche-Opéra: Le Toréador d’Adam, les Docteurs Miracles : BizetLecocq, les Comédies Madrigalesques avec l’ensemble Clément Jannequin, les Caf’Conc’ Hervé, Shadoks et Compagnie. On peut la voir régulièrement au Festival Offenbach d’Etretat dans Bagatelle, L’Ile de Tulipatan, à L’Opéra Comique dans  Robert le Cochon et les kidnappeurs, une création d’Ivan Grinberg et Marc-Olivier Dupin, au Théâtre de la Croix Rousse à Lyon dans le rôle d’Anna dans The King and I mis en scène par Jean Lacornerie, à Paris au Vingtième Théâtre dans Cent miniatures de Philippe Minyana et Bruno Gillet.,  mise en scène de Mireille Larroche. Elle était dernièrement Junon dans Orphée aux Enfers à l’Opéra de Nantes et d’Angers et Ernestine dans les Jeux de l’Amour et d’Offenbach d’Yves Coudray au Théâtre de Poche. Elle est invitée à Cabourg aux Journées Musicales Marcel Proust pour  Avant l’heure où les thés d’après-midi finissaient  avec le Trio Georges Sand, Loïc Corbery et Benoît Urbain. Elle conçoit avec ce dernier A l’Ombre des chansonnières pour le Festival de Cabourg et retrouve Anne Gastaldi dans  Le Temps d’Aimer, un récital d’opérette qu’elle écrit pour Musicancy au Château d’Ancy le Franc. On a pu l’entendre récemment au CNSMP dans La Voix humaine Cocteau/Poulenc avec Pierre Thibout de la classe d’Erika Guiomar et dans Sextuor de George Aperghis au Festival Musica Sacra de Maastricht, au Studio Raspail, dans Sérénade à Trois en compagnie de Chantal Galiana et de Vincent Leterme. Elle est également professeur au CNSAD de Paris.

CHRISTOPHE MAYNARD

Christophe MAYNARD a travaillé auprès de Dominique Merlet, Victoria Melki et Bruno Rigutto. Médaille d’or à l’unanimité avec félicitations au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rueil-Malmaison, il est premier nommé à l’unanimité avec félicitations au concours de piano de l’Ecole Normale de Musique de Paris. Christophe MAYNARD est également lauréat du Concours International Claude Kahn et finaliste diplômé du Concours International Viotti-Valsesia (Italie). Diplômé du Ministère de la Culture, il enseigne le piano au Conservatoire de Rueil-Malmaison.Depuis de nombreuses années, Christophe MAYNARD se produit en concert comme soliste ou en musique de chambre tant en France (Paris, Lyon, Nice, Avignon, Toulouse, Albi, Limoges, Pau, Saint-Brieuc, Fort-de-France…) qu’à l’étranger (Allemagne, Danemark, Norvège, Autriche, Hongrie, Japon, Brésil, Roumanie, Russie, Serbie, Suisse).  Son premier disque “ Éloge du piano français ” (Lyrinx) comprend des œuvres de d’Indy, Ropartz, Séverac et Gabriel Dupont. Son second disque “ Musique au Louvre sous le Second Empire ” (Maguelone) réunit le grand trio op.26 de Jacques Blumenthal (avec Jean-Claude Bouveresse, violon et Odile Bourin , violoncelle) et des œuvres de Cohen, Pasdeloup et Saint-Saëns. Passionné de musiques rares, Christophe Maynard en est un des meilleurs défenseurs ; il  associe une brillante carrière de soliste à celle de “ découvreur ” de chefs-d’œuvre de musiciens méconnus ou délaissés. Soucieux de mieux faire connaître la musique classique à un large public, il anime également des concerts-conférences pour permettre une approche didactique et vivante de la vie et de l’œuvre des grands compositeurs.

« Christophe Maynard est beaucoup plus qu’un accompagnateur. Non seulement il suit, du bord de la chaise, chaque tirade d’un discours très libre, mais il maîtrise aussi chanson alternée, exclamations et commentaires. Il pourrait sans aucun doute donner un spectacle à lui seul. » – Politiken (Danemark)
© Michel Cabrera

ANNE-MARIE GROS

Danseuse et comédienne de formation, son travail de chorégraphie débute avec «  Ariane à Naxos »  de Strauss ; suivent de nombreuses collaborations, dont la chorégraphie de West Side Story au Volksoper de Vienne, la trilogie Monteverdi (Orfeo, L’Incoronazione di Poppea, il ritorno d’Ulysse) au grand théâtre de Genève et « Die Tode Stadt » de KERNGOLD à l’Opéra de Berlin. Elle chorégraphie les spectacles du Crea (amphithéâtre de la Bastille et invité aux Victoires de la musique) et certaines opérettes d’Offenbach de la Compagnie Yves Coudray. Elle met en scène “entre ciel et terre”, spectacle de mélodies françaises joué à l’opéra de Limoges.

MICHEL RONVAUX

après des études de décorateur scénographe à l’ensatt, michel ronvaux est attiré par l’opéra où il travaille à l’opéra garnier comme décorateur costumier. une curiosité permanente et des goûts créatifs très éclectiques, l’ont amenés à participer à différents types de spectacles: opéras baroques et contemporains (mireille larroche, yves coudray, vincent vittoz), ballets (roland petit), théâtre (comédie française, odéon), cinéma (warner bros), téléfilm (télécip), clips (guesch patti, sylvie vartan…) et clips publicitaires (olympia).

 

CV DU SPECTACLE 

novembre 2003 – CRÉATION Péniche Opéra – Paris
août 2004 – Festival des Châteaux – Bruniquel
septembre 2004 – Théâtre Municipal – Villefranche de Rouergue
hiver 2004 – Tambour Royal – Paris
juillet 2005 – Festival Off – Avignon
août 2005 – Festival de Lanquais
septembre 2005 – Théâtre Municipal – Villefranche de Rouergue
octobre 2005 – Espace Lino Ventura – Garges-lès-Gonesses
décembre 2005 – Espace Croix Baragnon – Toulouse
février 2006 – Auditorium Jean Cayrou – Colomiers
juin 2006 – Festival musical de Maintenon – « Sonores »
février 2007 – Les rencontres musicales – Albertville
mars 2007 – Théâtre Romain Rolland – Villejuif
septembre 2007 – Péniche Opéra – Paris
août 2008 – Ferme de la Villefavard
août 2008 – Festival de Bouchures – Saint Benoît-du-Sault
octobre 2008 – Carré Bellefeuille – Boulogne-Billancourt
janvier 2009 – Théâtre des trois Vallées – Palaiseau
mai 2009 – Auditorium Jean-Pierre Miquel – Vincennes
mai 2009 – Festival de Saint-Céré
mai 2009 – Espace du Maître de Poste – Coudekerque Branche
mai 2009 – Théâtre – Besançon
octobre 2009 – Opéra – Toulon
décembre 2009 – Le Phénix – Valenciennes
août 2010 – Rencontre Musicales des Neuf Fontaines – Couflens
juin 2011 – Vingtième Théâtre – Paris
mars 2012 – Opéra – Saint-Etienne
septembre 2012 – Opéra – Rennes

Juin 2019 : reprise du spectacle

juin 2019 : Festival de Théâtre de Saint-Sulpice – Paris
septembre 2019 : Petit Théâtre du Presbytère d’Etienville

OK_OK_SALUTS

 

REVUE DE PRESSE – ILS ONT DIT OU ÉCRIT…

«  Edwige Bourdy a un talent fou, une sensibilité idéale » NATALIE DESSAY dans DIAPASON

«  J’ignorais que j’allais passer une soirée aussi pétillante, drôle, pleine de charme, de talent, de vivacité, d’esprit, d’humour, de grande classe et jamais de vulgarité. Bravo pour cette performance. » MADY MESPLE

« Ce spectacle n’est ni un hommage, ni un plagiat mais une re-appropriation du répertoire de Marie Dubas par Edwige Bourdy.» MARTIN PENET (France Musique)

«  Edwige Bourdy m’a «stupéfié». Sans avoir jamais vue Marie Dubois, ma mère, elle réinvente sa cocasserie. D’abord elle s’amuse elle-même, fonce à fond

dans la loufoquerie et la rejoint dans l’émotion. » FRANÇOIS BELLAIR (fils de Marie Dubas)

« Je vous découvre et je vous applaudis. Merci de faire revivre si bien la grande Marie Dubas ». SUZIE DELAIR

“ Edwige Bourdy charme et séduit avec un savoureux kaléiodoscope musical qui ravit les sens (…) et navigue avec bonheur du couplet comique à la chanson réaliste, à l’aise tant dans l’émotion que la gouaille, le rire que la poésie, le mélodrame que la fantaisie” FROGGY’S DELIGHT

«  Edwige Bourdy est un joyau aux multiples facettes »  
LA DEPECHE

« Un spectacle ébouriffant, Une interprète étonnante »  LESBIA MAGAZINE

«  Une heure de vrai bonheur »  LES ECHOS

«  Il faut absolument y courir… » CAMPUS

«  On sort de là heureux de vivre comme à la fin de «Singin’ in the rain» ou d’une bouteille de champagne avalée avec celle qu’on aime » LA TERRASSE

«  Marie Dubas et Edwige Bourdy  ont deux points communs : leurs tempéraments et une sensibilité non feinte pour ce spectacle pour lequel les superlatifs me manquent »   OPERETTE

 

PROCHAINES DATES :

Dimanche 16 juin 2019 à 20h30 au Festival de Théâtre de Saint-Sulpice à Paris

Vendredi 6 septembre 2019 à 21h à Etienville en Normandie

INVITATIONS ET RENSEIGNEMENTS POUR LES PROFESSIONNELS :

CONTACT : 

signature locoLaura Dyens-Taar
La Locomotive des Arts
Tel : 06 87 37 35 17
lalocomotive5@orange.fr –
http://www.lalocomotivedesarts.com

 

Jérémy Jouve, guitariste dans la lignée d’Alberto Ponce et Roland Dyens

DSC_3334

Nommé par la radio internationale FIP « nouvel ambassadeur de la guitare classique de par le monde », Jérémy Jouve multiplie les tournées internationales et les enregistrements avec un seul objectif : faire rimer guitare classique et modernité.
Ses études musicales, à l’Ecole Normale de Musique puis au Conservatoire Supérieur de Paris (CNSMDP), où il suit l’enseignement de grands maîtres, dont Alberto Ponce et Roland Dyens, l’orientent vers un profond amour et respect du texte, une recherche incessante du « beau son » et une intime compréhension de l’architecture des œuvres qu’il choisit d’interpréter.
De ce parcours hors norme : prix de conservatoire à treize ans, première tournée en Europe à seize, seul guitariste à intégrer la classe de perfectionnement du CNSMDP et vainqueur du concours international de guitare GFA à vingt-quatre ans au Mexique, le jeu de Jérémy Jouve, garde une forte empreinte de sincérité.
Le GFA en 2003, lui ouvre les portes d’une tournée nord-américaine de cinq mois, et d’un premier enregistrement chez Naxos, suivit, de deux disques consacrés à l’œuvre exigeante, pour guitare solo, de Joaquín Rodrigo, d’un DVD chez Melbay « Concert Live » (2009), et d’un disque, en duo avec flûte, pour Reference Recording, nominé aux Grammy Awards 2014.
De ces opus, ressort, sa forte volonté de mettre en avant le riche répertoire de la guitare classique. Jérémy Jouve mène en effet alors un intense travail de recherche manuscrite, pour être toujours au plus près de l’essence des œuvres, et de l’âme des compositeurs ; cherchant plus à mettre en avant son instrument et les compositions originales.
Ce travail lui aura valu notamment la reconnaissance de Cecilia Rodrigo, fille du célèbre compositeur : « Quelle poésie dans vos interprétations et quel travail ! Je vous suis extrêmement reconnaissante. Mon père, Joaquín Rodrigo, aurait été très fier de vous ».
Par son dernier album : « Cavalcade », fruit d’une exaltante collaboration avec le compositeur Mathias Duplessy, Jérémy Jouve marque un tournant dans sa carrière. En défenseur du répertoire de la guitare classique, il souhaite l’étendre et lui donner ses lettres de noblesse, dans le répertoire contemporain cette fois. La musique mise en avant par Jérémy Jouve dans cet album, jouant un rôle moteur dans la création du répertoire, est une musique sans frontière, mêlant le flamenco, la musique indienne, à des accents ravéliens.
Cette musique est à l’image de la guitare classique qu’il souhaite incarner : libre.

Creation of the Association “Roland Dyens in the skaï”

©Miguel Angel Ramos7@Miguel Angel Ramos

The family and guitar friends of Roland Dyens are happy to announce the creation on October 2018, of a non-profit association entitled

ROLAND DYENS IN THE SKAÏ

This association’s objective is to preserve the musical legacy of guitarist/composer/interpreter Roland Dyens, to collect all relevant documents, and to promote his musical oeuvre.

Preservation: A state-of-the-art digitization and preservation of the manuscripts of Roland Dyens’ compositions and arrangements, in order to avoid any form of deterioration, to assure their availability in good condition to future generations. A digital catalogue of this material will be produced.

Documentary Collection: Research will be undertaken to discover and secure all forms of documents (other manuscripts, letters, photos, videos, publications, press articles, etc.) concerning the artist’s musical career, oeuvre and life.

Development and Promotion: The publication and recording of compositions and arrangements by Roland Dyens, especially those which have not been published, in all media; the sale of products (discs, scores, publications), providing services for conferences, master-classes, etc., project management, and the organization of all kinds of events, including the creation of the “Prix Roland Dyens” – all in furtherance of the Association’s objectives.

Board of Directors:

  • Laura Dyens-Taar,  Roland Dyens’ sister (President)
  • Jacques Misrahi (Vice-President), Roland’s agent for France
  • Françoise Pech (Treasurer), musician and choirmaster
  • Valérie Folco (Secretary), student of Roland Dyens and guitarist for the octet Octopus
  • Orestis Kalampalikis (Deputy Secretary), student of Roland Dyens at the Conservatoire Nationale Supérieure de Musique, Paris
  • Jean-Marc Zvellenreuther (Administrator), Assistant to Roland Dyens at the Conservatoire Nationale Supérieure de Musique, Paris
  • Jérémy Jouve (Administrator), student of Roland Dyens at the Conservatoire Nationale Supérieure de Musique, Paris
  • Larry Snitzler, (Administrator and adviser ), guitarist, former consultant to Radio France. He was a friend of Roland Dyens and the two of them loved to exchange puns,(jeux de mots), in English, French and Spanish !

Permanent Members: His mother, Nina, and his children: Emmanuel, Yael, Sydney and Daphné, represented until attaining the age of majority by her mother, Henriette.

Contact : rolanddyens.skai@gmail.com 

The Roland DyensWebsite

To inaugurate this new association, we are organizing a concert in France which will take place on 19 October 2018, an especially symbolic date as it is Roland Dyens’ birthday.

Elena Papandreou 1

 

Rolindo_Elenacasquette

ELENA PAPANDREAOU

We are pleased that guitarist ELENA PAPANDREOU will be coming from Thessalonica, Greece to offer a program of compositions and arrangements which Roland dedicated to her, such as Triaela, Lettre Encore, The Postman, etc.

For the first part of the program, we have invited Dmytro Holovenko and Martyna Ciesielska, recent graduates of the Krakow Academy of Music in Poland, and Cassie Martin who was the revelation of the Concours International Roland Dyens, organized by Guitare Classique magazine in 2017.

There will also be surprises, and I can’t resist sharing one of them with you: the performance of an unpublished arrangement by Roland with Elena Papandreou, Orestis Kalampalikis, Valérie Folco and Valérie Duchateau, Dmytro Holovenko, Martyna Ciesielka, and Cassie Martin under the direction of Jean-Marc Zvellenreuther. 

After the recital, the stage will be open to anyone wishing to play something in memory of Roland Dyens.

Roland Dyens-decale

PRACTICAL INFORMATION

CONCERT ROLAND DYENS IN THE SKAÏ

FRIDAY 19 OCTOBER 2018 AT 20:00, (8:00PM)

Théâtre Thénardier

19 rue Girard – 93100 Montreuil – FRANCE

Métro Croix de Chavaux (ligne 9, exit Place du Marché)

The number of seats is limited, so we ask that you make your reservations as soon as possible at the Association’s new email address:

rolanddyens.skai@gmail.com

Contribution: 10 €

You can also donate to the Association to help us achieve our goals. Payment should be made to the order of the Association Roland Dyens in the Skaï.  You will thus be a part of the Amis de l’Association Roland Dyens in the Skaï.

Thanks to the Larghetto de Vincennes magazine for helping to support our new Association.

logolarghetto

English Translation by Larry Snitzler/Michael Seiler

L’Ensemble dénote au Festival Offenbach d’Etretat (août 2018)

En août 2018, Mathieu Braud était chef invité avec son Ensemble Dénote, du Festival Offenbach d’Etretat pour la reprise de « Dragonette » et la création de « La permission de 10h » du Grand Jacques Offenbach, dans une mise en scène d’Yves Coudray.

EnsDénote_etGianna

WilliamFlûte

Photos des répétitions :

IMG_2605

 

 

Ensemble Dénote

Héloïse Hilbert (cor), William Thomas (violoncelle), Abel-Loup Boye (basson)
et Camille Tribouillard (clarinette) avec Nina Uhari (piano)
Direction : Mathieu Braud
Adaptation musicale : Philippe Hui.

LA PERMISSION DE DIX HEURES

Opéra-comique en un acte (durée 55mn)
Livret de Mélesville et Carmouche, adapté par Charles Nuitter.
Musique de Jacques Offenbach
Représenté pour la première fois à Paris, au théâtre de la Renaissance, le 4.09.1873.

La permission de dix heures permet à Offenbach de retrouver l’atmosphère du 18ème siècle qu’il aime tant. L’ouvrage, d’abord présenté à Ems en 1867, fût créé à Paris en 1873, le même soir que Pomme d’Api, et par les mêmes interprètes. Sur un livret à première vue banal mais plein de rebondissements et de situations cocasses, Offenbach a écrit une de ces musiques raffinées qui lui valurent Ie surnom de « petit Mozart des Champs Elysées ».

L’HISTOIRE : Le soldat Larose-Pompon est très épris de la jeune Nicole; … mais celle-ci ne pourra pas convoler tant que sa tante, la jolie et riche passementière Mme Jobin, veuve, ne sera pas elle-même remariée. Larose va donc tout faire pour favoriser l’union de Mme Jobin avec le sergent Lanternick, un brave militaire à I’accent alsacien très prononcé (« J’ai un tiaple d’accent cirgonflexe ! »), qui, de son côté, voudrait bien « faire une p’tit’ gonnaissance ». La maladresse du sergent, qui, en outre, préfèrera la nièce à la tante, provoque de multiples péripéties. L’irruption de la patrouille puis du garde-champêtre, et la nuit qui vient ajoutent encore au quiproquo – d’autant plus que seul un des deux militaires possède la fameuse « permission de dix heures ». Mais grâce à la malice de Larose-Pompon, tout se termine pour le mieux : Lanternick se mariera avec Mme Jobin, et il pourra épouser sa Nicole.

 

2filles_Laurent

 

shut3LionelBis

salutstroupe7BienBis

DISTRIBUTION

LES CHANTEURS :

Madame Jobin, veuve et marchande passementière :  Mélanie Boisvert
Nicole, sa nièce : Gianna Cañete Gallo
Larose Pompon, soldat : Laurent Arcaro
Lanternick, lieutenant alsacien : Yves Coudray
Le père Broussaille, garde champêtre : Lionel Peintre
Un Caporal : Pierre Méchanick

saluts3RireYves_bis

LES MUSICIENS :

Direction : Mathieu Braud
Adaptation musicale : Philippe Hui.
Héloïse Hilbert (cor), William Thomas (violoncelle), Abel-Loup Boye (basson) et Camille Tribouillard (clarinette) de l’Ensemble Dénote, et Nina Uhari (Chef de chant et piano)

Dénote_Nina

LA MISE EN SCENE ET LES COSTUMES

Mise en scène et Scénographie : Yves Coudray (à droite)
Costumes et décors : Michel Ronvaux (à gauche)
Michelsalut

LA REGIE LUMIERE :

Bruno Régnier et Franck Rousseau

Photos : @Laura Dyens-Taar

LA BIOGRAPHIE DES ARTISTES 

YVES COUDRAY, metteur en scène et chanteur ténor 

Yves_portraitAprès des débuts d’enfant-comédien (Graine d’Ortie), il intègre le CNSM de Paris à 18 ans et entame dès-lors une carrière de chanteur. Des maisons d’opéras telles que Genève (Orphée aux enfers), Marseille (L’Aiglon), Bordeaux (La Périchole), Rouen (Die Zauberflöte), Metz (Les Brigands), Lausanne (Le Carnaval de Londres, Mireillle…), Nice (Serenade de Britten), l’Opéra-Comique (Les Aventures du roi Pausole, Die lustigen Weiber von Windsor…), et plusieurs festivals, dont Aix-en-Provence, Utrecht, Montpellier et Saint-Etienne, l’ont accueilli.

Parallèlement à son parcours d’interprète, Yves Coudray signe de nombreuses mises en scène en France – Opéras de Marseille (Manon Lescaut, Attila), Montpellier (M. Choufleuri), Nantes (Manon), Nice (Fidelio, Une petite flûte enchantée )… mais aussi à Barcelone, New-York, San Francisco et Boston. Il se consacre également à la formation scénique des jeunes chanteurs (Opéra de Paris, CNIPAL, HEM de Genève, Université de Pepperdine en Californie…).

Depuis 2010, il est le directeur artistique du Festival d’Offenbach d’Etretat

MATHIEU BRAUD – Chef d’Orchestre

Immeuble2

Mathieu Braud se forme à la trompette, au tuba, à la contrebasse et au piano avant de s’intéresser  à l’écriture musicale, notamment auprès de Claude Henry Joubert et François Saint Yves ainsi qu’à l’analyse auprès de Vincent Barthe et de François Boukobza.

Il se  tourne ensuite vers la direction d’orchestre après avoir suivi les master class de Julien Guénebaut, Nicolas Brochot et de Claire Gibault. Il entame alors une formation au Conservatoire Royal de Bruxelles en classe de direction d’orchestre d’où il ressort diplômé en juin 2018.  

Dès 2012, il crée avec Nicolas Vasseur, tous deux professeurs d’éducation musicale dans le secondaire, l’Orchestre OPPERA, Orchestre des Personnels des Parents et des Élèves Réunis en Association, qui réunit amateurs ou professionnels, pour interpréter un répertoire ambitieux et exigeant, dans une démarche de partage et de proximité avec son public.

En 2016, il dirige l’ensemble londonien United Strings of Europe composé de musiciens issus de la Royal Academy de Londres.

Depuis plusieurs années, Il participe au Projet Demos à la Philharmonie de Paris et en Ile de France et dirige depuis 2017 l’Orchestre Universitaire de Lille.

En 2017 également, il crée son propre orchestre professionnel, l’ensemble Dénote avec une vingtaines de musiciens professionnels, avec l’objectif de jouer partout et pour tous, dans des salles de concerts mais aussi en entreprises, dans les lycées et les collèges que Mathieu connaît bien pour y avoir enseigné la musique, et dans tous lieux où la musique peut-être partagée avec un public curieux de découverte. Il souhaite aussi créer des ciné-concert et développer un axe d’enregistrement de musiques de films.

C’est en juillet 2018 qu’il transmet sa baguette de l’Orchestre Oppera  pour s’investir dans ses nouveaux projets avec l’Ensemble Dénote.

 » Il faut penser les spectacles autrement, pas avec des spectateurs endimanchés. Nous voulons toucher l’habitant qui n’a pas l’occasion d’aller dans des salles de concert. Il a le droit d’entendre du Mozart. Nous voulons créer la surprise dans tous les lieux qui ne sont pas dédiés aux concerts en y impliquant le public et en lui faisant vivre une expérience. Nous souhaitons transmettre la musique partout et pour tous,et des échanges avec le public après les concerts. »Le Montreuillois du 12/07/2018.

MÉLANIE BOISVERT – soprano

MélaniePortrait

La soprano canadienne fait ses débuts dans le rôle d’Olympia à l’Opéra national du Rhin en 2002 et foule les planches de nombreuses maisons d’opéra de France et d’Europe dans un répertoire de haute-voltige.

Elle chante Clorinde (Cendrillon/N. Isouard) à l’opéra de Malte, Amour (Orphée et Eurydice) au Festival Les Antiques de Glanum. On l’a entendue dans La folie d’Offenbach sur France3, Adele (La chauve-souris) aux Folies d’Ô à Montpellier, Gabrielle (La vie parisienne) aux opéras de Saint-Etienne et de Strasbourg, Papagena aux Soirées Lyriques de Sanxay, Les Jeux de l’amour et d’Offenbach au Théâtre de Poche Montparnasse à Paris, Tytania (A Midsummer Night’s Dream) et Lakmé à Metz, Prothoe (Penthesilea/Dusapin) à la Monnaie de Bruxelles… Elle est aussi familière de la création contemporaine avec 200 Motels de Frank Zappa à la Philharmonie de Paris.

GIANNA CAÑETE GALLO – Soprano

GiannaMélanieBis

Cette jeune soprano, belge et uruguayenne, est diplômée du Conservatoire Royal de Bruxelles, du Conservatoire Supérieur de Florence, de la Hochschule für Musik de Nürnberg et de l’European Vocal Departement de l’Institut de Musique et de Pédagogie.

Sa voix ronde et fraîche alliée à sa sensibilité raffinée l’amène à se produire en tant que chambriste mais aussi à l’Opéra Royal de Wallonie, au Théâtre Royal du Parc à Bruxelles, au Theatru Astra à Malte, au COOL Theater en Hollande et au Göggingen Parktheater en Allemagne, dans les rôles de Suor Genovieffa (Suor Angelica), Adèle (Die Fledermaus), Ännchen (Der Freischütz), Papagena et Pamina (Die Zauberflöte), Despina (Così fan tutte) et Barbarina (Le Nozze di Figaro).

Lors de masterclasses, elle a travaillé avec Laura Claycomb, Claudia Visca, Elizabeth Vidal, Nadine Denize, José Van Dam, Edith Wiens, Anna Tomowa-Sintow, Jennifer Larmore et Andreas Scholl. Elle fera prochainement ses débuts dans le rôle de Konstanze (Die Entführung aus dem Serail)  et la Messe en ut de Mozart à Bruxelles.

NINA UHARI – Pianiste et Chef de chant

Nina_portrait

Elle effectue ses études de piano à l’Académie Sibelius de Helsinki, avant de se perfectionner à Baltimore puis à Paris – elle est premier prix de piano aux concours Hannikainen et Fazer en Finlande et remporte le prix Spedidam au concours du forum de Normandie en France. Elle devient chef de chant principal au CNIPAL à Marseille puis est engagée à la Haute École de Musique de Genève. Elle est également titulaire d’une classe de rôles à l’Ecole Normale de Musique de Paris. Nina Uhari s’est produite en récitals de piano ou de lieder, ou en concerts de musique de chambre, en Finlande et en France mais aussi en Allemagne, Autriche, Espagne, Colombie, au Togo et aux USA, et dans plusieurs festivals (MIDEM, Radio France, Aix en Provence, Montpellier, Chorégies d’Orange). Elle a été également invitée comme chef de chant dans plusieurs théâtres en France (dont le Châtelet) et à l’étranger.

LAURENT ARCARO – Baryton

Laurent_portrait

Après des études de chant au CNSMDP (classe de Mireille Alcantara), il intègre les classes d’Ulrich Eisenlohr et de Rudolf Piernay à la Musikhochschule de Mannheim. Lauréat de plusieurs concours : Toulouse, St-Chamond, Clermont-Ferrand… il intègre le Studio-Oper de Mannheim Puis, il chante sous la direction de Michel Plasson à Toulouse, de J.-Y.Ossonce à Tours, et Roland Boer au Staatsoper Stuttgart, au Staatsoper Frankfurt am Main, et au Staatsoper Berlin.Partagé entre la France, l’Allemagne et les Etats-Unis, il tourne aussi dans quelques films et courts-métrages – dont Heart Zero, prix du meilleur court-métrage à Los Angeles -, et tente de promouvoir la musique française à travers les continents.

PIERRE MÉCHANICKBaryton

Pierre_portrait

Après ses études au CNSM, où il obtient en 1990 un Premier Prix d’Opérette, il se spécialise dans les rôles « bouffe » et “fantaisistes à voix” du répertoire lyrique. Parallèlement à sa carrière de chanteur, il crée la Troisième Ligne, trio comique. Auteur-interprète, il produit régulièrement son récital Le Chemin des Dames, spectacle autour des chansons de la Grande Guerre pour lequel il a reçu le label du Comité du Centenaire 14-18. Il travaille actuellement sur une nouvelle création qui verra le jour en novembre 2018, avec Gilles Bugeaud et de nombreux autres artistes chanteurs et musiciens.

LIONEL PEINTRE – Baryton

Lionel_portrait

Il partage ses activités entre Opéra, Opérette, Récital et Musique Contemporaine. Interprète reconnu dans de nombreux théâtres : Opéra de Paris, Capitole de Toulouse, Opéra du Rhin, Genève, Berne, Tel Aviv, Anvers, Opéra de Lyon, Chorégies d’Orange, sous la direction de chefs tels que Michel Plasson, Myng Wung Chung, Jean-Yves Ossonce, Pascal Rophé. En 2015, il est Golaud (Pelléas et Mélisande) à Zagreb et le rôle-titre de Giordano Bruno, opéra de F. Filidei à Strasbourg, Paris, Milan. En 2017, il participe au Kein Licht, Thinkspiel de P. Manoury à l’Opéra-Comique. En 2018, après Marouf de H.Rabaud à Bordeaux et Paris, il sera à la Philharmonie de Paris pour 200 Motels de F.Zappa.

MICHEL RONVAUX – Costumier, Scénographe

dsc_0788.jpg

Une formation artistique commencée très jeune à l’Ecole d’Art et Dessin de Paris le conduit à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg puis à l’ENSATT. Il entre ensuite à l’Opéra de Paris en 1975 comme décorateur-costumier. Il y dirigera l’atelier de décoration sur costumes de 1983 à 2015.

Une curiosité permanente l’amène à participer à des manifestations artistiques très diverses – téléfilms, clips publicitaires, spectacles de variété, opérettes…

Il collabore notamment avec Dominique Pitoiset et Stephen Taylor, Mireille Larroche, Jean Louis Martinelli et Yves Coudray et scénographie ainsi les costumes de nombreuses productions pour l’Opéra de Nice (Le nozze di Figaro), l’Opéra-Comique (La Bohème, V’lan, dans l’œil), le Théâtre des Champs Elysées (Les divertissements de Versailles), le théâtre Jean Vilar de Suresnes et également pour l’Atelier Lyrique de L’Opéra National et le CNSM de Paris.

LE BEST-OFF DE LA CREATION

Les répétitions musicales

 

CONTACT PRODUCTION :

Laura Dyens-Taar

Logo LocoLa Locomotive des Arts
Accompagnement d’Artistes et de projets artistiques

Tél : 06.87.37.35.17
Mail : lalocomotive5@orange.fr
Site : www.lalocomotivedesarts.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Martyna Ciesielska, une jeune guitariste studieuse

Martyna CMartyna Ciesielska poursuit actuellement sa formation à l’Académie de musique de Cracovie en Pologne, dans la classe de Krzysztof Sadłowski.

Elle participe à différents concours, festivals et master-classes, et joue en concert en soliste et en orchestre de chambre. 

Elle a activement participé à l’organisation de l’Hommage à Roland Dyens en décembre 2017 dans son Académie de musique, tout en y interprétant plusieurs des compositions et arrangements de ce Maestro.

English:

Martyna Ciesielska is a student of III year of Academy of Music in Krakow in a class of prof. Krzysztof Sadłowski.
She partisipates in different competitions, festivals and courses, perfoming chamber music and solo compositions.
In last year she took a part in the festival in memory of Roland Dyens « Hommage a Roland Dyens » with concerts
in Krakow and Warsaw.

Cassie Martin, une guitariste dont on entendra parler…

Photo Cassie MartinCASSIE MARTIN, guitariste
Passionnée de guitare depuis son plus jeune âge, Cassie Martin, née en 2002, débute sa formation à l’âge de 5 ans avec Dominique Jacquet à Orléans. Elle entre au conservatoire d’Orléans en 2011 où elle poursuit durant 4 années son apprentissage auprès de Josiane Rabemananjara et reçoit les conseils d’Agnès Abiton.
En octobre 2015, à 13 ans, elle est admise au CRR de Paris en cycle spécialisé dans la classe de Gérard Abiton.  Elle participe à différents ensembles de guitares durant les festivals «Voyage au Centre de la Guitare» et à de nombreux stages avec, entre autres, Jérémy Jouve, Judicaël Perroy qui contribuent à son épanouissement musical

En juin 2017, à 15 ans, elle obtient son D.E.M. à l’unanimité avec les félicitations du jury. Elle est aujourd’hui en deuxième année du cycle préparatoire à l’enseignement supérieur.

Cassie Martin est lauréate de plusieurs concours nationaux et internationaux : 1er prix au concours des Petites mains symphoniques à 9 ans ; 1er prix dans la catégorie 2C4 au concours Artistique d’Epinal en 2014 ; 2ème prix au Concours de Montigny en 2016 ; 2ème prix au concours international de la jeunesse à Vienne en Août 2016; 3ème prix dans la catégorie révélations au concours Drôme de Guitares en octobre 2016 (14 ans), 1er prix au concours international de Carry-le-Rouet dans la catégorie moins de 16 ans en mai 2017 ; Elle est sélectionnée pour la demi-finale du Concours International  Maurizio Biasini en avril 2018 (15 ans).

En 2018, elle remporte, en tant que “révélation guitare classique”, le 1er Prix du Concours International Roland Dyens, puis le 1er prix de la catégorie Excellence au Concours International de Carry-le-Rouet et enfin, le 3e Prix au Concours International Alberto Ponce de Paris.

En mai 2018, elle a l’honneur de travailler avec Sergio Assad et de jouer le Concerto de Mario Castelnuovo-Tedesco sous la direction de Xavier Delette.

Son intérêt se porte aussi bien sur le répertoire de la musique ancienne que contemporaine. Elle aime avant tout la scène et partager sa passion pour la guitare avec le public.

Une jeune guitariste qui ira loin ….